Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

Conseil municipal – entre glyphosate , réfugiés et ronds-points

image_pdfimage_print

conseil imageQue dire du conseil municipal de vendredi soir qui s’est déroulé entre deux vrombissements des milliers de motocyclistes qui se sont installés pendant 3 jours en Perle des Vosges pour le second Motordays.

Les élus ont d’abord, par l’intermédiaire de son adjoint Jean-Luc Perrot, présenté comme le veut la loi, le rapport sur la qualité du service de l’eau et de l’assainissement. L’agence de l’eau  pense que le réseau et l’eau sont de bonne qualité pour un rendement bien supérieur à la moyenne pour atteindre 87% bien  au dessus des 66% recommandés.

Il fut également question de la désaffection de locaux scolaires notamment des écoles  des Xettes avec un prochain locataire avec le Conservatoire des sites Lorrains,  l’école du Bas-Beillard sera très certainement à vendre et l’avenir de celle du Costet est à  suivre !

Il a aussi été demandé à l’hémicycle d’autoriser la commune à trois opérations techniques sur le domaine skiable alpin  soit la construction du téléski des hêtres 2, le remplacement du téléski de la Petite Mauselaine et la construction du téléski du renard pour un investissement total de 650 000€.

Une somme jugée très importante mais nécessaire pour Michel Durand de Gérardmer Perle d’Avenir  qui  précisait lors de son intervention «  ne pensez vous pas qu’il est temps de se séparer de la station et de trouver un gestionnaire »

Réponse de l’adjoint Hervé Badonnel  » en 2008 nous n’avons pas eu le choix autre que celui de reprendre. Si vous connaissez des investisseurs privés intéressés, ils sont bien bienvenus. Cela étant, depuis la reprise, la station n’a pas coûté 1 centime à la commune. Par contre, il faut reconnaitre que la gestion de la station n’est pas forcément de notre ressort, il y a des professionnels pour cela…Mais !

Entre demandes de subventions, conventions, acquisitions de parcelles de terrain  et fixation des prix des terrains (de 500 à 860 m2) du futur lotissement des écureuils entre 55 et 60€ TTC, on se dirigeait tout droit vers les questions diverses.

Une question à mettre à l’actif de Eric Defranould sur les suites de la table ronde organisée par la préfecture au sujet de la pollution de la Cleurie.

Réponse du maire : «  elle a eu lieu en présence de 3 blanchisseurs et de toutes les autorités de tutelle. Aucun compte-rendu n’est arrivé et un courrier de relance est parti ce jour. Il apparait que les pics de concentration de glyphosate et en AMPA sont relevés mais la DCE ne fixe par de seuil de bon état….Les valeurs limites s’entendent en moyenne annuelle dans les eaux de surface. La Cleurie n’est donc pas déclassée pour les deux paramètres. Au vu de ces textes, pour la préfecture, la qualité de l’eau est en bon état ».

Eric Defranould a poursuivi ses questions avec le vote d’une motion contre la Loi Travail, qu’elle soit purement et simplement retirée et d’organiser un référendum.

Nouvelle réponse de Stessy Speissmann : « Ce débat n’a pas lieu d’être en séance de Conseil Municipal« .

Ce fut au tour de Michel Graiche pour Gérardmer Entreprendre de poser ses interrogations sur les réfugiés à Gérardmer.

« Un couple d’afghans  a été accueilli le 5 avril en provenance de Calais et pour un départ le 29 du même mois  » concède le maire  » une famille Syrienne est logée dans un appartement privé depuis le 20 avril également ».

Et Michel Graiche de poursuivre «  compte tenu des problèmes d’incivilité, la municipalité est-elle pour l’installation de vidéo surveillance ? ».

Stessy Speissmann : « Un rappel de la position de la majorité sera fait en Conseil Municipal sur l’usage de la vidéosurveillance et sur la réalité des faits de délinquance »

Sinon, Michel Graiche  souhaiterait voir les ronds points gérômois porter un nom afin de satisfaire les associations patriotiques et s’interroge  sur la remise aux normes de la piste cyclable du boulevard de la Jamagne. Le maire cloturait la séance de travail en spécifiant  que le revêtement sera refait cet été à la charge du département et le marquage également avec une prise en charge de la commune.

 




12 réactions sur “Conseil municipal – entre glyphosate , réfugiés et ronds-points

  1. DEFRANOULD

    Nous avons proposé une motion pour le retrait de la loi travail le maire à refusé que celle ci soit discutée au motif que cela est une question nationale.Nous trouvons que la réponse du maire est totalement hypocrite ,la loi travail s’appliquera à toutes et tous y compris aux Géromois(e)
    Par ailleurs le maire nous a proposé il y a quelques mois une motion sur le traité de libre échange entre l’Europe et les états unis que nous avons débattu et voté sans aucun problème.
    Conclusions, quand le maire présente une motion sur des questions internationales au demeurant fortes intéressantes
    le CM peut en débattre ,mais quand c’est la liste Gerardmer Solidaire cela devient impossible.
    Sur la question de la pollution (au rondup) de la Cleurie la position du préfet des Vosges nous semble scandaleuse on reconnait la pollution, on continue même d’autoriser l’épandage des boues des stations sur les champs….
    Mais on ne fera RIEN circulé il n’y a rien à voir…
    Gerardmer solidaire en lien avec les associations écologistes continuera à ce battre pour que cette pollution grave soit résolue.

    répondre
    1. bernard

      Tout a fait d’accord avec monsieur le maire, la loi travail n’a rien a faire au sein d’un conseil municipal.Je vois pas en quoi débattre a ce sujet ferais avancer les intérêts de Gerardmer.

      répondre
      1. Gilles Chipot

        Tout à fait d’accord avec le commentaire de Bernard.
        Le rôle d’un conseil municipal est de gérer les affaires « intra muros » à Gérardmer.
        Il n’a pas à s’occuper d’un sujet clivant de politique nationale au risque de créer une fracture entre les habitants.
        Concernant le domaine skiable et pour alerter Mr Durand, quel investisseur privé en 2016 serait t’il prêt à prendre le risque de racheter une station de basse montagne et à assurer les investissements nessecaires à son développement et à sa pérennité.
        Pour exemple, le groupe REMY LOISIRS pourtant référent dans la reprise et la gestion de domaine skiable, vient de jeter l’éponge et d’annoncer son départ de la station de basse altitude de Pralognan –La-Vanoise.
        Après le douloureux épisode Maulin qui a faillit couler la station, et sans le recours alors à la solution régie municipale, il n’y aurait peut être même plus de domaine alpin à Gérardmer.

        répondre
  2. Zak

    Force est de constater comme dans beaucoups d’autres villes que les minorités associatives, caritatives et communautaires on fait tout pour ne pas être à leurs écoutes et on fait en sorte de les censurer et les boycotter car leurs vrais combats n’intéressent pas grand monde, les gens qui tiennent les manettes préfèrent les mettre de côté car ils ont peur de perdre leurs sièges tant convoités par l’extrême droite et d’autres, Eric defranould est de loin l’un des meilleurs pilier de la communauté, de la solidarité et des mixités locales toujours à l’écoute des autres et qui fait preuve d’une ouverture d’esprit ouverte à tout le monde, d’une franchise indéniable et incontestable qui ne s’usure pas avec le temps, beaucoup de problématiques et de thématiques complexes demeurent à Gerardmer comme dans beaucoup d’autres villes et certains élus s’en foutent complètement et font tout pour l’ignorer totalement, on peut en énumérer une longue liste mais aucune envie de débattre et de développer avec ces gens qui restent autain, froid et orgueilleux, par contre les sorties médiatiques, les tweets, les réseaux sociaux restent leurs fond de commerce principal, arrêtez de vous mentir à vous même, des élus qui se démènent pour apporter soutien entraider et solidarité à Gerardmer il n’y en a bel et

    répondre
  3. DEFAY Jean Claude

    Pour ce qui concerne le Domaine Skiable Alpin, je pense qu’il serait de bon ton d’arreter ces récurrentes démarches de certains élus qui consisteraient à faire croire que le seul avenir de la station c’est une gestion privée. Tout comme il serait absurde de dire que le public gère mal !
    Regardons la réalité: une station de moyenne montagne c’est un risque réel et cette situation n’est ni la faute de la municipalité de Gauche ni de l’opposition de Droite. Alors regardons le seul intérêt du maintien du développement touristique hivernal. La gestion financière et technique de la station a été sauvée grâce à l’intervention publique et parfaitement maîtrisée par la collectivité et la municipalité actuelle. Pourquoi devrait-on a tout prix se séparer d’un site touristique majeur et à tout prix le revendre au privé dont on sait qu’au moindre hiver la situation peut fragiliser l’équilibre financier que ne saura admettre une entreprise privée ? Le secteur public est aussi la pour pérenniser l’activité qui garantit la vie de la collectivité. En l’occurrence ne fragilisons pas tous ceux qui gèrent et travaillent avec les élus le domaine skiable et au contraire encourageons les sans en permanence agiter le spectre de l’ anti- public.
    Etre élu c’est aussi prendre les risques , bien les gérer et apporter une réponse positive la ou le secteur privé ne souhaite pas prendre le risque.
    Une attitude plus ouverte des élus de droite envers une gestion positive serait signe de respect et de soutien au développement touristique que tente de maintenir et développer la municipalité.
    Alors arrêtons les dogmes sinon faites alliance avec Eric D….
    Gerardmer a besoin d’un secteur privé et d’un secteur public entreprenant….Mais n’a pas d’utilité à tomber dans les débats dépassés.Merci

    répondre
  4. philippe Geoffroy

    La vidéo surveillance…M.Graiche pourfend les règles du vaudeville. Il me fait penser au « nouveau cocu  » qui se cache dans l’armoire pour surveiller sa femme et son amant pendant leurs ébats effrénés. C’est, comme dit, « un point de vue ». Cela a-t-il permis d’éteindre le feu-au-c…l de « l’intéressée » ? je pose la question. Pour ma part j’ai placé une caméra dans mon réfrigérateur, je ne supportais plus que mes gosses s’empiffrent de mes yaourts au chocolat préférés. Je les ai dénoncé à la gestapo .Preuves à l’appui bien sur !!!

    répondre
    1. camille

      Ben moi, je lis toujours avec plaisir et amusement la verve truculente de Philippe Geoffroy, n’en déplaise aux esprits étroits qui ont l’insulte facile. Est-ce être voyou que de ne pas supporter le flicage généralisé de notre société ? Que dire de ces voyous « respectables » en chemise blanche et cravate ?

      répondre
      1. JMV

        Les voyous « respectables » ont déjà droit à la camera. Pour cela, il nous suffit de regarder nombres d’interview dans les journaux télévisés.
        Par souci d’équité, et pour qu’ils ne soient pas jaloux, il serait donc tout à fait juste que les voyous « de l’ombre » puissent avoir droit également à leurs petites vidéos.

        répondre
  5. REALISTE

    pour l’humour, je préfère de loin Vanoni!! prévenez moi quand Philippe Geoffroy passera à l’Olympia!!!quant à l’insulte facile, ce monsieur ne s’en prive pas!!!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *