Search
samedi 3 décembre 2016
  • :
  • :

Fermetures des Collèges de Granges-sur Vologne et La Bresse La mesure sera effective dès la rentrée 2017

image_pdfimage_print

college-les-boudieres-la-bresse-1334934610François Vannson, président du Conseil Départemental des Vosges, et Nathalie Babouhot, vice-présidente en charge de l’Éducation, ont présenté la nouvelle carte des collèges dans le Département ce vendredi 20 mai 2016 à Épinal.

Actuellement le Département comptabilise 39 collèges publics répartis sur 42 sites. Trois sites vont disparaître de la carte pour la rentrée scolaire 2017.

En effet, le collège des Boudières, à La Bresse, sera fermé et ses élèves seront scolarisés au collège Hubert-Curien de Cornimont. Ces deux sites étaient déjà dirigés par une direction commune.

Deux autres collèges connaîtront le même sort, à Granges-sur-Vologne au profit de Corcieux et à Darney au profit de Monthureux-sur-Saône.

Dans ce secteur de la Haute-Moselotte, celui de La Bresse est le deuxième collège à disparaître en quelques années. Celui de Saulxures-sur-Moselotte avait fermé ses portes lors de la rentrée de septembre 2013 et ses élèves avaient été rapatriés sur le site de Cornimont.

Naturellement, ces différentes fermetures font suite à la baisse constante de la démographie. En revanche, le collège Jean-Montémont, de Rupt-sur-Moselle en faveur duquel plus d’un millier de personnes ont signé une pétition, échappe au couperet, du moins pour cette année.




22 réactions sur “Fermetures des Collèges de Granges-sur Vologne et La Bresse

  1. Dieudonné Joëlle

    Pour info le collège de granges-aumontzey n est pas vétuste ni énergivore. Encore moins fonctionne t il en double site avec corcieux. Il serait de bon ton de vérifier ses sources avant de publier un article !

    Enseignante et responsable syndicale, habitante de granges aumontzey et maman de deux élèves scolarisés en collège.

    répondre
  2. Fanfan

    Fermez donc tout., les écoles, les hôpitaux, les services d’urgences, les maternités …. Basta les Vosges !. Quelle clique dirige le pays et comment les élus peuvent-ils accepter tout cela. Avec nos élus, gobons jusqu’à la mort de notre pays et n’hésitons pas, par contre, à dépenser l’argent des contribuables au profit de tout et rien, de tous ceux qui ne font qu’ attendre des aides – voir le pourcentage du budget social par rapport au budget du département – viennent d’ailleurs en envoyant nos gosses sur les routes se regrouper dans les grosses structures où le désordre est facilité.: La solidarité, dont on nous rebat les oreilles partout, ,c’est cela.!
    Nous saurons nous souvenir de tout cela lors des prochaines élections et pour ma part, j’espère que, au nom des mêmes économies, on supprimera le Sénat et ses gros dormeurs nantis et où l’on réduira aussi le nombre des députés ( un par département ce qui est largement suffisant, où l’on supprimera le cumul des mandats qui gonfle les portefeuilles sans aucune contrepartie.
    Et l’on s’étonne qu’il y ait des « indignés ».

    répondre
    1. Christian

      Bien entendu ces fermetures sont à déplorer. Quant à incriminer les dépenses sociales du département je ne vois pas en quoi les personnes au RSA, les personnes âgées ou handicapées sont trop aidées. De plus il convient peut être de s’en prendre aux pourfendeurs de fonctionnaires et autres services publics qui ne s’en inquiètent qu’en étant eux même gênés.
      Si la solidarité envers les plus fragiles vous semble trop pesante il faut surtout demander des comptes aux plus inutilement nantis qui gagnent plusieurs centaines voire milliers de smics et qui ne paient qu’un impôt minime en France. Il n’y a jamais eu autant de millionnaires en France et dans le monde sans que l’économie s’en porte bien. L’exagération n’est pas le fait des plus pauvres, eux subissent d’autant plus et « coûtent » bien moins cher que tous ces affamés de capital.

      répondre
      1. Fanfan

        Toujours les faux procès… J’ai simplement dit – hors politique ou autre – qu’il fallait regarder le budget du département et le taux exorbitant du social . Cela ne s’invente pas : cela se vérifie.
        La solidarité envers les plus fragiles ne me pèse pas même si c’est le contribuable qui en fait les frais, il ne faut pas l’oublier ce qui, d’ailleurs, conduit tant et tant de personnes à renâcler – et, de fait, il faut demander des comptes à ceux qui de façon injustifiée ou ridicule encaissent des sommes fabuleuses ( exemples : les sportifs du foot, ( avez-vous lu combien se monnaie un rapport ) les politiques déjà mentionnés, les gros bonnets des multinationales et tous les autres….
        aux associations parfois soutenues sans raison réelle, pour terminer, ce qui est fort, aux divers casseurs …. dont le contribuable se doit d’être solidaire ….
        Et l’on nous demande toujours de donner plus à X; Y. Z. d’accueillir et soutenir ceux dont nous savons très bien qu’ils ne feront que grossir les rangs des infortunés, des pauvres, des chômeurs, des sans logis ….
        Notre pays se veut le porte drapeau devant qui le monde doit s’incliner alors qu’il se décline inexorablement sous les couleurs du désordre, de la débâcle, du reniement, de l’abandon, du déclin avec pour corollaires la révolte, le chaos, le désespoir …. aucun mot n’est assez fort .
        Pour conclure car c’est déjà long, les Vosges sont complètement délaissées, abandonnées, spoliées même, et l’on va se retrouver au moyen-âge sans les valeurs qui le coloraient..

        répondre
  3. marc

    Et oui pas étonnant et quand nous nous battons pour un retour du train pour le développement et attirer une nouvelle population certaines personnes rigolent…. Voila le résultat pas étonnant disais-je quand on voit le raisonnement de personnes qui pensent que dépenses publiques…
    Maintenant le retour de la médaille

    Maintenant les gamins vont devoir faire combien de kms???? Bon courage aux familles qui vont rester

    répondre
      1. marc

        Rigoler mais le début de la fin commence!!
        Ca commence par les transports maintenant depuis plus de 30 ans ! Après les commerçants depuis plusieurs années , ensuite les services de Santé maintenant les écoles = en plus des collèges structure importe pour la population! Et pour finir la population voila le résultat d une vision plus que laborieuse pour lequel Mr vous participer indirectement en réagissant de la sorte.

        Suite logique et quoi qu’on dise il faut impérativement rattraper nos erreurs MAINTENANT.

        ps je ne suis pas de granges ni même de la Bresse mais le bilan est plus que dramatique et j espère ne pas connaître le même sort car c’est la mort assuré.

        répondre
    1. eric

      Et ils veulent faire une voie verte a granges pour éviter le départ des habitants Lol…

      Vos maisons Mme Mr perdent de la valeur comme neige au soleil et c bien dommage pour des villes jolie comme la Bresse ou granges

      Bon courage aux habitants et bouger un MAX!!! Pour défendre vos villages

      répondre
    2. Gilles Chipot

      Il faut que Marc et les aficionados de la « vie du rail » arrêtent leur lobbying « fantasmagorique » qui veut nous faire avaler que l’absence d’un train est la cause de tout nos maux .
      En triste contre exemple, il suffit d’observer le bassin de St Die à moins de 30 kms de chez nous.
      La déodatie dispose d’une liaison routière par une 4 voies avec Nancy .D’une liaison routière directe avec la riche Alsace via le tunnel de St marie. D’une gare avec de nombreuses liaisons pour Nancy ,Paris ,et pour Strasbourg.
      Tout ces atouts n’empêchent pas le bassin de St Dié de subir une saignée continue du nombre de ses habitants et d’avoir un taux de chômage avoisinant 15 % . Ce chiffre fait d’ailleurs de St Dié le triste recordman en la matière pour la toute nouvelle Région Grand Est.
      Pour information ,La remise en état de la ligne LAVELINE BRUYERES c’est 35 millions d’euros ( !!!!! ) plus 2 millions d’euros annuels de frais de fonctionnement.
      Et pendant ce temps, le département est obligé de fermer école et collège et n’arrive plus a payer le RSA .

      répondre
    1. Gilles Chipot

      Ce phénomène de fermetures d’établissements scolaires dans des zones en décroissance démographique récurrente ne va pas s’arrêter .
      Cela est bien évidemment dommageable et va provoquer des bouleversements chez beaucoup d’enseignants mais aussi chez les personnels administratifs.
      Mais contrairement à ce qui se passe dans le plupart des cas dans le privé lorsqu’une usine ferme,tout les personnels de ces collèges seront recasés et aucun d’eux n’ira pointer aux ASSEDIC.

      répondre
      1. Joëlle Dieudonné

        C est vrai . Mais ce sont les élèves qui trinquent. Et il faut voir parfois comment on « recase » les enseignants.

        répondre
  4. Patrick Gérard ancien enseignant au Collège

    Quoi ? , la République fermerait un Collège public de montagne , qui a fait ses preuves, qui bénéficie de très bonnes conditions matérielles , quel cadeau pour le Collège privé catholique ! ( pourquoi pas un Collège privé musulman, ou un Collège pour les filles d’ingénieurs ou les fils d’agriculteurs ? ) Que vive encore l’éducation nationale publique pour tous !

    répondre
    1. Cathy

      C’est déjà fait dans les zones dites prioritaires, au mépris des zones rurales.
      C’est juste un déplacement de budget, alors que les deux sont nécéssaires.
      Pas très logique tout ça, mais le passage en force fera le reste nos politiques savent comment s’y prendre.

      répondre
      1. Joëlle Dieudonné

        C est vrai et au niveau des conseils locaux., qu’ ils soient municipaux ou département aux on n a même pas besoin de dégainer le 49-3 ! Ce sont des arrangements entre élus et le contribuable n a plus rien à dire. Fermer un collège pour financer des ordinateurs et des travaux dans d autres ! Très intéressant. Les élèves n ont pas besoin de plus d ordis mais de meilleures conditions. A granges c était le cas et nous utilisons régulièrement les tice . Nous accueillons tous les exclus par conseil de discipline du secteur. Ou vont ils envoyer cette population d ingérables ?

        répondre
  5. bernard

    A force d avoir une politique basée sur le tourisme, et rien pour les habitants,voila ce qu il arrive, les Vosges sont fabuleuses pour un week end, pour un court séjour, mais y vivre a l année est un enfer. Il ne restera plus que des hotels, restaurant et hébergements de,loisirs, avec une poignée de commercants pour faire tourner tout ca. la vie en Vosges! en rose?? oui pour les touristes! en noir pour les Vosgiens .

    répondre
    1. Fanfan

      D’accord avec vous : seul le touriste compte . Pour preuve: Gérardmer avec des rues sans éclairage à partir d’une certaine heure alors que les bords du lac sont maintenus éclairés…. des pelouses et des abords pleins de trous comblés pour pentecôte ( touristes en vue) parterres parés en début juillet , esplanade du lac livrée aux voitures et autres machines des sportifs ou dits tels qui ne peuvent, bien sûr pas faire trois pas …. Stationnement anarchique en saison, vélos sur trottoirs en sens interdit tolérés, passages piétons quasiment gommés, vélos sur les quais ……… Mais la solution est là: les gosses prendront le car ou feront du stop pour aller à l’école.
      Allons, bientôt ils iront en classe à St Dié ou Remiremont et pourquoi pas à Epinal voire Nancy. Les écolos seront ravis avec le retour en grâce du VERT et des loups, des forêts reconstituées ….
      Tout ça, c’est ce qu’on appelle le progrès !!!!

      répondre
      1. Jérôme HIRTH

        Bonjour,
        désolé mais HEUREUSEMENT qu’il est là le touriste car s’il fallait compter sur les locaux pour faire vivre nos petits commerces, nous serions tous morts…….. Déjà que c’est très compliqué !
        Il ne faut pas oublier que ce sont les touristes qui apportent de la richesse dans les Vosges….. et permettent la création de nombreux emplois CDI et saisonniers.
        Il serait grand temps de développer cette richesse et arrêter de vivre sur des acquis démodés. Vosgiens, vosgiennes sortez de votre bulle…

        répondre
  6. Pierre-Yves Ginot

    Lorsque j’étais au collège, à Gérardmer, les profs nous disaient que si nous voulions avoir un « vrai » métier, il fallait deux choses : faire des études et ne pas hésiter à se déplacer.
    Au lycée, le discours était de plus en plus radical : il fallait non seulement faire des études, mais aussi aller à l’étranger et surtout ne pas hésiter à « bouger ». DEs intervenant, chefs d’entreprises locales étaient venus nous chanter les vertus de la mondialisation

    Les message était très clair il y a 25 ans : bouger, partir, point de salut dans les Vosges, il fallait aller vers un ailleurs prometteur. Quant à ceux qui restaient, ils étaient promis à des emplois subalternes, des études « moins réussies », des retours au pays douloureux, des places moins méritées que d’autres.

    Oui, oui, tel était le discours ambiant !! Mais que reste-t-il aujourd’hui ?
    Une fois les entreprises fermées, les chômeurs partis vers d’autres horizons, et les « anciens jeunes » qui se sont établi ailleurs depuis longtemps, la démographie n’a cessé de suivre le chemin descendant.

    Incapable de renouveler l’économie locale autour des nouvelles technologies (par exemple), certaines vallées se sont concentrées sur une économie quasi-unique: celle du tourisme. Evidemment, cela ne suffit pas.

    Donc oui, l’avenir des vertes vallées vosgiennes (du moins celles qui ont su encore un peu résister au déclin post-textile) poursuivent inexorablement le chemin vers la dévaluation. Une fois les ainés partis, les maisons en vaudront plus grand choses, la pléthore de chalets-cabanes-à-touristes seront vendus au rabais (pour ceux qui en voudront) et quelques noyaux subsisteront, le minimum pour faire vivoter quelques milliers d’habitants.

    Remarque: cette dévaluation sera peut-être un bon moyen pour faire revenir les « anciens jeunes », ceux qui sont partis « pas trop loin » et qui pourront racheter une bouchée de pain quelques logements secondaires, histoire de passer en famille au coin du feu quelques soirées à raconter la grandeur d’antan….

    répondre
  7. Alexis Martin

    Pour les anti-tourisme,il est bon de préciser que rien que sur la commune de Gerardmer,il y a 2200 résidences secondaires, chalets, gites et meublés.
    Sans oublier l’hôtellerie,les campings, ou aussi entre autres , les centres de vacances des PTT ou des impôts.
    Cela engendre des centaines d’emplois directs et indirects dans le bâtiments ,les commerces, l’hôtellerie, la restauration, les services.
    Les rentrés fiscales inhérentes permettent ainsi à la Municipalité de faire vivre plus de 200 employés communaux.

    répondre
  8. Fanfan

    Il ne s’agit pas d’anti tourisme ( il faut respecter le touriste – Est-ce toujours le cas? ) Il faut simplement de la mesure dans la gestion et aussi que ceux qui sont les premiers à profiter du tourisme fassent montre d’un peu d’initiative et de courage. – ex : la fête des jonquilles où les plus actifs ne sont pas ceux qui remplissent les tiroirs caisses.
    Mais on est loin du problème posé à savoir la destruction de l’éducation et de tout ce qui en est le corollaire.

    répondre
    1. Gilles CHIPOT

      Nous sommes un peu hors thème mais j’ai toujours pensé pour appuyer vos dires, que les commerçants de la vallée qui bénéficient des retombées directes et indirectes de la fête des Jonquilles devraient essayer, quitte à le sous traiter, de présenter un sujet fixe.
      Cela n’est ni trop couteux ni trop chronophage puisqu’ils ont deux ans , entre chaque fête, pour préparer la chose.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *