Search
samedi 10 décembre 2016
  • :
  • :

Collège de Granges : mobilisation importante ce matin Profs en grève, bloquage des portes et parents mécontents

image_pdfimage_print
2lèves, parents, enseignants et agents du collège ont formé un cercle autour de leur collège

Elèves, parents, enseignants et agents du collège ont formé un cercle autour de leur collège

Grosse mobilisation ce matin des professeurs, agents et parents d’élèves du collège de Granges-sur-Vologne/Aumontzey.

Face à la fermeture de l’établissement qui se profile à la fin de l’année scolaire 2016-2017, ils ont décidé de réagir en manifestant et en bloquant les portes du collège afin de faire entendre leur voix et réagir les autorités compétentes. Pas de cantine aujourd’hui, pas de cours non plus, les enfants arrivant seuls sans leurs parents seront néanmoins pris en charge par le proviseur de l’établissement, l’équipe des surveillants ainsi que les enseignants non grévistes.

Manif fermeture collège Granges 2016 (2)

Joëlle Dieudonné, enseignante engagée pour la défense du collège

Derrière cette première action, on s’organise pour tenter de retarder la fermeture, voire de l’annuler. Pour les grévistes ainsi que les parents d’élèves concernés, cette fermeture n’est pas justifiée et intervient de manière trop brutale. « La plupart des arguments avancés pour la fermeture ne sont pas recevables de notre point de vue, à l’image de la soit-disant vétusté de notre collège. Pour ce qui est de la démographie, tout le monde est logé à la même enseigne et voit ses effectifs diminuer. Mais nous sommes en zone rurale, n’est-ce pas pertinent d’avoir ici un collège pour enseigner aux enfants du secteur  sans qu’ils soient obligés de faire trop de kilomètres notamment ? » , explique Joëlle Dieudonné, professeur d’Allemand et particulièrement investie dans la défense de l’établissement scolaire gringeaud.

Et d’ajouter : « La fermeture du collège a été décidée en commission permanente au Conseil Départemental et sera présentée le 14 juin au CDEN. En attendant, le Conseil Municipal de Granges s’est prononcé à l’unanimité contre cette fermeture, à l’exception du maire. De ce point de vue, Guy Martinache aura des explications à nous fournir, de même que l’élu de canton qui a voté pour la fermeture. Le Conseil Municipal a également créé une commission qui va travailler sur les actions à mener, les courriers à rédiger et les demandes de rendez-vous auprès du Conseil Départemental » . Précisons que cette année, le collège compte 143 élèves répartis sur 8 classes. Les solutions avancées pour la rentrée 2017 ne sont pas non plus du goût de tout le monde, notamment pour ce qui est de Corcieux qui à priori ne pourrait pas absorber l’ensemble des élèves de Granges/Aumontzey.

Pour de nombreux habitants de Granges-sur-Vologne, il faut arrêter le massacre. La décision de fermer le collège déplaît fortement et elle a été « prise et votée à la va-vite, sans concertation » et contribuera à un processus de « désertification de nos campagnes » . « Cela signifie une augmentation de la durée des transports pour les enfants, des changements pour les familles qui doivent s’organiser, un coût supplémentaire pour les repas à envisager pour certains foyers, des classes potentiellement surchargées dans l’établissement ou les autres établissements qui recevront les élèves de Granges et une perte d’habitants pour la commune (départ de certains enseignants et agents, de certaines familles etc…) » .

« La désertification de nos campagnes continue de plus belle, la qualité de vie disparaît. on ne prend que des décisions basées sur soi-disant des économies au mépris de la qualité de vie pour nos enfants et les habitants de nos campagnes. Arrêtons le massacre ! » , sont les mots de M. Walter. Citoyen de Granges-sur-Vologne depuis 1938, il ne veut pas être à nouveau le témoin d’une nouvelle fermeture. Après la Gendarmerie, la gare, les usines textiles, l’école d’Aumontzey ou encore le syndicat d’initiative, le collège résistera-t-il ?




7 réactions sur “Collège de Granges : mobilisation importante ce matin

    1. ahaha

      Aujourd’hui, beaucoup doivent s’en mordre les doigts, il y avait une autre liste en face, c’est ce que l’on appelle la démocratie.

      répondre
  1. philippe Geoffroy

    Habitant Granges,en 1984,je décidai d’aller à l’école récupérer mon fils à la sortie. Une quarantaine de Mères deFamille,regroupées,s’entretenaient.
    Le maire de l’époque refusait l’ouverture d’une classe de « tout-petits »malgré l’accord de l’académie et la disponibilité d’une salle vacante.En colère les mamans et remontées, elle décident de se rendre en Mairie…Seul bonhomme présent comme elles le firent remarquer, d’office elles me réquisitionnent pour m’y rendre à leur coté .Le Maire,un vieux-beau enjoleur,sur de lui et dominateur refusa de recevoir les mamans sous prétexte qu’il etait midi,que cela ne se fait pas et que de surcroît : « elles n’avaient qu’a rester chez elles et s’occuper de leur gosses » dixit.Je décidai d’entrer dans son bureau,suivi derechef par cette cohorte de « mauvaises mères,hirsutes,sans dents,vindicatives » etc…J’exigeais (eh oui les gueux se permettent tout,comme les cons parait-il) le retrait de la délibération municipale et le vote d’une nouvelle validant l’ouverture de cette classe. Hagard,furieux notre hobereau se voit menacé par les femmes présentes d’etre « séquestré » s’il n’accepte pas. Il cède. Le soir il y avait foot à la télé (‘championnat d’Europe des nations). EH bien figurez-vous que le conseil,le soir meme, en 15mn, annulait sa décision et à l’unanimité adoptait l’ouverture de la classe!!! L’unanimité de la veulerie,et de la honte.
    Le Maire après ce conseil,s’adressa à moi :  » je m’en souviendrai » dit-il. Je lui expliquai qu’il venait de perdre son siège de Maire tout simplement. Narquois il me demanda ce que j’y connaissais,moi, en politique. Je lui répondis « Vox populi,vox Dei » et quand on se met à dos les Mamans de toute sa ville on est déjà mort car on touche au sacré de ses femmes.
    La suite nous la connaissons…Martinache quitta le volant de son ambulance pour devenir le cocher de Poncelet. A méditer en cette année de championnat d’Europe ..de fronde des mamans. A bon entendeur salut,Mr Martinache

    répondre
  2. Alexis Martin

    Feu mon frand-père aurait dit :  » il est trop tard pour serrer les fesses une fois qu’on a fait dans l’pantalon « 

    répondre
  3. Gilles Chipot

    C’est une des conséquences malheureuse de notre fuite en avant vers le toujours plus. Toujours plus de bien être et de progrès social ( je vais me faire tirer dessus ..).
    Tout cela est très logique et va de soit dés lors que c’est finançable. Hors cela fait un moment que les 250 impôts et charges qui « égaient » notre paysage fiscal, ne suffisent plus à payer les promesses électoralistes, la défense des dogmes ,et les chantages corporatistes des hommes politiques et syndicalistes français.

    A avoir cru toujours pouvoir continuer à rouler en Pulmann, nous regarderons les cigares changer de bouches ,et c’est d’abord nous ,la plèbe des campagnes qui commenceront à payer la note.

    Je rassure néanmoins celui qui s’inquiéterait pour nos amis grands patrons du SBF 120, haut fonctionnaires, préfets hors-cadre ,grands hommes politiques.
    Tout leurs privilèges ,avantages divers et éhontés ,mais néanmoins légaux puisque votés par eux même en petits comités ,ne seront pas amputés.
    (Cela dit, certains s’offusquent de voir un patron salarié gagner 3 millions d’euros par an, et les mêmes applaudissent un Serge Aurier footballeur au PSG qui en gagne autant. Comme quoi on n’est pas arrivé…)

    Pour conclure, je citerai un de mes amis récemment disparu, grand philosophe de comptoir : « A force de forcer, ça force forcément ».

    répondre
  4. REALISTE

    à philippe geoffroy! quel vaillant chevalier vous faites!!!!!heureusement que vous étiez là! vous avez sauvé Granges!!!!!!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *