Search
dimanche 4 décembre 2016
  • :
  • :

Thriller Playmobil en stop motion Un Cluedo à l'échelle de la jeunesse

image_pdfimage_print
Les écoliers avec Francis & Paul Gremillet, Stéphane Bubel ainsi que Christelle Jardiné de la Ludothèque

Les écoliers avec Francis & Paul Gremillet, Stéphane Bubel ainsi que Christelle Jardiné de la Ludothèque, structure qui a fourni les Playmobils en question…

Cette année encore, la classe de CM2 de l’école Marie Curie va pouvoir mener à bien un projet artistique particulièrement original dans le cadre du PTEA (plan territorial d’éducation artistique). En effet, les élèves de Francis Gremillet sont actuelleemnt en train de réaliser un film en Stop Motion avec pour thème le Cluedo et comme acteurs des Playmobils !

Stop Motion Cluedo Playmobil Marie Curie (2)Pour cette année scolaire 2015-2016, c’est l’ancien directeur de la MCL Stéphane Lepoil qui avait lancé cette brillante idée, sans doute suite à un stage de stop motion qui avait fait un tabac au foyer-bar ! La maison qui est donc naturellement partenaire de l’opération, tout comme la Ludothèque car l’idée était de travailler autour du jeu, et plus précisément sur le légendaire Cluedo : « On voulait mettre en image le déroulement d’une partie avec un court métrage d’animation qui utiliserait des Playmobils. Tout d’abord il a fallu faire comprendre un peu aux enfants le concept et le fonctionnement du jeu en lui-même, puis créer des personnages, imaginer des lieux, écrire un scénario, des dialogues etc… On a même regardé quelques extraits de séries policières dans l’esprit du Cluedo pour s’inspirer » , explique Francis Gremillet. Il y aura donc un meurtre, une victime et 5 suspects pour cette « partie » !

Une fois le cadre posé, c’est le réalisateur Stéphane Bubel qui intervient pour la partie technique, assisté pour l’occasion de Pierre Gremillet. « Il faut se mettre à la hauteur des Playmobils pour qu’ils ne soient plus des jouets et deviennent des personnages, c’est toute la difficulté car il y a beaucoup de travail sur la mise au point et la profondeur de champ. Pour les gros plans et très gros plans, on travaille en macro, mais avec les couleurs des jouets, le résultat est très réussi » , précise Stéphane Bubel. Et ce, d’autant plus que les écoliers travaillent avec du matériel pro, qu’il s’agisse des objectifs comme du logiciel utilisé pour monter l’ensemble. « C’est le même logiciel que pour « Shaun le Mouton » , qui n’est d’ailleurs pas plus compliqué que d’autres pour les fonctions de base. Les enfants bénéficient ainsi d’une qualité professionnelle pour un excellent résultat en matière d’image » , ajoute le réalisateur. En résumé, on a vraiment hâte de voir le produit fini qui sera projeté dans le cadre du festival Graines des Toiles en automne prochain.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *