Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

Le Colibri roule toujours Eco-Marathon Shell

image_pdfimage_print

L'équipe1Texte Pascal Georgel :

Cette année c’est la ville de Londres (UK) qui nous a accueilli au Queen Elizabeth Park (lieu où se sont déroulés les JO d’été 2012) ; sur un circuit tracé et réalisé en ville avec, comme nouveauté, une côte assez raide (pont franchissant une route). Ce nouveau circuit de 2,24km encore plus exigeant que les années passées devait être réalisé 8 fois à 25km/h de moyenne pour un total donc de 18km et ce en 43 minutes maximum. L’ensemble des participants a donc vu ses performances diminuer par rapport aux années passées… Vent et averses ont quelque peu perturbé les premiers jours de la compétition, mais la météo du week-end fût plus clémente.

Quelques rappels sur les principes de ce challenge organisé par la société Shell:

Il y a 3 Shell Eco-Marathon dans le monde. Un en Asie, un en Amérique et le nôtre en Europe (le plus ancien) : précédemment en France = circuits du Castelet puis Nogaro, Allemagne = circuit de Lausitz  et dernièrement en Hollande = circuit tracé dans la ville de Rotterdam.

Il y a 2 types de véhicule: (Fonctionnant tous les 2 avec différentes énergies*)Le proto Colibri 5 (2)

Les Prototypes: Ce sont des véhicules très aérodynamiques et très légers qui possèdent 3 roues. Le pilote est généralement couché sur le dos dans le cockpit.

Les Urbans Concept: Ce sont des véhicules à 4 roues, équipés : d’un volant, de  portières, de pédales, de phares… Plus proches de nos voitures conventionnelles. Et qui doivent réaliser un stop à chaque tour de circuit.

*Les énergies utilisables sont :

Pour les moteurs à combustion interne :

L’essence SP 95 (Gasoline), le gazole (Diesel). Les énergies dites alternatives (EA) = les biocarburants comme : l’éthanol E100 ou le GTL = Gas to Liquid (c’est du gazole synthétique réalisé avec du gaz naturel). Ou le gaz naturel pour véhicule (méthane CH4) = GNV qui est stocké dans une bouteille à l’état gazeux  sous une pression de 70bars.

Pour les moteurs électriques :

L’électricité, qui est fabriquée soit avec une pile à combustible = (Fuel Cell)  fonctionnant avec de l’hydrogène (H2) stocké dans une bouteille sous 200bars. Soit elle provient d’une batterie  + des panneaux solaires.

Principe de la compétition :  Contrôle des freins

La performance n’est pas donnée en litres aux 100km, mais extrapolée en indiquant le nombre de kms que le véhicule pourrait parcourir avec 1litre de carburant liquide ou gazeux = (km/1l) ; ou en (km/1kwh) pour les véhicules électriques à batterie ou encore (km/1m3 d’H2) pour les piles à combustible.

– Le pilote doit peser au moins 50kg (sinon il faut lester le véhicule) ! Et avoir 16 ans minimum.

– 4 tentatives de performance sont autorisées dès que le véhicule est accepté à l’inspection technique (qui comporte 10 contrôles  draconiens sur la réalisation du véhicule et les organes de sécurité.

NB: Lorsque le véhicule est lancé à bonne allure (40 km/h) le moteur peut être coupé afin de continuer en « roulettes » puis on redémarre à environ 15km/h (cette année, notre moteur n’a fonctionné que  10’ pendant les 43’ que dure la course)…

Classement:    Il y a donc 6 catégories (essence, Diesel, EA, GNV + Battery et Fuel Cell) pour les 2 types de voitures (protos et urbans) donc 12 classements différents.

Les participants :    Cette année 202 équipes étaient inscrites.  Dont : 142 Prototypes et 60 Urbans Concept.

Ce sont des universités, des écoles d’ingénieurs, des lycées techniques, des IUT et des Lycées Professionnels qui sont venus de 26 pays : France, Allemagne, Hollande, Suisse, Pologne, Turquie, Portugal, Espagne, Italie, Grèce, Ukraine, UK, Suède, Finlande,  Russie + le Maroc et la Tunisie (qui représentent l’Afrique) …

Le Colibri 32 C’est le nom de notre prototype : équipé d’un moteur Makita (Dolmar) 4 temps de 33,5cc à injection d’essence, il développe une puissance de 1,07Kw soit 1,45 cheval.  Il est équipé d’un démarreur électrique. Le réservoir contient 10 cl d’essence.  La transmission est réalisée par un engrenage et une courroie plate. Le châssis est réalisé en carbone, la coque en tissu/résiné et tôle d’aluminium. Il a 3 freins à disque. L’ensemble pèse 48kg.

L’équipe Pierre-Gilles de Gennes de Gérardmer

Elle est constituée de 12 participants : 3 professeurs accompagnateurs = Marie-Bénédicte Antoine, Christophe Henry-Delattre  et Pascal Georgel. Et de  9 élèves des sections automobile et conducteur routier = Alexandre Foissey et Yohan Fady (ayant récemment tous 2 obtenu leur Bac auto avec la Mention Bien), Emmanuel Guery, Christopher Rousseaux, Maxime Da Silva, Corentin Vallée, Thomas Mathieu et les 2 pilotes : Gillian Gérard (qui a aussi obtenu son CAP de conducteur routier) et Arnaud Aubert.Au Paddock

Résultats des courses 2016 : Après nos 4 tentatives, nous nous sommes classés  22ème sur 49 dans notre catégorie proto à essence. Avec une consommation de 0,26litre/100km équivalent donc à 384km pour 1litre d’essence = mais aussi 1er Lycée Pro derrière les Grandes Ecoles d’ingénieurs qui ont réussi l’exploit de réaliser 2300km/1litre !!! On a encore du travail pour les rattraper… Pour les autres teams, les meilleures performances en protos sont : 1018km/1l en Diesel ; 1556km/1l en EA ; 2606km/1l en GNV. Et pour les moteurs électriques 747km/1Kwh avec une batterie et 737km/1m3d’H2 pour la pile à combustible = PAC ou Fuel-Cell en anglais.

Le proto Colibri 5 (1)

 




Une réaction sur “Le Colibri roule toujours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *