Search
dimanche 11 décembre 2016
  • :
  • :

Le combat d’une mère pour son fils…et contre la leucémie "Le veilleur de vie" un livre de la gérômoise Josy Arnold

image_pdfimage_print
Josy Arnold

Josy Arnold

« Mon fils ma bataille » tel aurait pu s’intituler le livre de Josy Arnold. La gérômoise n’a rien d’une écrivaine,  mais le combat qu’elle mène aujourd’hui contre la leucémie mais aussi en faveur  de son fils qui est en phase de rémission depuis un peu plus d’un an est une réalité quotidienne. La vie de Josy Arnold bascule en même temps que celle de Fabien lorsqu’il apprend, lors d’un don du sang, qu’il est atteint d’une leucémie aiguë. Le monde s’arrête pour ce sportif accompli et pour sa mère qui prend la machine à remonter le temps, celle qui lui révèle ses manquements, ses absences, renforçant son amour maternel.  Le Livre « Veilleur de vie »  est un cri, un combat contre la souffrance. Celle de Fabien mais aussi un combat mené en faveur du don de sang et de moëlle osseuse.  » C‘est la rage qui m’a fait écrire ce bouquin « confesse Josy Arnold  » je passe une information à qui veut bien la recevoir sur le don d’organe après qu’il ait été particulièrement difficile de trouver un donneur. La vie de mon fils était en jeu et je ne comprends toujours pas pourquoi le commun des mortels n’est pas informé sur le sujet comme en Allemagne ou chaque individu est donneur d’office à sa naissance. Je me suis donné à travers cet ouvrage de faire connaitre la maladie et surtout le don. C’est un acte facile, indolore qui sauve au quotidien des vies ».

A l’évocation de l’écriture de son livre, Josy a été soutenue par ses proches, notamment la présidente des donneurs de sang de Gérardmer, Françoise Didier. «  j’ai recommencé de multiples fois  » poursuit l’ancienne accompagnatrice de moyenne montagne qui a parcouru le monde à la recherche d’itinéraires touristiques pour une agence de voyages « je n’avais jamais couché trois phrases sur le papier et je pensais que ça n’intéresserait personne ».

Le défi est en marche. Au delà de l’aspect purement personnel du livre avec vue sur l’intimité d’une femme et de la chair de sa chair, le recueil  sert sans doute d’analyse à son auteur mais surtout donne une réelle information sur une maladie méconnue du grand public  ou volontairement écartée de l’esprit  de chacun. C’est pour cette raison qu’en fin de bouquin, on retrouve une lettre du fameux veilleur de vie en direction de  Fabien.  La missive est anonyme, comme elle doit l’être. Le donneur est un jeune allemand de 24 ans : on en saura pas plus….On sait pourtant qu’Outre Rhin, le don est une pratique régulière et impliquée reposant sur un fichier immense qui a permis de sauver Fabien….Il était un 24 juin 2013 !

Et si tout les gens du monde….!

Il est bon de noter que l’intégralité des droits d’auteur seront reversés à l’Amicale des Donneurs  de Sang de Gérardmer afin de financer des projets liés directement au don du sang, dons d’organe et de moelle osseuse.

Le Veilleur de Vie aux éditions Edilivre est disponible à la Librairie Plein Ciel, à Gérardmer

Il est aussi possible de l’acquérir sur internet via La Fnac et Amazone.

 




4 réactions sur “Le combat d’une mère pour son fils…et contre la leucémie

  1. DIDIER Françoise

    Merci Josy pour ce livre si poignant auquel j’ai cru immédiatement quand tu m’as demandé ce que je pensais de tes premiers écrits. Merci de montrer aussi bien quelle importance revêt le Don du Sang et le Don de Moelle Osseuse lorsque la maladie vous tombe dessus sans crier gare et qui plus est lorsqu’on la découvre suite à un Don de Sang… Merci pour ton investissement à nos côtés à l’Amicale de Gérardmer-Xonrupt-Liézey dont tu es la Vice-Présidente et pour cette fantastique promotion du Don que tu fais tout au long de ton livre. Merci à Philippe pour ce reportage et le soutien que Gérardmer Info apporte à l’amicale.

    répondre
  2. ROMATIER Véronique

    Votre bataille, votre rage, votre soif de vous en sortir … respect pour toi et ton fils. Quelle épreuve, quelle dignité.
    Effectivement, en France nous avons encore un long chemin à parcourir au sujet du don d’organe, je vis ça au quotidien sur mon lieu de travail, où l’on se « bat » pour faire émerger dans la conscience collective le besoin de « donner » … quand tout est fini pour l’un, l’espoir naît pour l’autre.
    Merci pour ce témoignage fort, qui bouleverse et nous fait réfléchir sur un vrai problème de société (de santé) …
    Véronic

    répondre
    1. Tulipe une maman

      Oui il faut du courage pour affronter une telle épreuve mais une mère a des ressources qu’elle ne soupçonne même pas pour la vie de son enfant,de sa chair. Ton combat face a la montagne était sans aucun doute une partie de rigolade face a la maladie de ton enfant.
      Le don d’organe ne devrait même pas se poser, c’est un acte humain et citoyen et il ne demande aucun courage de la part du donneur.
      Je porte ma carte sur moi depuis quarante sept ans.
      Bravo pour avoir ouvert ton coeur car ce n’est pas toujours facile.
      Une maman

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *