Search
mercredi 7 décembre 2016
  • :
  • :

L’UNESCO classe l’usine Le Corbusier au patrimoine mondial de l’humanité Quel coup pour la déodatie

image_pdfimage_print

David Valence, maire de Saint-Dié-des-Vosges, révèle l’information sur sa page Facebook ce dimanche 17 juillet 2016. L’UNESCO distingue Saint-Dié-des-Vosges en classant l’usine Le Corbusier au patrimoine mondial de l’humanité.

« Énorme » réagit d’abord le maire. « C’est une première absolue dans les Vosges. Saint-Dié-des-Vosges rejoint aussi la place Stanislas à Nancy, les cathédrales de Strasbourg ou de Reims… Très fier de voir aboutir ce combat auquel nous avons apporté notre pierre depuis deux ans et heureux pour notre ville, pour notre histoire. Un merci tout particulier à Claude Kiener pour sa détermination et sa lucidité sur ce dossier ».

C’est en  1946 que l’industriel Jean-Jacques Duval confie à Le Corbusier la reconstruction de sa bonneterie, fondée en 1908, détruite aux deux tiers en novembre 1944. L’architecte saisit cette occasion pour réaliser une  « usine verte » ce programme issue des standards de la Ville Radieuse et de la Charte d’Athènes.

Le descriptif complet est à retrouver ici.

Saint-Dié-des-Vosges_-_Usine_Le_Corbusier_20131007-01




4 réactions sur “L’UNESCO classe l’usine Le Corbusier au patrimoine mondial de l’humanité

  1. JMV

    Il faut oser classer dans la même catégorie, d’absolus chefs d’œuvre d’architecture et de savoir faire comme les cathédrales de Strasbourg et Reims et ce bâtiment …

    répondre
  2. REALISTE

    à la direction: je ne comprends pas bien les raisons de votre censure!!!! mais vous saurez qu’à Marseille, on dit la « maison du fada »!!! il faut un peu sortir de Gérardmer!!!!!

    répondre
  3. philippe Geoffroy

    Il est utile de rappeler qu’il s’agit là d’un batiment industriel ; eh oui.
    Quitte à voyager, pardon « à sortir »,prenez la direction de l’Asie,(Bangla.. Desh, Chine etc..) .ou plus près, dans les ateliers clandestins à Paris et banlieue. Une bonne cave,puante,des bâtiments qui s’effondrent sur six à sept cents « esclaves modernes « . Pour le bonheur des cons-sommateurs réalistes-pragmatiques bien entendu.
    Cela pour dire que l’environnement de travail,le process de fabrication intégré à la conception du batiment, la clarté régnante, tout cela, soyons « réaliste », n’est,peut-être, que de la confiture donnée à des cochons. Je pose la question.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *