Search
jeudi 15 nov 2018
  • :
  • :

Installation de 50 migrants de la Jungle de Calais à Monthureux-sur-Saône La centre d'accueil a pris place dans l'ancienne gendarmerie

image_pdfimage_print

arrivee-migrants-Monthureux-6Cinquante migrants de la jungle de Calais sont arrivés ce mercredi après-midi, au centre d’accueil et d’orientation (CAO) de Monthureux-sur-Saône. Au total, une centaine de réfugiés a été accueillie dans les Vosges.

Les migrants ont été accueillis par Christian Michel, directeur de l’ADOMA Vosges, Gilles Furno, le directeur d’établissement du Grand-Est d’ADOMA, Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, Préfet des Vosges et par le maire de la commune, Raynald Magnien-Coeurdacier. L’antenne de Vittel – Contrexéville de la Croix Rouge était également présente pour l’accueil des réfugiés. Les cinq bénévoles leur ont servis boissons chaudes, gâteaux et un kit « hygiène et bien-être ».

arrivee-migrants-Monthureux (4)« Accueillir ces personnes fuyant les guerres et les persécutions, c’est avant tout répondre à un objectif humanitaire, celui de leur mise à l’abri. » explique Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, Préfet des Vosges. « Cet accueil relève aussi de la solidarité nationale et comme d’autres territoires, notre département doit répondre à cet impératif.«

L’ancienne gendarmerie de Monthureux-sur-Saône a subi des travaux de rénovation durant toute la semaine afin d’accueillir cette cinquantaine de réfugiés. 45 Soudanais, 5 Érythréen et un Tchadien, se sont donc installés dans cette structure. Cette mise à « l’abri » sera temporaire et elle doit permettre aux acteurs associatifs d’aider les migrants à constituer un dossier de demande d’asile. Il sera procédé ensuite à leur réorientation dans le dispositif d’hébergement déjà existant, dédié aux demandes d’asiles.

Le CAO des Vosges, situé sur trois sites (Épinal, Saint-Dié-des-Vosges et Monthureux), est géré par l’ADOMA. Outre un accompagnement administratif, il sera proposé à ces personnes un soutien sanitaire et social.

Pour Abdelhafiz, le seul réfugié Tchadien arrivé aujourd’hui à Monthureux témoigne, « Être à Calais c’était vraiment dur, je n’y suis resté que neuf jours, mais c’est très difficile de vivre là-bas. » Ce jeune homme de 23 ans, a dû quitter son pays suite à des problèmes avec la police Tchadienne. « Je n’ai pas de famille en France, mais j’ai quelques connaissances ici. » explique Abdelhafiz. « Quand nous sommes partis ce matin de Calais, on ne nous a pas dit où nous allions, le voyage était un peu long, mais je suis content d’être ici.«

A.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.