Search
mercredi 21 nov 2018
  • :
  • :

Halte aux violences faites aux femmes Une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de leur mari ou compagnon

image_pdfimage_print
Les dames du Conseil Municipal

Les dames du Conseil Municipal

Jean Ferrat chantait « la femme est l’avenir de l’homme ». C’est une réalité qui doit être vécue au quotidien et la  violence qui leur est faite est inacceptable. La brutalité ne s’arrête pas à des coups, mais elle est aussi morale, psychologique touchant toutes les couches de la population qu’elle soit âgées ou pas. Alors,  la lutte menée aujourd’hui par de nombreux collectifs passe par une sensibilisation du grand public. Par des expositions itinérantes comme ce sera le cas du 30 novembre au 5 décembre prochain à l’Espace Tilleul de 10h à 12h et de 14h à 18h, en direction d’un public adolescents et jeunes adultes….mais pas uniquement. L’exposition est soutenue par Amnesty International et une conférence débat se déroulera le jeudi de la même semaine à 17h avec différents intervenants comme Fadila Boursas Déléguée départementale aux Droits de la femme et à l’égalité. Un représentant du Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles  sera également présent  à l’instar des interventions dans les lycées par le rectorat via son pôle de  lutte contre les discriminations et égalité filles-garçons

On doit l’initiative de ce rendez vous aux dames du conseil municipal, c’est à dire Anne Chwaliszenski, Laurence Goujard et Marie-Rose Briot qui ont sollicité les éditions « Les Ronds dans l’O » dont la particularité est d’avoir mis en exergue les violences faites aux femmes par le biais de bandes dessinées réalisées par  70 dessinateurs. Ainsi 3 opus ont été publiés accompagnés maintenant  de panneaux d’information qui seront mis à la vue des visiteurs de l’exposition mais aussi des collégiens et lycéens qui devront  réaliser un travail de fond en classe sur l’égalité de l’homme et de la femme….c’est au programme des potaches et les proviseurs des établissements gérômois ont dégagé des heures pour cela.

Il est bon de noter qu’une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de leur mari ou compagnon.  Au total, en France, au cours de l’année 2014,  143 personnes sont décédées, victimes de leur partenaire ou ex-partenaire de vie. Une réflexion s’impose, plus que cela encore !

 




Une réaction sur “Halte aux violences faites aux femmes

  1. JMV

    L’inverse, même s’il est moins fréquent, est également vrai.
    Ci-dessous un extrait d’article du journal « la croix ».

    Les hommes battus, une réalité méconnue
    le 22/08/2010 à 13h22
    110 000 hommes victimes de violence conjugale en 2008

    « …..Si les hommes restent encore très frileux à l’idée d’évoquer ce que peut leur faire endurer leur épouse, certains chiffres parlent d’eux-mêmes. Ainsi, en 2008, pas moins de 110 000 hommes ont été victimes de violence conjugale selon l’Observatoire national de la délinquance (OND), un chiffre élevé même s’il reste trois fois moins important que celui visant les victimes féminines. Cette même année, 157 d’entre elles sont décédées sous les coups de leur conjoint.
    Ce qu’on sait moins, c’est que 27 hommes sont décédés dans des circonstances similaires, un chiffre stable par rapport à l’année précédente. « C’est vrai qu’un homme qui meurt tous les quinze jours, c’est beaucoup… mais nous sommes réticents à communiquer autour de ces cas, car cela renverrait dos à dos les deux sexes », reconnaît une travailleuse sociale.
    « Or, les violences viennent ultra-majoritairement des hommes quand même. D’ailleurs, les conjoints violentés ne se pressent pas pour témoigner… », poursuit-elle. Pas de quoi pour autant en conclure que les cas sont rares : les enquêtes de l’OND – réalisées anonymement – montrent que seuls 5 % des époux violentés portent plainte.
    … »
    Marie BOËTON

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.