Search
mercredi 22 nov 2017
  • :
  • :

106è CERCLE DE SILENCE Communiqué

« Quand la police débarque au domicile de jeunes majeurs arrachés à leur famille pour les réexpédier dans un pays où ils n’ont plus aucune attache… quand les contrôles au faciès encouragés par l’état d’urgence permettent de maintenir en garde à vue des migrants qui n’ont commis aucune infraction… Quand pleuvent les OQTF (obligation de quitter le territoire français) avant même que les intéressés n’aient pu exercer leur droit de recours prévu par la loi… Quand des années durant on maintient les gens dans l’inexistence sociale… avant d’exiger d’eux des sommes exorbitantes pour leur régularisation (600€ par personne, 1.200 pour un couple !)… Quand les discours musclés se propagent  en fonction des sondages et des cotes  de popularité…  on a le droit et le devoir de S’INDIGNER !

À l’inverse, quand des élus, des professionnels, des bénévoles, au sein des populations locales, s’engagent pour l’accueil inconditionnel et la fraternité, comme c’est le cas depuis 1 mois ½ à Monthureux et dans bien d’autres communes des Vosges, c’est un immense bonheur, une authenticité humaine, et du même coup un cinglant démenti aux semeurs de haine prédisant  « l’enfer » et  « la multiplication des jungles » (Monsieur Jordan Grosse-Cruciani du FN).

Non à l’exclusion et au repli sur soi ! Oui à la fraternité sans barrières et sans frontières !

Tous motivés, tous engagés !  demain  vendredi 16 décembre à 18h, lieux habituels

On peut apporter des bougies ou lanternes

Et si à l’occasion des fêtes de fin d’année chacun faisait signe à une famille pour un repas, une sortie, un moment d’amitié ? contact oddo.jb@free.fr »

« Les migrants lancent un cri à notre conscience.

C’est pour cela qu’avec eux, nous nous taisons et faisons « silence ! »

Nous demandons :

Qu’en toute circonstance soit respectée leur dignité

Qu’à chacun soit donnée sa chance en humanité.

Ils sont « sans voix » !

Avec eux, nous nous taisons !

Mais notre silence devient un cri !

Un cri non-violent,

Un cri d’indignation.

Nous le répercutons

Dans les « cercles de silence »,

Chaque troisième vendredi du mois à 18h

Gare d’Épinal et Mairie de St-Dié »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *