Search
mercredi 22 nov 2017
  • :
  • :

Jean-Paul Rouve, président du jury du 24ème festival de Gérardmer

jp rouveLors de la conférence de presse programmée au Casino Joa de Gérardmer, le président Pierre Sachot ainsi qu’Anthony Humbertclaude ont eu le plaisir de révéler le nom de celui qui présidera le jury long-métrage du 24e FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM FANTASTIQUE DE GÉRARDMER. Il s’agira du comédien et réalisateur français : Jean-Paul Rouve.

Jean-Paul_RouveOn retiendra que ce dernier avait débuté sa carrière en tant que membre fondateur de la troupe « Les Robins des Bois » qui ont connu leur heure de gloire sur Canal + , même si pour les connaisseurs, c’est sans doute lors de leur passage sur la chaîne Comédie qu’ils sont réellement rentrés dans la légende… En 2003, il avait reçu le César du meilleur espoir pour son rôle aux côtés de Gérard Jugnot dans « Monsieur Batognole » . Il a depuis largement étoffé son CV en ne restant pas un acteur de comédie et en devenant également réalisateur. Il aura été notamment dirigé par Guillaume Canet et Luc Besson.

 

Bio :

Né en 1967 à Dunkerque, Jean-Paul Rouve se passionne très tôt pour la comédie.
Il rejoint le cours Florent, où il fonde la troupe des Robins des Bois aux côtés de
Marina Foïs, Élise Larnicol, Maurice Barthélémy, Pascal Vincent et Pierre-
François Martin-Laval. Très vite repérés par Dominique Farrugia avec leur pièce
Robin des Bois, d’à peu près Alexandre Dumas, ils intègrent la programmation de
la chaîne Comédie, puis de Canal + en 1999, où leurs sketchs absurdes et décalés
enchantent le public.
Jean-Paul Rouve affirme son amour pour le cinéma : en 1999, il interprète l’un
de ses premiers rôles dans Karnaval de Thomas Vincent. S’il se dirige
naturellement vers la comédie et participe à des succès tels que Tanguy (2001),
Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (2002), qui marque sa rencontre avec
Gérard Depardieu, ou Mais qui a tué Pamela Rose ? (2003), c’est avec un rôle
dramatique que l’acteur remporte le César du Meilleur Jeune Espoir masculin en
2003 pour sa composition d’écrivain collaborateur dans Monsieur Batignole de
Gérard Jugnot. Sa fragilité et sa sensibilité séduisent les réalisateurs comme Yann
Moix pour Podium ou Jean-Pierre Jeunet pour Un long dimanche de fiançailles.
Il retrouve Gérard Depardieu dans RRRrrrr !!! d’Alain Chabat, qu’il coécrit avec
les Robins des Bois, puis dans Boudu de Gérard Jugnot. Le duo se reforme
régulièrement : à nouveau dans Je préfère qu’on reste amis d’Olivier Nakache et
Éric Toledano, puis dans La Môme d’Olivier Dahan.
Parallèlement, Jean-Paul Rouve nourrit sa passion pour le septième art et
concrétise son envie de réalisation. En 2007, il passe derrière la caméra et se met
lui-même en scène dans son premier long-métrage Sans arme, ni haine, ni
violence sur le destin hors norme d’Albert Spaggiari, auteur du mythique casse
de Nice en 1976. Il réalise son second film en 2011, le conte philosophique Quand
je serai petit, questionnant l’enfance et la paternité, dans lequel il joue aux côtés
de Benoît Poelvoorde. En 2013, il adapte le roman Les Souvenirs de David
Foenkinos, avec qui il cosigne le scénario. Comédie tendre et cruelle, oscillant
entre tendresse, humour et mélancolie, l’histoire et le destin de la famille qu’il
dessine résonne avec son précédent long métrage.
En 2017, Jean-Paul Rouve sera à l’affiche du biopic Dalida de Lisa Azuelos et
retrouvera Éric Toledano et Olivier Nakache, plus de dix ans après Nos jours
heureux, pour Le sens de la fête. Et cet été, il tournera le troisième volet très
attendu des Tuche.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *