Search
dimanche 18 nov 2018
  • :
  • :

L’association « Anaïs Contre la Leucémie » œuvre en faveur des enfants malades Un sourire un espoir

image_pdfimage_print
Nadège Daniel-Begel au 1er plan

Nadège Daniel-Begel au 1er plan, présidente de l’association Anaïs Contre la Leucémie

Il y a un peu plus de 6 ans, Anaïs Daniel était arrachée à la vie des suites d’une leucémie foudroyante en quelques heures. Depuis sa mémoire demeure à travers l’association qui porte son nom et qui permet aujourd’hui d’organiser des actions capables de récolter des fonds en direction  des enfants malades.

Ce vendredi soir, en mairie du Tholy,  l’heure était à l’assemblée  générale de « Anaïs contre la Leucemie » association dans laquelle on retrouve sa maman, Nadège, porteuse de projets et de manifestations mises sur pied tout au long de l’année, il est vrai soutenue par 47 adhérents.

Ainsi le groupe avait donné rendez-vous à  la population locale au loto du 16 avril dernier qui représente pas moins de 4 mois de travail en amont. Les bénéfices de la manifestation sont venus en complément des dons accordés par 3 clubs du Kiwanis soit Gérardmer, Remiremont et la section féminine pour un apport de 3000 €.

Le grand projet 2016  pouvait voir le jour c’est-à-dire l’installation d’un atelier cuisine dans le service pédiatrique du Centre Hospitalier de Remiremont.

« Ce projet avait un atout thérapeutique » commente Nadège Daniel-Bégel  » celui de renforcer les liens existant entre les enfants malades, entre l’équipe et les enfants de l’équipe. D’aider les loupiots qui souffrent de troubles de l’apprentissage liés à un déficit d’attention, mais aussi à des problèmes plus complexes. L’enseignante du service travaille en aval sur la langue écrite soit la lecture des recettes, l’oral, parler et se faire comprendre, les mathématiques avec le calcul des proportions sans oublier la notion de temps inéhrent à  une recette ».

La cuisine est maintenant bien installée dans le service romarimontain équipée d’une foultitude d’ustensiles de vaisselles nécessaires au bon fonctionnement de l’endroit d’autant que les entreprises mandatées pour les travaux  ont toutes joué le jeu en terme de collaboration financière. Bref, la chaine de solidarité a fonctionné une fois encore en souvenir d’Anaïs.

Pour la petite histoire, ou plutôt pour la très grande histoire de  cet atelier d’un genre nouveau, le 1er rendez-vous a eu lieu le jeudi 17 novembre dernier avec la confection de roses des sables et d’une citronnade sur fond de témoignage de Cédrine éducatrice spécialisée et instigatrice du projet en interne.

 » Nous avions 4 enfants avec nous, plutôt frileux et résistant quand nous leur avons parlé de l’atelier en ce premier mercredi  de fonctionnement » note Cédrine  » Mais le lendemain ils étaient très motivés et investis dans la préparation et la dégustation. Ce fut un moment sympa, agréable, qui nous a permis de mieux les observer en relation de groupe, mais aussi dans la gestion des connaissances en cuisine. Nous avons pu également apprécier leur caractère de meneur ou de suiveur et évaluer leur capacité motrice lors des exécutions de taches »‘.

Chacun peut aujourd’hui apprécier le travail réalisé par la « bande » à Anaïs, par sa maman, sa famille et ses proches. La vie continue donc et 2017 sera forcément riche en émotions et participations comme ce le sera le cas lors de la seconde marche gourmande organisée à Dommartin-les-Remiremont, comme en 2015 avec les Cavaliers de la Licorne, là même où Anaïs aimait monter ses chevaux, sa grande passion !

P1070735




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.