Search
samedi 18 nov 2017
  • :
  • :

Loup – Le tribunal administratif de Nancy suspend l’autorisation de tir de prélèvement !

Timber Wolf in winterLe tribunal administratif de Nancy a suspendu, ce vendredi 16 décembre 2016, l’arrêté du Préfet des Vosges autorisant le tir qui permet de tuer le loup. Une victoire pour les défenseurs de l’animal et une déconvenue pour les éleveurs en colère.

La justice saisie la semaine dernière par des associations de protection de l’environnement et de la faune sauvage a donné raison aux protecteurs du loup des Vosges ce vendredi en cassant l’arrêté préfectoral des préfectures des Vosges et de la Meurthe-et-Moselle qui avaient autorisé dès le 12 décembre le tir dit d’effarouchement.

Le tribunal a estimé que les attaques présumées du loup sont survenues dans des parcelles non protégées. Le juge qui a suspendu cet arrêté a rappelé que seul les tirs de défense et les tirs de défense renforcés restent valables suite à de précédents arrêtés préfectoraux pris par les autorités des deux départements.

132 attaques ont fait 469 animaux victimes en 2015-2016, malgré la mise en oeuvre de mesures de protection et de tirs de défense. Les préfets des Vosges et de Meurthe-et-Moselle ont décidé d’autoriser un tir de prélèvement dans cette zone couvrant 60 communes. Ces deux départements bénéficieront d’un appui de la brigade nationale « loup » de l’office national de la chasse et de la faune sauvage.

Une association vosgienne de protection du loup s’était déjà mobilisée cet été afin d’empêcher des opérations de comptage par « hurlements provoqués » mises en œuvre au mois d’août par l’Office de la chasse et de la faune sauvage (OFCFS).

Depuis 2011, les éleveurs de brebis vosgiens déplorent la perte de leurs bêtes qu’ils attribuent aux attaques de loups.

Cette fois-ci, les associations écologistes appelaient leurs adhérents à se rendre sur le terrain afin de perturber les opérations de tirs tandis que les éleveurs concernés par les attaques de loup ont affiché leur satisfaction quant à la décision des préfectures départementales.




4 réactions sur “Loup – Le tribunal administratif de Nancy suspend l’autorisation de tir de prélèvement !

  1. Alex

    Chers défenseurs de la diversité, le loup on s’en fout !

    Une décision lamentable encore soumise au diktat de minorités qui se trompent une fois de plus de combat. Un tir de prélèvement n’est pas un tir d’extermination à ce que je sache. Il s’agit simplement de réguler une population en plein essor et dont la présence n’est pas compatible avec les méthodes d’élevage locales et les contraintes imposées par notre environnement vosgien fortement PARCELLAIRE. Que ces personnes prennent sur leur temps libre pour former les éleveurs à leur métier. Qu’elles leurs enseignent les moyens d’agir efficacement. Qu’elles effectuent les surveillances des troupeaux bénévolement puisque l’embauche d’un personnel spécifique dédié à cette tâche est, je pense, au-delà des moyens financiers de ces petites exploitations familiales. On cherche des bergers bénévoles, svp !

    Quand est-ce que ces chères personnes vont-elles enfin déposer un recours administratif pour préserver au nom de la diversité et de la cohabitation, aussi ragondins, rats musqués, fouines, martres, renards, sangliers, corneilles, frelons asiatiques, guêpes, varroa, termites, capricornes, blattes, cafards, tiques, aoûtats, poux, puces et surtout les morpions !

    Plus sérieusement, nos ancêtres n’étaient pas plus idiots et arriérés que nous, bien au contraire ! Ils avaient compris que le loup était un problème récurrent. La peur du grand méchant loup ne sort pas de l’imagination collective mais bien de faits réels ancrés au plus profond de nos racines et de notre histoire. Il n’y a pas de fumée sans feu ! De nombreuses croix aux détours de nos chemins témoignent encore aujourd’hui d’actes de prédation du loup sur l’homme ; notamment sur les enfants chargés de surveiller les troupeaux (Barbey-Seroux, Le Faing Herry à Eloyes, le Savoyen à Cleurie, etc…) Certes, ces méthodes de gardiennage ont fort heureusement pour nos enfants, bien changées depuis le XVIIIème siècle mais au détriment des moutons… La prolifération du loup est indéniablement liée à l’activité humaine, n’en déplaise à certains… D’ailleurs la plus forte population de loups dans l’histoire coïncide avec les grandes campagnes napoléoniennes. Des meutes entières suivaient les colonnes de soldats. Cherchez pourquoi… Encore un autre exemple. Les victimes bourguignonnes de René II dont Charles le Téméraire lui-même furent livrées à l’appétit des meutes de loups lorsque la Bataille de Nancy en 1477 s’acheva devant les murailles de la citée. Voyez le rapport… Et puis, pour preuve s’il le fallait, le chien, dit aussi le plus fidèle ami de l’homme, n’est-il pas issu de la domestication du loup ?

    Il est tout à fait compréhensible (et c’est même une obligation morale) de s’indigner contre certaines méthodes d’abattage, quelques fois d’élevage mais aussi contre la surconsommation de viande ! C’est un acte citoyen et c’est normal, fort heureusement !

    Lorsque l’on prétend agir au nom de la diversité, il y a des combats bien plus importants et ô combien plus urgents. De nombreuses espèces se sont éteintes par le passé non par l’action de l’homme mais bien par une modification du territoire et du climat (glaciation, réchauffement climatique, etc…). Le loup ne sera jamais menacé car il est suffisamment intelligent et qu’il a une capacité d’adaptation hors du commun quelque soit son environnement. Des étendues moins peuplées avec néanmoins une présence humaine primordiale pour lui, lui seront plus favorables, mais pas ici. D’ailleurs, n’est-il pas revenu par ses propres moyens ?

    Je le répète, il y des combats bien plus urgents et bien plus importants pour préserver la diversité mais bien moins faciles à mener ! Moins faciles car il s’agit du propre regard que nous portons sur notre activité humaine. Nous construisons beaucoup trop et beaucoup trop vite. Nous modifions notre environnement. Nous modifions surtout l’environnement vital aux espèces avec lesquelles nous cohabitons. A ce rythme-là, quand cet équilibre sera-t-il rompu ? Selon un rapport de l’ONU datant de 2010, 1 950 000 km² de terres agricoles sont converties chaque année dans le monde en terres pour le développement industriel et l’immobilier. La surface des terres émergées de notre planète avoisine 149 400 000 km² (soit environ 30% de sa surface totale). A cette surface, il faut retirer les principaux déserts dont la surface totale sur le globe atteint environ 46 662 000 km². Il reste donc 121 700 000 km² potentiellement habitables. En supposant qu’à ce jour, cette surface n’est pas construite (ce qui est une approximation grossière) et que l’homme a trouvé une solution pour se passer entièrement des terres agricoles et des forêts (donc il peut se nourrir par d’autre moyens que l’agriculture et il peut régénérer l’oxygène par synthèse artificielle), il nous faudrait environ 530 ans pour couvrir la Terre entière par notre activité !!! Alors, à ce rythme-là, le loup… on s’en fout !

    Dr. A.B.

    répondre
  2. un petit éleveur

    On marche sur la tête une fois de plus !
    Quel est l’intérêt du loup dans un monde et une conjoncture si difficile !
    Ce que l’on ne dit pas, c’est que les éleveurs lors de mise en pâture et transhumance de leur troupeau contribue au maintien des surfaces agricoles et la beauté des sites non exploitable mécaniquement et souvent très touristique : nous aimons tous vous et moi nous y promener à pied. La réalité économique étant ce qu’elle est, comme chacun devrait le savoir, la majorité des éleveurs ont de plus en plus de mal à vivre de leur activité, et plutôt envie d’abandonner leur activité !
    Ce ne sont pas les défenseurs du loup qui vont les aider à vivre !!!
    Les défenseurs du loup devraient tous être sollicités à tour de rôle pour protéger les troupeaux des éleveurs durant la nuit : il y aurait très rapidement beaucoup moins de partisans du loup : Eh oui se dire Ecolos et défenseur du loup, dans son canapé entre amis ou au comptoir d’un bistrot, c’est très facile, par compte se bouger pour donner un coup de mains aux éleveurs pour les aider à protéger leur troupeau, il n’y a plus personne !!
    A une époque où de nombreux individus clairvoyants prônent pour les produits alimentaires locaux et les circuits cours, les défenseurs du loup font l’inverse, sans vraiment s’en rendre compte, j’en suis sûr ! A moins qu’ils préfèrent consommer de l’agneau de Nouvelle Zélande qui a fait le tour de la planète avant d’arriver dans leur assiette; Oh pardon, c’est vrai qu’il est moins cher…..Au fait, à quoi servent les éleveurs régionaux ??
    Je pense très sincèrement que les éleveurs sont souvent bien plus respectueux de la nature que les Écolos. Le bon sens, indispensable pour exercer le métier de berger, les y obliges.
    Malheureusement, je crois sincèrement que l’écologie est devenue comme la médecine : à l’instant t, on se préoccupe d’un sujet, d’un problème, on décide de le traiter d’une certaine manière, sans se préoccuper de tout ce qui se trouve autour : c’est une manière de faire de plus en plus actuelle, mais également de plus en plus dépourvue de bon sens !! Le bien et le bon pour l’homme et la nature, c’est le juste milieu, le compromis, mais pas l’acharnement comme celui que les écolos font avec le loup !!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *