Search
mardi 21 nov 2017
  • :
  • :

Le loup tue un poulain à La Bresse L'exploitation de Jean-Yves Poirot une fois encore victime d'une attaque de loup

 poulain« Aujourd’hui, je sors de mes gonds ! » écrit  Lucie, la compagne de Jean-Yves Poirot, sur sa page Facebook. « Après s’en être pris à nos brebis et agneaux, voilà comment nous avons retrouvé un de nos poulain ce matin a 400 mètres de la maison ».

Un poulain égorgé durant la nuit et victime à l’évidence d’une nouvelle attaque du loup. Mais c’est la première fois que le grand canidé s’en prend à un poulain. 

« J’informe les mauvaises langues pro loups que ce poulain était en très bonne santé et plein de vie. Désolé pour ceux que ça choque mais on ne peut pas taire le problème, ça devient trop grave » ajoute l’éleveuse.




11 réactions sur “Le loup tue un poulain à La Bresse

  1. Fr. Laubacher

    Oui oui oui c’est insupportable ! …
    Comment dénommer un éleveur qui passe le plus clair de son temps à se protéger de ce que d’autres, à des années lumière de son quotidien, sèment ou laissent venir ici et là sur son chemin ????
    La France rurale du XXI° siècle n’est plus celle du XVII° et cette utopie paradoxale encouragée, ô combien, par des citadins amateurs du dimanche de la Nature ou de la Nature du dimanche …. au détriment de ceux qui y vivent, en vivent et l’entretiennent dans la semaine…..finira par avoir raison du quotidien de ces ruraux là !
    Attendons-nous à voir continuer cette escalade dans la nature des victimes, jusqu’au jour où …..
    Bon courage !
    Dr Fr. L.

    répondre
  2. Alex de Remiremont

    Encore une victime qui vient s’ajouter à une longue liste, sans parler du mal insidieux causé ici et là sur le reste des cheptels (bêtes affolées, stress, avortement…)

    A quand enfin DES autorisationS de prélévements sur le secteur Montagne ?

    Le loup s’attaque à une activité pastorale de petite échelle qui souffre et non aux grands élevages industriels… Dire « je suis pour le loup » revient à acheter du gigot de Nouvelle-Zélande en prônant le « Made in France ». En maintenant la pression du loup, voudrait-on que tous ces « petits » éleveurs qui perpétuent cette activité ancestrale soient découragés et abandonnent ? Voudrait-on aussi décourager les jeunes éleveurs ? On ne doit pas oublier que la pâture d’animaux permet de maintenir un biotope particulier avec une faune et une flore spécifiques aux milieux ouverts. Elle participe à un équilibre fragile entre la forêt et la prairie. Voudrait-on que ces milieux riches en espèces se referment par l’abandon de l’activité et soient remplacés par des alignements artificiels de résineux, futures forêts stériles sans vie et sans diversité ? C’est ça l’écologie !

    La main de l’homme est quelque fois nécéssaire pour maintenir la biodiversité (dans le bon sens). Je cite à titre d’exemple, l’apiculture. Grace au travail acharné des apiculteurs pour maintenir tant bien que mal un cheptel apicol dans leur exploitations (professionnelles ou amateures) également fortement touchées par les parasites et les produits phyto-sanitaires, les abeilles – qui au passage, sont des insectes semi-doméstiqués – ne participeraient plus à la pollenisation donc à la biodiversité !

    Quand les défenseurs du loup militent au nom de la diversité, ils parlent d’une seule espèce en occultant les problèmes générés sur toutes les autres. Ils oublient aussi qu’en France on perd chaque jour en moyenne 26 m² de terres agricoles. Ceci est bien plus grave. Si dans le futur il sera toujours possible de réintroduire le loup, il sera malheureusement impossible de regagner l’espace perdu et toutes les espèces enterrées par les pelleteuses. Mais déplacer un problème est souvent bien plus facile…

    En attendant, courage à M. Poirot et à ses proches durement touchés

    Un citoyen lambda amoureux de la Nature

    répondre
  3. Muriel

    Je suis effaré de vos commentaire,je vous signal tout de même que le loup était la bien avant vous et bien avant le reste,il se nourrit comme il peut c’est la nature
    C’est vous qui êtes sur ses terres et pas l’inverse donc à vous de le respecter et de protéger vos bêtes en les rentrant la nuit IU autre pour ne pas qu’il s’y attaque !!!!

    répondre
    1. Fr. Laubacher

      Bonsoir Muriel,
      « Effarée de nos commentaires » dites-vous ?
      Mais si vous êtes effarée, comme vous l’écrivez… c’est que nos écrits vous font peur et vous terrifient… pourquoi pas ? …
      Mais, un veau né naturellement au parc en plein été et dévoré par un loup ne vous fait pas peur …
      Le confinement et la claustration précoce des troupeaux en période nocturne voire pré-nocturne estivale ne vous fait pas peur non plus et sied à votre image de Dame Nature benoitement favorable en présence du loup ?…
      Sans vouloir vous juger, votre conception naïve (excusez-moi) de la Nature témoigne sans conteste de votre éloignement de ce problème et des contingences de l’élevage en général et du problème généré par le loup en particulier …..

      Préférez-vous, par ailleurs, que la France, face à l’abandon progressif de cette filière, augmente ses importations de viande ovine ou autre.
      C’est bien sûr ce qui arrivera quand la majorité des d’éleveurs auront définitivement mis la clef sous la porte, dégoutés par cet arbitraire, ce diktat citadin (pourtant si peu urbain….) face à eux qui entretiennent ce paysage que vous aimez tant et qui ont déjà tant de mal à joindre les deux bouts ?
      Ne pensez-vous pas qu’il y a une contradiction quelque part ?

      Nous avons bien compris vos conseils d’éleveur très éclairée que vous êtes et comptons sur vos compétences tout aussi éclairées pour aider les éleveurs dans leur tâche quotidienne faite d’élévations non pas de l’âme ou de l’esprit ……mais de clôtures de murs et de murailles, appendices honteux, ô combien naturels selon vous…. pour y enfermer leurs bêtes comme Dame Nature et votre bon sens urbain semble vous le dicter, en présence de votre ami le loup ….
      Soit c’est votre avis mais, … mais souffrez Madame, que l’on s’oppose à vous quand de ce fait, chaque jour ou presque, certains moins urbains que vous, en souffrent tant dans leur chair que dans leurs poches ….
      Bon courage encore aux éleveurs victimes de ces loups là !
      Fr. Laubacher

      répondre
      1. Louis Pasteur

        Les commentaires des anti-loups ont deux bons siècles de retard !
        Je ne vois pas en quoi quelques animaux d’élevage tués par des animaux sauvages peuvvent remettre en question toute une filière économique.
        Il ne faut pas se tromper d’adversaire : ce n’est ni le loup, ni les écologistes. Ce sont plutôt les assurances et les politiques qui n’aménagent pas de vraies solution pour maintenir le loup dans un écosystème correct.

        Nos forêts vogiennes n’ont plus rien de forêt : elels étaient mixtes au départ et aujourd’hui même les mairies, par pure flemme, replantent de l’épicéa. Avec une foret mixte, il y a plus de biodiversité, donc plus de gibier pour le loup. Le loup s’attaque aussi à ce qu’il y a de facile pour lui : plus facile de tuer un mouton ou un poulain (quoi que pour le poulain, c’est encore à voir) qu’elle chasser du chevreuil ou passer des heures à trouver du lièvre trop rare sur les hauteurs.

        Si je suis la même logique que vous, par l’absurde : il faudrait supprimer les bovins : ils tuent les hommes ! Source : Liste des accidents avec des animaux d’élevage : 45 morts : http://www.buvettedesalpages.be/liste-des-accidents-avec-des-animaux-d-elevage.html

        répondre
  4. trabucayre

    Que de grandes réflexions philosophiques ….
    Réfléchissons plutôt sur un autre prédateur : L’HOMME , bien pire que le loup ou tout autre animal et qui sur la planète , en un siècle a tué, pour le profit et non pour se nourrir aussi bien des animaux que ses propres congénères .
    Inutile de m’insulter , je ne fais pas partie de ces écolos à oeillères mais je veux simplement dire que l’on ne peut pas sur cette terre, éradiquer toutes les espèces et toutes les races qui nous déplaise .

    répondre
    1. Fr. Laubacher

      Bjr,
      Excusez-nous mais, la philosophie n’a rien à voir ici …
      Tout au plus peut-on y placer la sagesse, vertu presque cardinale s’il en est !
      C’est donc, au contraire, un aspect bien pragmatique des choses que nous avons rappelé…
      Et puis, …SVP, où avez-vous lu, ci dessus, notre volonté d’éradiquer le loup ? …
      Loin de nous l’idée de vous insulter, ne craignez rien mais respectez ce qui est écrit …
      Merci et bon courage aux éleveurs victimes de ces loups là….
      Fr. Laubacher

      répondre
  5. un petit éleveur

    On marche sur la tête une fois de plus !
    Quel est l’intérêt du loup dans un monde et une conjoncture si difficile !
    Ce que l’on ne dit pas, c’est que les éleveurs lors de mise en pâture et transhumance de leur troupeau contribue au maintien des surfaces agricoles et la beauté des sites non exploitable mécaniquement et souvent très touristique : nous aimons tous vous et moi nous y promener à pied. La réalité économique étant ce qu’elle est, comme chacun devrait le savoir, la majorité des éleveurs ont de plus en plus de mal à vivre de leur activité, et plutôt envie d’abandonner leur activité !
    Ce ne sont pas les défenseurs du loup qui vont les aider à vivre !!!
    Les défenseurs du loup devraient tous être sollicités à tour de rôle pour protéger les troupeaux des éleveurs durant la nuit : il y aurait très rapidement beaucoup moins de partisans du loup : Eh oui se dire Ecolos et défenseur du loup, dans son canapé entre amis ou au comptoir d’un bistrot, c’est très facile, par compte pour donner un coup de mains aux éleveurs pour les aider à protéger leur troupeau, il n’y a plus personne !!
    A une époque où de nombreux individus clairvoyants prônent pour les produits alimentaires locaux et les circuits cours, les défenseurs du loup font l’inverse, sans vraiment s’en rendre compte, j’en suis sûr ! A moins qu’ils préfèrent consommer de l’agneau de Nouvelle Zélande qui a fait le tour de la planète avant d’arriver dans leur assiette; Oh pardon, c’est vrai qu’il est moins cher…..Au fait, à quoi servent les éleveurs régionaux ??
    Je pense très sincèrement que les éleveurs sont souvent bien plus respectueux de la nature que les Écolos. Le bon sens, indispensable pour exercer le métier de berger, les y obliges.
    Malheureusement, je crois sincèrement que l’écologie est devenue comme la médecine : à l’instant t, on se préoccupe d’un sujet, d’un problème, on décide de le traiter d’une certaine manière, sans se préoccuper de tout ce qui se trouve autour : c’est une manière de faire de plus en plus actuelle, mais également de plus en plus dépourvue de bon sens !! Le bien et le bon pour l’homme et la nature, c’est le juste milieu, le compromis, mais pas l’acharnement comme celui que les écolos font avec le loup !!

    répondre
    1. Louis Pasteur

      Mais… d’où vous vient donc cette caricature d’un « colo dans son canapé »? J’ai vraiment des difficultés à voir aussi le lien que vous faites entre « favorable au loup », « défenseur de la cause animale », « écologiste » et, pour faire dans l’air du temps, « le bobo de service ».

      Je suis chasseur, je suis aussi photographe, j’ai une formation scientifique de bonne tenue, je ne travaille ni dans un bureau ni dans mon canapé… et pourtant je suis favorable au retour du loup, et loin d’être le seul.

      Idem, les liens que vous faites entre la présence du loup, quelques animaux d’élevage égorgés, et al fin de al filière d’élevage en France voire le cataclysme mondialisé d’être obligé de manger de l’agneau de Nouvelle Zélande…. avouez tout de même qu’il y a un manque d’analyse évident.

      Vous avez bien lu : je suis chasseur et je suis aussi partisan de manger moins de viande. Car le coût écologique de la filière est tout simplement énorme. Il fat vivre des familles ? oui… comme les mines charbon et la filière pétrole l’ont fait et le font encore.

      Encore une fois, ne vous trompez pas d’adversaire. Ici, l’adversaire n’est ni le loup ni les « zécolos ».

      répondre
  6. Fr. Laubacher

    Bonsoir Monsieur,
    Félicitations pour le choix du patronyme d’emprunt, mais attention à ce que le costume ne soit pas … trop grand ! …
    Ceci étant revenons à nos moutons:
    Nous devinons en vous lisant que votre quotidien ne vous rapproche pas du monde des éleveurs en général et des éleveurs ovins en particulier pour avancer de tels avis.
    C’est sûr que la population rurale active avec ses quelques pour cent voire quelques pour mille (élevage ovin) de la population active totale, … il faut le vouloir pour les voir et s’en rapprocher.….
    OUI Monsieur, IL Y A DANGER POUR LA FILIERE OVINE dont la balance commerciale et sans cataclysme aucun, surtout pour vous, profitera bientôt à d’autres si le problème du loup continue à porter ainsi préjudice non seulement aux animaux mais aussi bien sûr aux marges donc aux revenus des éleveurs.
    (Rassurez-vous et après avoir lu un peu plus bas votre couplet sur l’élevage …. le marché de la viande ovine continue à s’effriter comme le précisait le communiqué de presse de France AgriMer de septembre 2016 )
    Vous croyez connaître ce sujet mais,
    Croyez-vous cher Monsieur qu’il soit, pour un éleveur, facile, logique, naturel de supporter de tels massacres ?
    Croyez-vous que l’âme d’un éleveur s’efface devant la vénalité d’un, voire des, remboursements de bêtes à répétition ?
    Croyez-vous que l’intérêt pour son métier se résume en règlements de préjudices à répétition ?
    Croyez-vous que les animaux soient mieux enfermés qu’en liberté ?
    Croyez-vous que ces élevages confinés, cloîtrés, enfermés cadenassés correspondent vraiment à l’image « pastorale » de l’élevage que nous aimons tous, même si nous ne sommes pas tous consommateurs des produits de ces élevages ? …

    Non Monsieur, les éleveurs n’élèvent pas des animaux pour les offrir sur un plateau à vos amis les loups, QUAND BIEN MEME LES ASSURANCES, l’ETAT, OU QUELQUE COLLECTIVITE PUBLIQUE QUE CE SOIT…. LES REMBOURSERAIENT-ELLE ! ….

    Par ailleurs savez-vous que
    La prise en charge vantée par les services officiels des dépenses générées par la nécessaire protection des troupeaux ovins, que ce soit par des filets, patous et autres bergers sur place …, se fait à la hauteur de 80 % du HT seulement…
    Ceci fait donc 20 % à la charge de l’éleveur qui est à la TVA et 40 % à la charge de celui qui n’y est pas ! ….
    Je pense qu’il est inutile de préciser ici que cette prise en charge nécessite force dossiers et imprimés à remplir et que ce remboursement n’arrive que plusieurs mois voire un an après la dépense….
    Êtes-vous prêt Monsieur le citadin à en faire de même le jour où un tel diktat « au féroce appétit pour grignoter vos bénéfices », frappera à votre porte professionnelle ??? ….

    En outre, les derniers chiffres issus des études sur l’efficacité des dites protections montrent que 90 % des brebis tuées en 2015 bénéficiaient de 2 systèmes de protection sur les 3 cités ci-dessus. ..
    C’est dire peu qu’affirmer que l’escalade n’en n’est qu’à ses débuts et que les apprentis sorciers ne s’en seraient pas pris autrement ! …
    Toujours dans cette étude, la dépense générée par la mise en place des systèmes de protection rapportée au nombre de brebis tuées coute à l’éleveur 2000 € par brebis tuée …..

    « Votre saillie sur la biodiversité manque un peu de fondement … »… car quoiqu’il en soit, quoiqu’il arrive, et vous le savez bien,… il sera toujours plus facile pour vos amis les loups de venir cueillir leur pitance dans un troupeau, quitte à gâcher cette pitance et jouer avec en l’avilissant …., plutôt que de la chercher sous forme sauvage dans la nature …
    Vous savez comme chacun d’entre nous que la nature n’est plus ce qu’elle était au XVII, voire avant, époque ou l’élevage à proprement parlé n’existait pas.
    Pour ce qui est de votre couplet social et de la comparaison avec les mines …
    Quelle compassion, bravo « Monsieur le chasseur à la formation scientifique de bonne tenue »… !

    Bon courage aux éleveurs victimes de ces loups là !
    Dr Fr. Laubacher

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *