Search
jeudi 15 nov 2018
  • :
  • :

Il est mort Grouin-Grouin On tue le cochon à l'Auberge de la Mexel...et on le mange dimanche

image_pdfimage_print
L'équipe de "on tue le cochon " à la Mexel

L’équipe de « on tue le cochon  » à la Mexel

Si un grand nombre de traditions ont hélas disparu, la faute à une France anormalement  normée, il est des faits de vie qui perdurent dans le temps et c’est bien ainsi. Grouin-Grouin est mort vive Grouin-Grouin. En d’autres termes,le début de semaine était consacré à tuer le cochon à l’Auberge de la Mexel sur les contreforts de la Creuse. Trois à quatre  fois par an, Brigitte et Claude Voirin aiguisent leurs couteaux et surtout leur savoir-faire qu’ils puisent notamment dans la bible du moment soit un traité de charcuterie artisanale prêté par un ancien de la profession en la personne de François Leher de Biffontaine. C’est lui, le spécialiste de la préparation du cochon. C’est lui le docteur ès saucisses et autres cochonnailles qui s’étaleront sur la table de la Mexel dès dimanche prochain à midi sonnante. Amen !  Paix à l’âme de Groin-Grouin le cochon de 9 mois, élevé sur place et d’une petite centaine de kilos qui va cette fois engraisser le corps de convives attendues.

Mais avant cela il aura fallut tuer la bête à l’abbatoir pour un retour dans la cuisine de Brigitte Voirin et pour une première découpe. Nous sommes passés à l’heure du « boyautage » néologisme, à l’heure où la saucisse de ménage prenait forme avant de laisser la place à la chipolata, au boudin  et enfin au fromage de tête. Tout est bon dans Grouin-Grouin, rien ne se perd comme le veut la tradition…Et pour la transmission, pour un coup d’œil obligatoire, les hôtes de la Mexel avaient invité Virginie et Thierry de la Ferme Auberge Sainte-Mathilde de Tucquenieux… Ce sera ensuite à eux d’œuvrer à la limite de la frontière luxembourgeoise pour le plaisir gustatif de leurs clients.

En attendant et si le cœur vous en dit,  la table de la Mexel sera « pantagruéliquement » copieuse…Pléonasme, pour un repas frugal, enfin on dira comme ça.

Le menu du jour et pour 25€ : Soupe de potiron, Pâté de foie et fromage de tête, boudin et sa compote, chipolata et saucisse fumée sur son lit de « toffayes »,  dessert maison et pain d’épice. Trois fois rien en somme !

Ils ont tué le cochon à l’auberge de la Mexel. Prochain rendez-vous des cochonnailles dimanche 4 décembre et  le 8 janvier !

Ferme Auberge de La Mexel :

Adresse : 66 Chemin de la Mexel, 88400 Gérardmer
Téléphone : 03 29 63 39 36

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.