Search
mercredi 22 nov 2017
  • :
  • :

Tidarmène toujours dans les esprits Les échanges se poursuivent avec le comité local de jumelage malgré une situation tendue au nord Mali

Gérard Lecomte en compagnie de Fatimatou

Gérard Lecomte en compagnie de Fatimatou

Depuis 1990, avant même la « rébellion », l’esprit des Gérômois va toujours en direction du Mali, plus exactement vers Tidarmène, ville d’Afrique avec laquelle le comité de Jumelage présidée par Gérard Lecomte poursuit sa coopération.  Il est aujourd’hui difficile, ce depuis plusieurs années, de se rendre sur place mais les liaisons téléphoniques et physiques via l’ONG Organisation Non Gouvernementale GARI permettent de maintenir le lien avec Tidarmène, territoire toujours  sous le joug des rebelles locaux mais aussi des terroristes. Certes, depuis lundi dernier, il existe une nouvelle autorité nommée par le gouvernement Malien, mais il faut avouer que les accords d’Alger votés en novembre 2015 entre la République du Mali et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), une alliance de groupes armés rebelles touareg et arabes,  ont pour l’instant échoué. La paix et  la stabilité du pays sont toujours en suspens au détriment des populations locales avec tout ce que cela implique. L’école n’est toujours pas réouverte, d’où le soutien permanent du comité de jumelage et de la municipalité de Gérardmer  en direction de l’hôpital et de la finition plus particulièrement de la maison des accouchements. Il reste l’achat et l’aménagement de panneaux solaires, l’installation du circuit électrique  et la mise en place d’un grillage d’enceinte pour la protection contre les troupeaux.

Ainsi va la vie du coté de Tidarmène sur fond de restructuration du jumelage menée par les bénévoles  qui s’appuient sur l’ONG G.A.R.I mais aussi sur Médecin du Monde.

 » A ce propos, nous avons tout de même et malgré les contraintes une action en cours » souligne Gérard Lecomte  et le secrétaire de l’association, Dominique Breusch « huile et semoule sont en cours d’acheminement en direction d’une vingtaine de familles. Les conditions climatiques sont déjà très dures. Le vent et le sable détériorent les pâturages ».

Lors de l’assemblée générale de l’association qui sait déroulée vendredi soir à la maison de la montagne on a su que les gérômois sont également allés à la rencontre du  député de la région du Cercle de Tidarmène, Bajan Ag Hamatou venu en mars 2016 à Laxou pour animer  une conférence sur la  situation actuelle  au nord Mali.

Et puis, pour confirmer les échanges concrets et plus proches de nous, depuis un an et demi la lycéenne de 19 ans Fatimatou est scolarisée en classe de terminale au Lycée de la Haie Griselle. Une jeune femme originaire de Segou, situé à 240 km de la capitale Bamako, dont l’objectif est de faire ses études dans de bonnes conditions confirmant  les bons rapports entre la France et le Mali. L’essentiel est là, pour un demain encore meilleur. C’est en tout cas ce que souhaitent les adhérents au comité de soutien à Tidarmène.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *