Search
vendredi 16 nov 2018
  • :
  • :

Ne nous y « Trumpons » pas Les plantes curatives et culinaires sont stars de la semaine du développement durable

image_pdfimage_print
Un groupe d'une dizaine de personnes était de la sortie

Un groupe d’une dizaine de personnes était de la sortie

Elle a la peau halé par le soleil qu’elle fréquente au quotidien, l’œil clair, les traits fins, la voix douce, on a envie de suivre Vanessa Savignard, accompagnatrice en montagne, installée dans la Vallée de Haute Meurthe. Mais l’histoire de la semaine de développement durable initiée par la commune ne s’arrête pas à une sensation personnelle, ne nous y « trumpons » pas. Si le climat et la communion avec la nature ne représentent pas un intérêt majeur pour tout le monde, suivez mon regard, nous sommes pourtant rattrapés par la vérité de l’instant présent.

Alors Vanessa..Heureuse !

Alors Vanessa..Heureuse !

Et sans nul doute c’est un sale temps qui s’abat sur la planète depuis de nombreuses décennies. Alors, l’avenir s’inscrit dans la connaissance de notre milieu naturel et ce qu’on peut en extraire. A l’instar de ce que propose Vanessa Savignard soit de découvrir les plantes curatives et culinaires. Au pays de la bonne bouffe, on ne peut pas passer à coté de quelques épices locales.

Le groupe de ce samedi matin prenait la direction des Hautes-Vannes,  de Grouvelin et des Bioquées afin de découvrir des plantes parfois méconnues du grand public avec des vertus curatives et culinaires telles que les orties,  pour des tisanes, du plantin, du sureau, mais aussi de l’ail des ours. Bref, de quoi changer peut-être le cours d’une ou plusieurs vies comme ont pu déjà le découvrir les écoliers gérômois depuis le début de la semaine. Celle que les loupiots appellent déjà « Vanesse » a investi  l’ancienne école du Phény après identification et cueillette des précieux « herbages ». Un détour en cuisine et  l’accompagnatrice et son public ont pu transformer la nature en recette c’est à dire en croissants au fenouil….Si le cœur vous en dit, il faudra maintenant regarder les fleurs et les plantes différemment. Développement durable oblige.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.