Search
dimanche 18 nov 2018
  • :
  • :

Un Vosgien jugé pour viol sur sa belle-fille de 14 ans

image_pdfimage_print

Depuis ce mercredi, un homme est jugé devant la cour d’assises des Vosges  pour des faits de viol sur sa belle-fille alors âgée de 14 ans.

Les faits ont eu lieu du 4 janvier 1997 au 30 juin 1999. Le 27 juillet 2010, sa belle-fille dépose plainte à Saint-Dié-des-Vosges pour le viol et l’agression sexuelle de son beau-père. Lui-même dépose plainte pour diffamation. Il accuse celle-ci de faire courir le bruit d’attouchements et de viol. Il aurait eu plusieurs relations sexuelles avec la jeune fille alors âgée de 14 ans. Pour se défendre, celle-ci enregistre une conversation à l’insu de son beau-père.

Des relations sexuelles reconnuesviol

L’homme est placé en garde à vue et fini par reconnaître les relations sexuelles avec la jeune fille mais assure que celle-ci était consentante. Il estime avoir eu de bonnes relations avec sa belle-fille : « comme un père à sa fille ».

La mère de l’accusé a été entendue. « Je n’ai pas mis au monde un violeur. Mes 5 enfants ont tous été bien élevés, aucun n’est tombé dans la délinquance. Quant au viol je n’y crois pas. » assure-t-elle devant la cour.

L’homme a été marié une première fois à l’âge de 22 ans, mais très vite le couple bat de l’aile. « Ce mariage ne s’est pas bien passé. Il n’était pas satisfait sexuellement de son ex-femme et la belle-mère était trop présente » commente la mère du quinquagénaire qui précise qu’il était très heureux avec sa nouvelle femme. « Il était soumis à son épouse. Il était très amoureux de sa femme. » assure-t-elle.

20 ans de réclusion criminelle encourues

La mère de l’accusé explique le viol par « un moment de déraillement » de son fils. « Ce n’était pas le caractère de mon fils. C’est arrivé à un moment où ça n’allait pas bien dans sa tête.  Je pense qu’il y avait consentement mutuel. » explique-t-elle.

Selon Me Laurent Bentz, l’avocat de la partie civile, la petite sœur accuserait aussi le quinquagénaire d’avances.

L’accusé risque jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.