Search
jeudi 21 sept 2017
  • :
  • :

Notre – Dame de la Creuse était en liesse

viergeCe dimanche, la tradition gérômoise  a été, une fois encore respectée : quelques dizaines de pèlerins ont rejoint le site de la Creuse pour gagner le rocher qui sert de base à la chapelle qui domine le site sous le vocable de Notre- Dame de la Creuse..
Depuis plus d’un siècle, il en est ainsi le dimanche qui suit le 8 septembre, date à laquelle est célébrée la naissance de la Mère du Sauveur, sauf que la procession  qui partait de la croix située à l’orée de la forêt a  été supprimée. C’est donc au pied de la chapelle joliment fleurie, après s’être frayé un chemin parmi les hautes fougères qui abondent, les pèlerins se sont rassemblés  pour prier la Vierge, entourant l’Abbé Daniel VOINSON qui officiait là pour la dernière fois en tant que Curé de Gérardmer.  La cérémonie au cœur de cette campagne baignée de soleil a duré une petite heure, l’occasion pour les personnes présentes de manifester leur attachement à la Vierge mais aussi d’asseoir  toujours le présent  sur le passé et ses traditions pour mieux envisager l’avenir malgré toutes les incertitudes du moment.  Naturellement, les pèlerins reprirent  en chœur le traditionnel chant composé par les sœurs CONTAL, occasion aussi de se souvenir de tous ceux qui, par le passé, venaient dans ce petit coin de paradis confier leurs peines et espoirs en espérant un miracle …. Comme celui de l’eau de la petite fontaine cachée au pied du rocher, sous la fresque qui attire autant les croyants que les visiteurs. Et l’on a été heureux de retrouver  les membres de la famille DUFOUR (pharmacien de la Grand’Rue) et père de Madame SESTIER (-ancienne organiste très dévouée du temps de la guerre et  de l’immédiat après-guerre). Comme toujours, les prières et les chants ont été lancés vers le ciel sous le signe de l’espoir en la Paix sur le monde et le soutien à tous ceux qui sont dans la souffrance, le désespoir,  sans oublier les victimes du typhon Irma  et autres cataclysmes, attentats et tempêtes humaines qui agitent le monde.

La soirée s’est prolongée sous le signe de l’amitié à l’auberge voisine toujours si accueillante.

F.L

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *