Search
jeudi 15 nov 2018
  • :
  • :

Presse régionale – 31 millions d’euros de pertes en 2016 pour Le Républicain Lorrain, L’Est Républicain et Vosges Matin Suppression de 60 emplois

image_pdfimage_print

Presse-regionaleNous diffusons ci dessous le communiqué de l’intersyndicale du Républicain Lorrain en date du 7 septembre 2017. Ce communiqué annonce la fermeture de l’imprimerie du Républicain Lorrain, à Woippy (Moselle), et la suppression de 60 emplois qui va s’ensuivre. L’impression du journal mosellan sera transférée lors du premier semestre 2018 à L’Est Républicain, à Houdemont (Meurthe-et-Moselle). L’Est Républicain et Le Républicain Lorrain font tous deux partie du pôle Presse du Crédit Mutuel.

Ce communiqué précise que l’actionnaire principal justifie sa décision par l’ampleur des pertes du pôle Presse du Crédit Mutuel, estimées à 55 millions d’euros en 2016, et particulièrement par celles des trois titres de Lorraine, qui s’élèvent à 31 millions M€. Les trois titres de Lorraine, c’est-à-dire Le Républicain Lorrain et L’Est Républicain, déjà cités, et Vosges Matin.

Le communiqué de l’intersyndicale du Républicain Lorrain.

« Fermeture de l’imprimerie : 60 emplois supprimés au Républicain Lorrain

Philippe Carli, le nouveau responsable du pôle Presse du Crédit Mutuel, a annoncé ce jeudi lors d’une « réunion informelle » avec des représentants du personnel du Républicain Lorrain sa décision de fermer le site d’impression de Woippy, et d’ouvrir un plan de suppression d’environ soixante emplois. L’impression du Républicain Lorrain, qui passera alors au format « tabloïd », sera confiée à L’Est Républicain, à Houdemont, dans le courant du premier semestre 2018. Cette décision entraînera un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) au Républicain Lorrain et d’un plan de départs volontaires limité à 10 à 20 salariés à L’Est Républicain. « Pour l’instant », ces mesures ne concernent que le secteur de l’impression.

Le Crédit Mutuel, selon Philippe Carli, s’engage à « accompagner socialement » ce projet. Les possibilités de reclassement du personnel, que Philippe Carli estime très limitées, seront étudiées au cas par cas.

Le projet devrait être soumis au Comité d’Entreprise avant la fin de cette année. Auparavant, un calendrier très serré de réunions avec les représentants du personnel va être rapidement mis en place, pour travailler sur ses aspects industriels et sociaux. A cet égard, les représentants de la Filpac-CGT, de la CFDT et de Force Ouvrière ont demandé avec insistance que l’ensemble des syndicats présents au Républicain Lorrain, cosignataires du présent communiqué, soient associés à la préparation du projet, qui impactera évidemment toute l’entreprise.

Sur l’avenir du site de Woippy, Philippe Carli a écarté toute hypothèse de transfert des services à Houdemont. Aucune décision n’est annoncée pour le bâtiment lui-même, qui dépendra des « opportunités ». Il exclut également la perspective d’une fusion des titres, qui doivent « conserver leur ADN », et a promis de conserver des rédactions autonomes, « même si des choses doivent être faites en commun ».

L’actionnaire justifie sa décision par l’ampleur des pertes du pôle Presse du Crédit Mutuel, estimées à 55 millions d’euros en 2016, et particulièrement par celles des trois titres de Lorraine, qui s’élèvent à 31 M€. L’économie générée par la suppression de l’imprimerie du Républicain Lorrain (coûts salariaux et réduction des charges fixes) devrait s’élever à 9 M€ par an. En parallèle, l’entreprise devrait ouvrir un plan de gestion prévisionnelle des emplois et compétences (GPEC) pour préparer l’avenir et « anticiper les nouveaux mé- tiers » de la presse.

Philippe Carli participera le 28 septembre prochain à la réunion du Comité d’entreprise, qui devrait être suivie d’une assemblée générale du personnel convoquée par la Direction.

Philippe Carli affirme vouloir faire d’EBRA, le pôle Presse du Crédit Mutuel, « un groupe fort de la presse quotidienne ». Mais à quel prix ? L’intersyndicale du Républicain Lorrain fera tout son possible pour que les salariés ne soient pas les seuls à payer les erreurs de stratégie de l’actionnaire depuis dix ans. Elle invite également tous les salariés à garder la tête froide, et à ne se tenir informés qu’auprès de sources fiables ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.