Search
mercredi 14 nov 2018
  • :
  • :

La Voie Verte de la Vallée de la Vologne « à la croisée des chemins » Prochaine étape : trouver un "maître d'oeuvre"

image_pdfimage_print

La fermeture de la ligne officiellement actée par décisions de SNCF Réseau, l’association de la Voie Verte attend désormais qu’une collectivité soit désignée pour porter le projet.

Liliane Lalevée entourée de Michel Gorges son secrétaire et du vice(président du Conseil Départemental Benoît Jourdain (à droite sur la photo).

Liliane Lalevée entourée de Michel Gorges son secrétaire et du vice(président du Conseil Départemental Benoît Jourdain (à droite sur la photo).

L’assemblée générale de l’association pour la voie verte de la vallée de la Vologne a eu lieu ce samedi 23 octobre à la salle des fêtes de Granges-sur-Vologne où de nombreux élus avaient répondu présent à l’appel de la présidente Liliane Lalevée. Une preuve supplémentaire que ce projet trouve un écho plus que favorable auprès des collectivités susceptibles d’apporter leur soutien technique et/ou financier à cette démarche. A la table des officiels, on retrouvait ainsi Benoît Jourdain, vice-président du Conseil Départemental délégué au tourisme, Didier Houot, président de la Communauté de Communes des Hautes Vosges, son homologue Yves Bastien de Bruyères, Vallons des Vosges avait également envoyé un émissaire, sans oublier les maires ou adjoints des communes concernées par la future voie verte.

Cela faisait donc plaisir à voir du côté des membres et du bureau de l’association dont le secrétaire Michel Georges s’est fait un plaisir de faire un point sur la situation. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que les nouvelles sont plutôt bonnes : « La fermeture de la ligne ayant été actée en février 2017 par décision de SNCF Réseau, nous pouvons dire que nous sommes arrivés à un point crucial. Nous sommes à la croisée des chemins et la prochaine étape consistera à trouver quelle est la collectivité qui souhaitera prendre le relais pour porter le projet et ainsi signer la convention de transfert de gestion avec SNCF Réseau. SNCF réseau qui mettra alors à disposition la ligne fermée. Il faut d’ailleurs préciser que le transfert de gestion est une procédure moins lourde, plus rapide que le déclassement, mais elle est réversible (…)».

AG Voie Verte vallé vologne (1)Pas de panique néanmoins, il faudrait un concours de circonstances improbable ou un véritable séisme pour que, si la voie verte voyait le jour, SNCF Réseau souhaite reprendre la gestion de son bien, tout en sachant qu’une compensation financière accompagnera ce nouveau changement de mains… Ce qui est sûr, c’est que l’association a déjà rencontré de nombreux élus et que, comme l’a rappelé Michel Georges, le contexte et la période sont favorables au projet : « Le vélo est en pleine essor dans le secteur et le Département mène une politique en sa faveur avec, par exemple, l’appli  »Bike.Vosges ». Le Pays de la Déodatie et celui de Remiremont mènent également une réflexion sur les liaisons dites « douces » dont font partie les voies vertes par exemple. La voie verte de la vallée de la Vologne sera donc incluse dans cette démarche, dans cette étude globale menée par les deux pays ».

Même son de cloche du côté du Conseil Départemental qui affiche une véritable volonté d’avoir des connexions entre ces voies et ces liaisons douces. L’idée est de mettre en place un maillage et donc un schéma structuré et pertinent sur leur développement. « Le CD88 est attaché au développement du cyclisme, notamment au niveau touristique, à travers un investissement dans les voies vertes et d’autres projets pratiques pour les usagers comme l’appli Bike.Vosges et ses tracés établis par des sportifs locaux de renoms. Nous apporterons donc notre soutien financier et technique au projet lorsqu’un porteur, un maître d’œuvre aura été désigné » a annoncé Benoît Jourdain.

Ce « maître d’œuvre », ce « pilote », ce sont vraisemblablement les résultats de l’étude globale qui le désigneront. Étude dont les résultats devraient probablement être connus au cours du 1er semestre 2018. Une étude plus détaillée serait donc susceptible de suivre pour affiner le projet et réunir toutes les forces susceptibles de l’intégrer. En attendant, l’association pour la voie verte de la vallée de la Vologne continuera son action de sensibilisation et de promotion tout en rappelant qu’un tel projet est une aventure de longue haleine. Mais comme dirait Michel Georges : « Le projet est plus que jamais dans les papiers !! »

Retrouvez l’association pour la Voie Verte et ses actions sur son site : http://www.voie-verte-vallee-vologne.fr/




5 réactions sur “La Voie Verte de la Vallée de la Vologne « à la croisée des chemins »

  1. Eric

    Une bien belle connerie surtout….

    C était bien la ligne dans les Vosges qu il ne fallait pas toucher pour une réouverture et enfin changer nos comportements … mais vous détruisez tt dans la région. Du grand n importe quoi

    Vive les VOSGES

    répondre
  2. jmv

    Il n’y a aucunes voies multi-activités dans un rayon de 20 kms autour de Gérardmer.
    Le lobbying grotesque des gens de TG2V avait eu pour principal effet de bloquer le projet.
    Avec le déclassement de la voie et le démontage imminent des rails, le dossier devrait espérons le rapidement avancer .

    répondre
  3. Eric

    Oui c sur avoir une voie verte c SUPER important!

    « Tg2v aura bloqué l avancement du projet voie verte  » mais oui…
    Qui va définitivement condamné le retour du train ?? Grace a quelques personnes dont leurs loisirs passent avt tout sans penser aux autres .
    Les voies verte oui mais pas sur les lignes ou il y a du potentiel et un réel plus pour nous tous.

    Alors Prochaines étapes ?DEMOLITION DU C.H.U Gerardmer pour une salle de sport? fermeture de nos écoles puisque personne ne viendra s installer à Gerardmer mais aussi dans la vallée car tt disparaît années après années
    Vous partez dans des délires incompréhensible.

    répondre
  4. E.T

    Il est possible de créer des voies multi-activités dans les alentours de Gérardmer sans oblitérer le seul mode de transport responsable dont on dispose actuellement. Le grotesque, c’est de ne pas prendre en compte le réchauffement climatique et préférer le plaisir immédiat au exigences de demain.
    Vous allez me dire : cette fermeture c’est peu de choses à coté de ce que nous réserve l’actualité, mais la misère du monde ce n’est que quelques gouttes de mal dans un océan de bêtises !

    répondre
    1. jmv

      Votre petit délire ( avec l’argent de mon voisin je peux moi aussi tout imaginer..) c’était 40 millions pour la remise en état de la ligne + 2 millions par an de frais de fonctionnement.

      Au lieu d’être jeté dans la Vologne, cet argent ne sera pas de trop pour servir au développement de notre economie plutôt qu’être dilapidé pour transporter 5 pelés / jour.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.