Search
jeudi 15 nov 2018
  • :
  • :

Lucienne Mengual nous a quittés

image_pdfimage_print

C’est avec peine que nous avons appris la disparition de Lucienne Mengual, survenu le 29 septembre 2017 à l’hôpital de Saint Dié où elle venait d’être admise.

Mamie LucienneLucienne Salmon a vu le jour le vendredi 13 juin 1928 à Mery Es-Bois (18), tout comme sa grande sœur Sébastienne qui réside aujourd’hui à Nice. Après sa scolarité, Lucienne devient rapidement infirmière et, de nature aventurière, officie à l’étranger. Ses fonctions la mèneront par exemple à garder le neveu du Shah d’Iran. Jeune Mariée à Joseph Mengual, pilote dans l’Armée de l’Air, elle s’engagera à son tour en tant qu’infirmière pour le rejoindre alors qu’il est affecté en Indochine.

De leur Union naîtront deux filles : Rose-Marie et Marie Josée, domiciliée à Gérardmer. Elle consacrera alors son temps à élever ses deux enfants tout en suivant son époux au gré de ses affectations, ce qui l’amènera à vivre avec sa petite famille pendant quelques années au Congo ainsi qu’en Côte d’Ivoire, à Bouaké notamment. De retour en France au milieu des années 60, Lucienne et Joseph s’installent à Neuilly sur Scène, puis en 1982 à Levens (06) où ils passeront une grande partie de leur retraite. C’est dans ce charmant village qu’elle aimait accueillir ses petits-enfants Quentin, Henri & Louise, avant de s’installer à Nice suite au décès de Joseph. Depuis un peu plus de deux ans, Lucienne avait également eu l’immense plaisir de devenir l’arrière-grand-mère d’un petit Lowell.

Reine du patchwork et du tricot, elle avait réalisé de nombreuses pièces pour toute sa petite famille, et notamment ses petits-enfants quant ils étaient tous petits. Elle pratiquait souvent ces deux activités avec ses amies en compagnie desquelles elle partait également régulièrement en voyage. Mamie attentionnée et généreuse, elle a toujours aimé gâter son petit Lowell et ses petits-enfants et elle ne manquait pas de leur faire plaisir en leur préparant des bons gâteaux (quand ils ne brûlaient pas…). Très gourmande elle aussi, elle avait un certain savoir faire en matière de pâtisserie. Un peu distraite parfois, elle a transmis à sa plus jeune fille ainsi qu’à sa petite-fille ce trait de caractère dont elles savent se montrer les dignes héritières. Engagée bénévolement au sein de plusieurs associations, elle avait longtemps fait partie de la VMEH (visite des malades en milieu hospitalier).

Depuis un peu moins d’un an, elle était venue s’installer à Gérardmer afin de se rapprocher de sa fille Marie-Josée et de ses petits-enfants. Elle s’est éteinte ce samedi à l’âge de 89 ans. Ses obsèques seront célébrées le mercredi 4 octobre dans l’intimité familiale.

Nos sincères condoléances




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.