Search
mardi 20 nov 2018
  • :
  • :

Une alimentation réfléchie et des circuits courts pour les écoliers de Xonrupt On commence avec des bons yahourts et du fromage

image_pdfimage_print
Les écoliers de primaire en compagnie du chef Sabrina à l'heure de la dégustation du fromage !

Les écoliers de primaire en compagnie du chef Sabrina à l’heure de la dégustation du fromage !

A Xonrupt, on veut ce qu’il y a de mieux pour les enfants, surtout quand il s’agit de casser la coûte ! Alors pour ça, rien de tel que de faire appel aux producteurs locaux.

C’est un choix de la municipalité xonrupéenne : depuis peu, le restaurant scolaire de la commune est affilié à la plate forme Agrilocal qui permet d’acheter des produits locaux afin de proposer aux enfants une alimentation réfléchie. Ce sont donc des produits en provenance de producteurs du secteur qui arrivent progressivement dans les assiettes des écoliers. De bons yahourts, du fromage de la chèvrerie de la Peute Goutte ou de la Tome de la Ferme Étienne, il y a déjà de quoi se régaler !

Philippe barotte présentant le fromage de chèvre de Peut Goutte aux enfants ce jeudi matin

Philippe Barotte présentant le fromage de chèvre de Peute Goutte aux enfants ce jeudi matin.

C’est sous l’impulsion du Conseil Départemental des Vosges et de la Chambre de l’Agriculture qu’est née la plateforme Agrilocal qui a pour vocation  de mettre en lien les acheteurs publics de la restauration collective avec les producteurs du département et des départements limitrophes. « Cela nous permet de lancer un marché sur un type de produit auquel répondent les producteurs liés à la plateforme. A Xonrupt, nous avons configuré l’appel dans un rayon de 50 km. Cela nous permet de valoriser des produits et le travail des producteurs, de faire découvrir des produits aux enfants et de leur faire découvrir ou redécouvrir des saveurs nouvelles tout en privilégiant les circuits courts. Ça demande un peu plus de travail en cuisine, mais nous avons la chance d’avoir une vraie cuisinière de métier en la personne de Sabrina qui joue parfaitement le jeu et sait transformer les produits que l’on commande » explique l’éducateur sportif de la mairie de Xonrupt-Longemer Philippe Barotte.

école xonrupt cantineLa mairie de Xonrupt qui est d’ailleurs la première collectivité vosgienne à avoir adhéré à ce système et qui ne compte pas s’arrêter là : « Nous sommes un peu dans une période d’essai mais nous souhaitons aller plus loin et proposer ce type de produits de manière plus régulière par la suite. C’est une volonté communale forte et nous allons étudier de près les contraintes budgétaires pour pouvoir développer cette démarche. Mais nous sommes confiants et les producteurs jouent le jeu eux aussi. Nous avons même pour projet de proposer une fois un menu spécial réalisé avec des aliments produits dans un rayon de 20 km ou moins ! Pour le pain, en tout cas, on ne peut pas faire plus local, il provient d’une boulangerie située juste derrière la cantine » ajoute Philippe Barotte. Ce qui est sûr, c’est que les premiers concernés adhèrent déjà au projet. Les 70 écoliers qui fréquentent le restaurant scolaire se régalent en plus de prendre soin de leur petite santé et de celle de la planète en consommant de manière plus responsable. Bref, tout le monde est gagnant !

 




Une réaction sur “Une alimentation réfléchie et des circuits courts pour les écoliers de Xonrupt

  1. Alex

    Si cette démarche tout à fait respectable est justifiée par la fait que consommer local des produits plus sains c’est mieux pour l’environnement et pour la santé, est-ce bien une alimentation entièrement réfléchie? Ne devrait-on pas davantage axer l’éducation des petits palais, futurs consommateurs sur les problèmes que génèrent la surconsommation excessive et le gâchis alimentaire? Par exemple, il est aujourd’hui normal de manger de la viande à chaque repas et pourtant produire autant de viande à faible coût a un très lourd impact en carbone (et en méthane aussi) sur l’environnement sans parler de certaines filières où s’ajoute la souffrance animal ! Ecoeuré quand je vois les assiettes à moitié vidées qui repartent en cuisine, restaurants collectifs ou traditionnels confondus… Il y a encore beaucoup de chemin à faire !

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.