Search
mardi 13 nov 2018
  • :
  • :

Festival International de Gérardmer : « la maison mère » du fantastique Un quart de siècle en janvier prochain, ça se fête et ce sera à la patinoire le samedi soir !

image_pdfimage_print

Le Festival International du Film Fantastique se porte à merveille et fêtera ses 25 ans d’existence et de frisson en janvier 2018. Un quart de siècle qui aura permis à cet événement phare du paysage cinématographique français de devenir aux yeux de certains « la maison mère du fantastique » !

Ag festival 2017 (1)L’ambiance était donc relativement détendue jeudi soir à la Villa Monplaisir où avait lieu l’assemblée générale de l’association du festival. Réunion qui a débuté par une petite pensée à feu Johnny Hallyday qui avait fait l’honneur de sa présence au festival en 1999. Le président Pierre Sachot avait ainsi eu la bonne idée de ramener le livre d’or où figurait un petit mot de l’idole et de son épouse Lætitia… Après ce petit aparté, c’est bien sûr par des remerciements que s’est ouvert la séance. Remerciements aux partenaires privés et institutionnels, aux hôteliers-restaurateurs de la Perle des Vosges, au lycée Jean-Baptiste-Siméon Chardin ainsi qu’aux incontournables bénévoles qui sont un peu la marque de fabrique de cette grand messe du fantastique.

Ils sont près de 600 chaque  année et n’en finissent pas d’épater, à l’image de cette récente conférence d’un enseignant de la Sorbonne où « des compagnies privées venaient avec leur problème d’organisation et nous, nous venions avec notre sourire et nos solutions » expliquait Pierre Sachot. Mais quel peut bien être le moteur de ces bénévoles, où vont-ils puiser leur motivation ? Nous le saurons probablement très bientôt car ils vont prochainement répondre à un questionnaire sur le sujet dont la synthèse sera sans doute rendue public. Peut-être que cela pourra inspirer d’autres événements ou d’autres personnes à devenir à leur tour bénévoles dans un festival ?

Ag festival 2017 (2)Concernant l’édition 2017 en tout cas, ils ont une fois de plus rempli leur mission, mais cela n’était pas vraiment une surprise. Ce que l’on retiendra de cette cuvée, ce sont sans doute ces quelques chiffres : un peu moins de 40 000 entrées dont plus de 11 000 scolaires, 44 films pour 102 séances sur 5 jours. Notons également un très bel hommage à Kurosawa, un président du jury long-métrage nommé Jean-Paul Rouve et surtout la phrase de la réalisatrice de « Grave » Julia Ducournau, Grand Prix du festival : « Être primé(e) à Gérardmer, c’est être primé(e) par la maison mère » . Une phrase qui fait plaisir aux organisateurs et qui prouve que le festival est largement reconnu dans le milieu du cinéma fantastique, il n’y a plus de raison d’en douter !

Que dire de plus si ce n’est que les comptes du festival sont presque ramenés à 0 cette année et affichent un très léger découvert d’environ 4 000 € grâce à un nouvel exercice positif en 2017. La gestion minutieuse du budget est la clé de ces bons résultats. Un budget qui devrait s’élever à 560 000 € en 2018. Enfin, si certains événements devaient s’inspirer du festival de Gérardmer en matière de bénévolat, certains l’ont déjà fait en ce qui concerne la fondation créée l’an dernier avec un fond de dotation qui sera potentiellement salutaire pour l’avenir. Rappelons que tout don à cette fondation vous donne droit à un avoir fiscal. C’est donc ce modèle qu’a récemment reproduit le festival Inter-Celtique breton. Comme quoi, on a de bonnes idées à Gérardmer !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.