Search
jeudi 15 nov 2018
  • :
  • :

Où sont passés les foulques ? pas coin coin !

image_pdfimage_print

foulqueLes observateurs de la nature locale ont tous le même avis. Les foulques du lac ont  disparu du plan d’eau depuis plusieurs années…10 ans peut-être !

Le foulque, à ne pas confondre avec le canard colvert qui a colonisé le lac par l’effet d’un original, est une sorte de poule d’eau de la famille des Rallidae. On les trouve un peu partout dans le monde, à l’exception des régions polaires et des déserts arides . Ils fréquentent une grande variété de zones humides, ainsi que des régions herbeuses, des forêts et des broussailles denses

Le foulque a disparu des étangs et lacs vosgiens sous l’effet du réchauffement climatique. La migration automnale commence normalement à la mi-août et elle se poursuit jusqu’à la fin de l’automne ou même au début de l’hiver. Ce n’est plus le cas dans la région, les oiseaux préférant faire halte plus au nord avant de retrouver en Finlande de mars à avril, en Scandinavie méridionale le plus souvent dans les Îles Åland.

Les colonies de foulques qui peuplaient le lac ont désertés La Perle des Vosges pour nicher plus au nord, les hivers sont moins rigoureux qu’avant !  Quant aux seuls canards sauvages qui passaient quelques jours en février sur la partie centrale du plan d’eau, loin des regards, ils ne font plus partie du paysage local…a moins que le froid d’un véritable hiver s’installe de nouveau sur les Hautes-Vosges.




2 réactions sur “Où sont passés les foulques ?

  1. MOUGIN Bernard

    La foulque macroule (bec blanc)et la gallinule poule d’eau (bec rouge)sont deux espèces bien distinctes mais aux mœurs à peu prés identiques.
    Leur nid construit en bordure de berge mais sur l’eau est constitué de petits branchages et de matières végétales. Elles se nourrissent de jeunes pousses,d’insectes,de larves et de petits mollusques. Ce sont des migratrices partielles et les principaux sites d’hivernage en France sont la Camargue et le lac du Bourget . Le canard colvert peut construire son nid au sol, dans les buissons , les zones marécageuses et pas nécessairement dans les plantes aquatiques.(source Wikipédia)
    Faut-il mettre en cause la disparition de la végétation sur les rives du lac pour justifier de la disparition des foulques et autres poules d’eau? Il n’y a qu’un pas, car il est bien évident qu’une végétation pérenne et dense se révèle être un paradis pour toutes la faune ailée et aussi pour les poissons ( abri,nourriture,nidification …) C’est pourquoi, à l’initiative des pêcheurs , la commune de Gérardmer avec l’Agence de bassin ( principal contributeur )et les fédérations de pêche nationale et départementale ont entrepris une revégétalisation expérimentale d’une partie des rives du lac .La phase de mise en place des protections anti batillage est terminée . Au printemps auront lieu les premières plantations de végétaux .Et peut être le retour de certains volatiles? Affaire à suivre …

    B.MOUGIN – AAPPMA des pêcheurs de la vallée des lacs.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.