Search
jeudi 15 nov 2018
  • :
  • :

Pourquoi pensent-ils encore à Avoriaz ? Touche pas à mon Festival !

image_pdfimage_print

duelTout le monde connaît l’expression certes un peu sévère, parfois excessive mais tellement parlante « Parisiens tête de chien, Parigots têtes de veau ». Denis Tillinac, dans son dernier bouquin « Le Caractériel », en joue dévoilant  un faux complexe d’enfance lorsqu’il épousait la vie campagnarde de sa famille pendant les vacances scolaires… A entendre Mathieu Kassovitz et la  journaliste de France-Inter évoquer Gérardmer et le Festival du Film Fantastique, (voir notre précédent article http://gerardmerinfo.fr/2018/01/mathieu-kassovitz-pensait-festival-fantastique-se-deroulait-a-avoriaz/  ) on ne peut que penser à cette expression certes régionaliste mais un brin jubilatoire.

Et ça rigole en studio. L’un parle de ses anecdotes de jeunesse, l’autre de se voir si belle en ce miroir… « Ahaha, qu’est ce qu’on est drôle et surtout qu’est ce qu’on est intelligent par rapport à ces Vosgiens seulement capables de faire de la raquette dans les bois »….Tout ça pourrait finir par quelques vols de tomates bien mures !

En attendant l’entrée des artistes, ahahah, on peut imaginer pourquoi une partie des cinéphiles pense toujours Avoriaz à l’évocation du film Fantastique. Tout simplement parce que l’ex festival de la station alpine a été servi en son temps  par de très grands films devenus des chefs-d’œuvre cultes. A commencer par la 1ère Palme d’or en 1976 « Duel », signée par un  petit gars pas très connu à l’époque, un certain Steven Spielberg… Puis par des longs métrages tels que  Soleil Vert, Phantom of Paradise, Carrie ou le Bal du Diable, Éléphant Man ou encore Terminator sans oublier Mad Max. Difficile de lutter dans de telles conditions. Certes Gérardmer a dévoilé le redoutable « Scream », mais le genre fantastique des années 90 et 2000 voire de ce début de siècle n’a pas encore trouvé d’assises nouvelles pour installer des longs métrages capables  de charmer le grand public comme ce fut le cas naguère à Avoriaz… tous les films cités plus haut ont été des œuvres vues et revues par monsieur et madame tout le monde et pas seulement réservées à des spécialistes du fantastique. Ceci expliquant cela !

Pour le reste, soyons zen « Pardonnons  à ceux qui nous ont offensés ! » et que le festival 2018, pour son 25ème anniversaire soit un grand cru… à  Gérardmer et nulle part ailleurs ! Bienvenue Monsieur Kassovitz !




2 réactions sur “Pourquoi pensent-ils encore à Avoriaz ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.