Search
mercredi 17 oct 2018
  • :
  • :

Quand le textile & l’industrie mènent à la littérature 1 poème sur Gérardmer "pour 3 voix"

image_pdfimage_print

poeme gérardmer Duval - Taillandier (2)C’est la dernière petite trouvaille de l’adjoint au maire, Jean-François Duval, tout à fait fortuite il  faut le dire et l’écrire même si le service Communication de la Ville n’y est pas étranger, il s’agit d’un poème sur la Perle des Vosges inconnu au bataillon jusqu’alors car tout récemment paru aux éditions  « Pourquoi viens-tu si tard ? » (mais après tout mieux vaut tard que jamais…). Intitulé « GÉRARDMER, Poème pour trois voix » , il est l’œuvre d’Albertine BENEDETTO, enseignante de lettres originaire d’Aix-en-Provence et visiblement férue de poésie.

poeme gérardmer Duval - Taillandier (1)Aujourd’hui basée à Hyères, ses poèmes sont publiés dans diverses revues et elle aime toujours autant lire la poésie, ce qui lui a valu une invitation au festival des Voix Vives à Sète en 2016. Mais comment son dernier opus, sorti en novembre 2017, a-t-il atterri dans les mains de l’adjoint ? « Le service Communication a mis en place des alertes (sur le net) concernant Gérardmer et il y a une semaine environ, Simone a trouvé une alerte un peu étrange sur un poème. j’ai donc effectué quelques petites recherches et j’ai commandé cet opuscule écrit par Albertine Benedetto que je ne connaissais pas, et traduit en allemand et en espagnol » explique Jean-François Duval.

Le texte est écrit et traduit une première fois puis réécrit sur un fond qui rappelle le textile, le linge constituant le fil rouge de ce poème. En effet, comme le précise l’auteur, elle a trouvé son inspiration après avoir retrouvé des draps en provenance de Gérardmer (vraisemblablement au domicile de ses parents). Mais à priori, comme l’indique la première phrase du poème qui se dévoile sur plusieurs pages, Albertine n’a jamais mis les pieds en Perle des Vosges. Qu’importe, « on tisse quelque chose, dans la musique du poème » car le nom de notre bonne vieille ville et le blanc de ce linge lui ont suffi…

« C’est intéressant de voir comme l’industrie et le textile peuvent mener à la littérature » commentera pour sa part Benoît Taillandier, directeur de la médiathèque du tilleul qui devrait prochainement acquérir l’ouvrage. « Nous avons aussi pour avril qui sera le Mois de la poésie avec Mix’ture, pourquoi pas une rencontre avec l’auteur ?… » Affaire à suivre et à lire !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.