Search
jeudi 15 nov 2018
  • :
  • :

L’apocalypse selon Guillaume Griffon Nanards + jeux de rôle + zombies = BD

image_pdfimage_print

guillaume griffon festival gérardmer (4)Pour cette 25ème édition du Festival du Film Fantastique, la MCL de Gérardmer avait le plaisir d’accueillir Guillaume Griffon dans le cadre de l’incontournable expo BD. Ce dernier était notamment présent vendredi soir pour y dédicacer son œuvre Apocalypse sur Carson City, ou quand le ciné de séries Z rencontre le jeux de rôle et Tarantino pour accoucher d’un classique du genre.

Il y avait foule hier soir à la galerie de la MCL pour ce nouveau vernissage en présence de Guillaume Griffon qui a tout de suite annoncé qu’il appréciait particulièrement ces lieux se prêtant bien à cette expo de toute beauté.  L’invité qui s’est volontiers prêté au jeu de la dédicace pour le plus grand plaisir des fans de la première heure, mais aussi des novices qui découvraient avec plaisir ce petit bijou qu’est Apocalypse sur Carson City, œuvre en noir et blanc mêlant action et fantastique. Une de plus me direz-vous ? Non, car cette BD est unique et originale à plus d’un titre, et notamment par son cocktail magique d’influences soigneusement dosées et surtout bien exploitées, comme le confirme l’auteur.

guillaume griffon festival gérardmer (2)Tout d’abord, Guillaume Griffon vient du jeux de rôle papier et a fait ses armes sur des classiques il y a déjà une vingtaine d’années, avec tout ce que cela peut impliquer dans la création de ses quelques 27 personnages particulièrement haut en couleurs par exemple, de leur « background » ou de celui de l’œuvre de manière générale. On sent le souci du détail et les références ne manquent pas même si elles ne constituent pas l’essentiel de l’œuvre. Ces références, elles proviennent entre autre du ciné estampillé séries Z, une mine d’or pour Guillaume Griffon : « Je site Tarantino qui est une de mes références parce que c’est ce qui parle le plus aux non-initiés, c’est plus facile. mais je n’ai pas attendu Rodriguez et Tarantino pour m’intéresser au Grindhouse. J’aime bien tout ce qui films de ninjas comme Cold Prey ou Clash Of The Ninja par exemple. J’adore les films de monstres bien nanards, c’est plein de bonnes idées mal exploitées, un vrai vivier de bons trucs ! »

Et comme les nanards ne manquent pas, Guillaume Griffon a forcément de la matière et de l’inspiration en stock. Ce dernier confie également avoir été influencé par certains jeux vidéos qui utilisaient le procédé des grosses têtes que l’on retrouve dans son style de dessin. « Les grosses têtes, c’est pour grossir un peu le trait, accentuer le côté caricature des personnages, le côté violent, de mauvais goût mais on en rigole. Et puis on s’y fait, on y fait plus vraiment attention au bout d’un moment… » Bref, vous l’aurez compris, l’humour est de la partie dans Apocalypse sur Carson City qui revisite ce genre de la BD de zombie et ne séduira pas que les seuls amateurs du genre. Clairement, c’est un must have dont l’auteur excelle tant sur le fond que sur la forme. 6 tomes sont déjà sortis, dénouement prévu pour Mai 2018 avec un ultime opus…

 

Le pitch : L’enfer s’ouvre sur Carson City
Dans l’état du Nevada, à quelques jours d’Halloween. Recherchés pour une série de braquages, les frères Blackwood croisent au cours de leur cavale le terrible shérif B. Justice et son adjoint. Dans le même temps, à l’autre bout de l’État, dans un des labos de la fameuse zone 51, le général Matthews découvre avec horreur les abominables résultats des expériences top-secrètes menées par le docteur Phobic… Bientôt l’enfer s’ouvrira, et Carson City en sera la porte !

guillaume griffon festival gérardmer (1)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.