Search
vendredi 16 nov 2018
  • :
  • :

Martine Huin : artiste mais pas naturaliste Macro-photographie onirique

image_pdfimage_print

La galerie de la MCL a le plaisir d’accueillir Martine Huin, photographe autodidacte qui exposera jusqu’au 13 mars prochain.

martine huinChangement de décors radical à la galerie de la maison avec cette fois de la photo, ou plutôt des photos… Autrefois enseignante en arts plastiques dans la région qui avait pour domaine de prédilection la peinture, Martine Huin a décidé de troquer ses pinceaux pour un boîtier comme elle aime le dire. « En tant qu’artiste peintre et enseignante, je manquais de temps pour m’exprimer pleinement à travers la peinture, c’est pour cela que je me suis orientée  vers la photo qui est un processus plus rapide, c’était il y a environ 7 ou 8 ans. Mais j’avais des problèmes de technique au début, donc je me suis formée petit à petit, avec notamment dans l’idée de retrouver dans mes photos la transparence de l’aquarelle… Et depuis 3 ou 4 ans, j’ai vraiment trouvé ce que je voulais faire : de la macro photographie, tout en gardant un côté très pictural, en travaillant aussi beaucoup les lignes, avec souvent un côté animalier prononcé même si je ne suis pas une naturaliste, je ne m’y connais pas assez sur le sujet et ce n’est pas mon propos » explique Martine Huin.

Et d’ajouter : « Je voyage beaucoup, notamment dans les pays nordiques, je suis allé en Islande également, j’aime les couleurs froides, l’effet de la brume et cette liberté de créativité qu’offre la photo dans ce contexte. Je sais être patiente pour prendre mes photos, je travaille en masse de couleurs, je ne retouche quasiment pas mes photographies et j’aime raconter l’éphémère ou encore ce que l’on ne voit pas à l’œil nu. J’aime cette phrase de Bill Moyers qui dit que « la créativité c’est percer le banal pour trouver le merveilleux » , je pense que cela exprime bien ma démarche… » C’est donc ce banal que photographie Martine Huin pour en faire des merveilles de clichés parfois oniriques alors qu’au départ, le sujet immortalisé n’est « que » naturel, simple, sans artifices…

Exposition visible jusqu’au 13 mars aux horaires d’ouverture de la MCL et en entrée libre.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.