Search
vendredi 20 juil 2018
  • :
  • :

Les petits cailloux d’une vie à la galerie "Je ne sais faire que créer"

image_pdfimage_print

Guillaume Griffon, envolé vers d’autres aventures, la galerie de la MCL accueille désormais l’artiste spinalienne Marine ANTOINE et son exposition « Suivez les petits cailloux… »

marie antoine expo MCL (1)Comme le veut la tradition, l’invitée de la MCL état présente vendredi soir pour présenter son exposition « Suivez les petits cailloux… » au public à l’occasion de l’incontournable vernissage ouvert à toutes et à tous. Vernissage qui intervenait pendant la semaine anniversaire d’un funeste événement qui a marqué la vie de Marie : l’incendie de sa maison et donc de son atelier qui abritait à Epinal l’ensemble de ses créations jusqu’au 7 février 2012. « C‘est une histoire un peu lourde, forcément, un choc, mais c’est parfois bien de faire table rase et de se poser la question : que vais-je faire après ce choc ? » explique ainsi l’artiste.

Ce qu’elle a fait, c’est encore ce qu’elle sait faire le mieux, créer : « Cette exposition peut paraître un peu hétéroclite, mais c’est un travail sincère, car je ne sais pas faire autre chose, je ne sais faire que créer » Chaque « caillou » est donc une création différente née de ce choc et l’ensemble donne un meltin-pot très graphique, particulièrement riche en techniques diverses et en matières, même si la couture et donc le tissu semblent dominer légèrement l’ensemble, et pour cause. La machine à coudre offerte à Marine pour ses 18 ans est la seule à avoir survécu à l’incendie, un signe…

Les "rachons"

Les « rachons »

Sans être exhaustif, parmi ces « petits cailloux » qui ont jalonné les heures sombres et joyeuses de Marine se trouve le premier projet qui a suivi le sinistre : « Ce premier projet a occupé la 1ère année, celle de la reconstruction de la maison. Il a pris la forme d’une collecte de recettes car j’avais perdu toutes mes recettes de grand-mère. J’ai fait un appel par internet et j’ai reçu près de 1 000 recettes manuscrites sur papier que j’ai compilé. » Il y a aussi ces « Rachons » qui ne sont autres que des doudous mi rat, mi cochon, Marie révélant volontiers qu’elle apprécie le monde enfantin. Une collection de cratères dessinés par l’artiste pendant la période de 3 jours où sur le site des Eparges, un chemin de textile évoquant un jeu de l’oie.

Vous ne passerez sans doute pas à côté de ce ponton, en textile lui aussi, synonyme de transition entre terre & mer, entre le connu et l’inconnu, une passerelle chère à Marie, une construction flottante évoquant l’idée d’une transition après l’incendie… Et peut-être le début d’un nouveau « pèlerinage sensible » pour reprendre les mots de l’administratrice de la MCL Lydie Guillemain reliant des expériences de la vie et des techniques artistiques. A vous de vous faire votre propre avis, cette exposition vous attend aux horaires d’ouverture de la MCL et en entrée libre jusqu’au 21 février.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.