Search
samedi 17 nov 2018
  • :
  • :

Le tilleul de la place est en danger Bientôt de vie à trepas ? Sa descendance frappe cependant à la porte

image_pdfimage_print
Réunion d'information pour un tilleul en souffrance

Réunion d’information pour un tilleul en souffrance

Être ou ne pas être, tél pourrait se résumer le vie du tilleul de la place du même nom. Depuis quelques années, l’arbre remarquable  est en souffrance révélant une fissure importante et des parties mortes de plus en plus nombreuses.  Forcément, la commune en collaboration avec l’ONF, s’est  penchée  sur l’état sanitaire du Tilleul depuis 2014 révélant sur le mammouth de larges défaillances. Tout a été fait et encore fait pour prolonger la vie du mastodonte du centre de ville.  Pour preuve la dernière réunion en date qui s’est tenue dans le bureau du maire Stessy Speissmann avec Bernard Stéphen spécialiste des arbres remarquables pour l’ONF  qui a mené un grand nombre de mesures sur le tilleul avec Sylvie Faussurier également de la « maison verte ».  Depuis plusieurs années, trois diagnostiques ont été posés avec notamment une cartographie  de l’arbre qui révèle une grande  fragilité. Les mesures ont été réalisées grâce à un dispositif (1ère en France) permettant de traduire dans le temps l’évolution l’état de santé de l’arbre. Entre août et septembre 2017, la fissure s’est encore accentuée et le tronc creux est par endroit d’une épaisseur  de seulement 2cm.  Bref, il y a grande urgence  en termes de sécurité, au risque de voir le remarquable passer de vie à trépas en l’espace d’un coup de vent ou d’une surcharge pondérale  à cause de la neige.  » Le problème c’est que nous sommes en milieu urbain  » commente le maire « on ne peut pas rester dans cette situation, il faut impérativement prendre des mesures concrètes ».

Deux solutions  élaborées avec le technicien de l’ONF sont possibles…la première consisterait à pendre le tilleul au bout d’une potence, voire de plusieurs, afin de le maintenir debout. L’autre, sans doute la plus raisonnable, est de l’élaguer dans la mesure du possible et imaginer cependant une fin tragique. Car il s’agit bien de cela. Le tilleul, symbole de Gérardmer pourrait tomber dans les semaines voire les mois à venir… »peut-être plus si l’on peut le sauvegarder » précise Stessy Speissmann » mais à l »heure d’aujourd’hui cela semble peu probable »….

A tout malheur bonheur est bon. Le tilleul a déjà 15 descendants, ils sont prêts à prendre la relève attendant leur tour dans une couveuse de l’école de Roville aux Chênes. L’établissement scolaire est suffisamment pointu pour mener à bien l’élevage  de clone dont le plus avancé mesure déjà 1,80 m…et remplacer son papa d’ici 2 à 3 ans. Of course au même endroit !

La suite de la vie du Tilleul tient à peu de chose. A des éléments extérieurs qu’il est difficile de mesurer précisément. Alors croisons les doigts afin que l’arbre reste en vie le plus longtemps possible. Même si toutes les analyses confirment que le feuillu datant du 15 ou 16ème siècle aurait plutôt trouvé racine au 18ème siècle, par régénération naturelle.  La nature fait parfois bien les choses, mais il faut s’attendre au pire !

le dessin du pendu de Patrick Didier

le dessin du pendu de Patrick Didier




2 réactions sur “Le tilleul de la place est en danger

  1. Morel

    Bonjour, encore une fois la ville va couper en faisant appel juste à un seul diagnostic . A vouloir maîtriser la nature on la blesse c’est ce qui ce passe avec le tilleul . Pour un contre diagnostic j’invite Mr le Maire à prendre rendez vous avec son homologue de la ville de Paris qu’il puisse s’entretenir avec l’ingénieur agrenome de la ville de Paris en charge sur des arbres centenaire et vous serrez surpris de ses choix sur le devenir du tilleul .
    Pour appuyer mes dires voici un lien à regarder à 16min :
    https://mobile.francetvinfo.fr/monde/environnement/video-le-monde-secret-des-arbres_2434691.html.

    De plus les arbres qui ont été coupés sur la droite de l’église il y à quelques années n’ont toujours pas de remplaçants .
    Un choix d’une place du vieux gerardmer avec trois arbres sur toute la place alors qu’avant il y en avait au moins 10 , est un non sens architectural urbain quand on sait qu’une telle place va permettre une hausse de la température de 5 , alors qu’une place arborée fait chuter la température en période de grande chaleur. La ville de gerardmer ne prend pas en compte le réchauffement climatique et l’impacte des arbres sur l’air alors que toutes les autres villes vont dans le sens replanter pour lutter contre tout ses facteurs et faire ce que l’on appel des couloirs de fraîcheur . Et je ne parle même pas l’accessibilité de cette place ou les PMR seront obligées d’aller jusqu’au niveau de la cure pour remonter vers l’église ….
    Il serait peut être temps de changer de conseiller à l’urbanisme ou de revoir la copie ….

    répondre
    1. L'esbaubi

      Il est vrai qu’à Gérardmer on manque d’arbre… et de couloir de fraîcheur.

      Allez, je remets une bûche pour la nuit et garde les autres pour les jours à venir…

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.