Search
vendredi 16 nov 2018
  • :
  • :

La 1ère aire de street workout des Vosges inaugurée à Gérardmer Le sport pour tous et en plein air

image_pdfimage_print

street workout gérardmer (2)

La toute première aire de fitness street workout a été inaugurée ce vendredi après-midi au bord du lac de Gérardmer par le maire Stessy Speissmann et les jeunes à l’origine de ce projet qui aura vu le jour en à peine plus d’un an.

« Un an c’est rien, surtout pour une ville qui n’a pas forcément que ça à faire » commentait l’un des jeunes à l’origine du projet. En effet, c’est à la fin de l’année 2016 que Thomas Scott avait fait une demande en mairie concernant une aire de street workout avec un bon dossier en mains. Il faut dire que la pratique, qui consiste en une musculation urbaine basée sur le poids du corps, est en plein essor parmi les jeunes générations… Conscient que cet équipement répondait bien à un besoin local dans une ville éminemment sportive, la Ville de Gérardmer a répondu favorablement à la requête de Thomas et ses amis.

street workout gérardmer (3)Le choix du site s’est assez facilement et rapidement imposé : basé aux abords de l’Espace LAC, ce dernier est visible afin « d’attiser la curiosité et d’amener un maximum de public à essayer ces machines et ainsi développer le sport pour tous » précise Stessy Speismann. L’endroit est facile d’accès (y compris pour les PMR) et dispose de parkings et WC à proximité. Enfin, l’aire donne la possibilité de combiner deux activités de base du sport-santé, course à pieds et workout, car elle se trouve sur un circuit particulièrement fréquenté qu’est le tour du lac.

6 agrès ont ainsi été installés avec un sol souple sur la station mix pour protéger les utilisateurs des chutes éventuelles. De plus, les appareils sont connectés : il est possible d’avoir accès à des vidéos et/ou des plans d’entraînement via une application mobile. Mais le mieux, c’est encore d’apprendre avec quelqu’un. De ce point de vue, Thomas et ses amis souhaiteraient créer une émulation autour de cette aire et de ce sport, une sorte de communauté, et se dises prêts à encadrer des séances découvertes pour commencer le street workout. Affaire à suivre…

Enfin, notons que le projet a coûté 22 500 € TTC et qu’il a été soutenu par LDDCSPP représentée par Francis Mougel à cette occasion. Il a ainsi été financé pour 48%, soit 9 000 €, par le Centre National de Développement du Sport dans le cadre du plan Héritage Paris 2024 qui vise à développer le sport pour tous.

street workout gérardmer (1)




4 réactions sur “La 1ère aire de street workout des Vosges inaugurée à Gérardmer

  1. Mimosa

    Super pour les jeunes dans un cadre magnifique. A quand maintenant un nouveau projet pour un nouveau skatepark ou la rénovation de celui existant ? Mais aussi une voie verte pour un moment de détente en toute sécurité.

    répondre
  2. Fr. Laubacher

    Très bien, fort utile sans doute, judicieuse installation, exutoire de l’énergie ou moyen d’entraînement musculaire mais… que dire de la beauté de cette installation et du choix de cet enplacement qui n’embellit pas le bord du lac et les abords de la villa Monplaisir ?…
    Mon propos, dérisoire à souhait…, ne concerne en fait que la dénomination de ce « strit ouark à haute » jouxtant le « squette parc ».
    Ces dénominations doivent sans doute contenir une dose de progressisme de modernisme de jeunisme ou de « dans le ventisme » mais nous éloignent encore et toujours de notre langue et de cette notion de progrès et de modernisme …..incapable qu’elle est … que nous sommes…, d’inventer le mot qui convient pour désigner ces nouveautés, préférant utiliser le mot importé pratiquement toujours anglais ….
    Bien que fervent défenseur de l’étude précoce et de la maîtrise des langues étrangères ….je m’interroge: pourrions-nous, à l’image de nos amis belges et canadiens francophones, défendre le pré carré de notre belle langue française et éloigner d’elle ce galimatias  » jargonnesque » qu’elle est en passe de devenir ?… Il me semble qu’une langue est vivante non pas quand elle copie les nouveaux mots dans d’autres lexiques…. mais quand elle a la capacité et la volonté d’enrichir son propre catalogue!
    Ceci étant, ce problème est général à toutes les langues non anglaises puisque si nous parlons de franglais en France, les allemands parlent eux de denglich et pensent que l’invasion est encore plus importante outre Rhin…

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.