Search
dimanche 21 oct 2018
  • :
  • :

Ouvrez votre porte, ouvrez votre cœur Les écoliers participent aux écrits pour la Fraternité

image_pdfimage_print
Les CE1-CE2 de Marie Curie

Les CE1-CE2 de Marie Curie

Chaque année, la section locale de la Ligue des Droits de l’Homme présidée par Michèle Perrin propose aux écoliers du secteur de participer aux Écrits Pour la Fraternité, concours littéraire et artistique dont la finale a lieu à Paris.

ecrits fraternité (7)Cette année, 4 écrits ont été réalisés localement mais aucun n’a été retenu pour participer à la finale nationale dans la capitale. Il faut dire que le thème était plus que jamais d’actualité puisqu’il s’agissait d’un extrait d’un poème d’Apollinaire : « Ouvre moi ta porte où je frappe en pleurant. » Une phrase qui a largement inspiré les enfants de France et de Navarre puisque 350 travaux ont vu le jour cette année, sans doute un record.

Du côté de Jean-Macé, 2 approches différentes avec tout d’abord un travail mêlant vidéo, chant, musique et texte, le tout basé sur les persécutions que vivent les Rohingyas en Birmanie. dans un second temps, ce sont les enfants de la même école, mais beaucoup plus jeunes qui ont réalisé un tableau dans le cadre des NAP, sans doute l’une des dernières réalisations dans ce contexte d’ailleurs.

DSC_1271Chez Marie Curie, ce sont les CE1-CE2 qui ont mis la main au stylo avec un poème collectif sur le thème des migrants et des migrations, des réfugiés et de la nécessité de leur ouvrir notre porte et notre cœur. Enfin, une élève de 4ème du collège de Vagney, Senlove Jolain-Boileau, avait elle aussi souhaité participer à ses Écrits de la Fraternité et a réalisé un poème également accompagné d’un dessin évocateur, d’une main tendue d’un être humain vers un autre, quelle que soit sa couleur et sa douleur.

Pour conclure, la scène du foyer-bar de la MCL qui accueille chaque année cette sympathique remise des prix avait été décorée de fort belle manière avec, là encore, de jolis travaux sur le thème des Écrits, mais pas en compétition. Il s’agissait de patchworks intitulés « De l’exil au rêve » et confectionnés par certains membres des familles de migrants accueillis les mercredi matin à la maison de quartier du Bergon par le groupe « Entraide. » Les enfants des familles avaient quant à eux sorti leurs crayons et feutres afin de réaliser une fresque qui faisait écho à ces patchworks qui fourmillent de détails…




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.