Search
dimanche 23 sept 2018
  • :
  • :

Pêcheurs, à vos cannes-à-pèche !!! L'AAPPMA Rempoissonne les lacs .

image_pdfimage_print

TRUITE ARC EN CIEL

En effet , comme régulièrement tout au long de la période annuelle de pêche, l’AAPPMA des Pêcheurs de la Vallée des Lacs va rempoissonner les deux lacs de Gérardmer et Longemer.                                                                       La remise à l’eau se déroulera le mardi 3 juillet prochain en matinée .

Les membres du comité vont rendre la » liberté  » à 550 kg de belles et nerveuses truites arc en ciel, répartis sur ces deux lacs à des endroits propices au déversement. Des poissons dont la taille dépasse les 30 cm ( qui est la taille réglementaire de capture des salmonidés) et dont certains approchent les 50 cm pour des poids dépassant le 1,5 kg . Montée d’adrénaline assurée !!!

Ces poissons que l’on nomme  »surdensitaires » sont réintroduits uniquement pour le plaisir des pêcheurs passionnés ou amateurs . Annuellement, environ 2150 kg de ces poissons viennent grossir ( temporairement) la faune piscicole de nos lacs. Je dis  »temporairement » car ces truites sont relativement faciles à leurrer, au gros vers de terre, à la teigne, à la cuillère tournante ou ondulante, aux poissons nageurs de toutes sortes ou encore à la mouche artificielle, du bord ou en barque. Pas de crainte de croisement génétique avec nos belles truites Fario de lac, car les arc en ciel ne se reproduisent pas dans nos eaux. Ces truites proviennent de piscicultures agréées du Haut Rhin et de Haute Saône.

Je rappelle à nos pêcheurs extérieurs (touristes et vacanciers) que la détention de la carte de l’AAPPMA de Gérardmer est obligatoire pour pratiquer la pêche. Aucune réciprocité avec d’autres AAPPMA des Vosges ou de France n’existe .(sauf réciprocité GAP). La réglementation et les cartes de pêche sont disponibles chez nos dépositaires :Tabac Presse l’Atelier, rue CH de Gaulle , Jardinerie Point Vert , bld.de la Jamagne et Office de Tourisme, place des Déportés à Gérardmer, ainsi que le Camping la Chaumière ( Voinson) à Xonrupt au bord du lac de Longemer . cartes de pêche également disponibles en ligne sur < cartedepeche.fr>.(carte annuelle, mineur, enfant -12 ans, femme, hebdomadaire ou journalière) Affichage de la réglementation  à la Maison de la pêche et au ponton des barques des pêcheurs au lac de Gérardmer.

Alors rendez vous au bord des lacs le mardi 3 juillet … Et bonne  pêche !!!

B.MOUGIN pour l’AAPPMA des pêcheurs de la Vallée des Lacs

 

 




8 réactions sur “Pêcheurs, à vos cannes-à-pèche !!!

  1. L'esbaubi

    Mouais…. je ne sais s’il faut en rire ou en pleurer.

    Pêcheurs: une espèce en voie d’extinction sur nos lacs qui ne sont plus guère partagés et nos ruisseaux plus entretenus.

    Bof, nos enfants vont à la pêche aux canards à la Semptremeye c’est une (bien maigre) consolation.

    Comme l’a dit un(e) adjoint(e) il y a peu de temps, Gérardmer est un grand terrain de jeux.

    Rodolphe Christin « [l]’un des paradoxes du tourisme d’aujourd’hui est de tuer ce dont il vit, en véritable parasite mondophage. Celui-ci préfère le divertissement à la diversité ; le premier est en effet plus confortable car il ne remet rien en cause. Ainsi le touriste déclare son amour à cette planète dans ses moindres recoins, et, ce faisant, il contribue à l’épuiser impitoyablement ».

    répondre
    1. B.MOUGIN

      L’esbaubi,
      que connaissez vous à la gestion piscicole ?

      Vous vous permettez de commentez alors que vous n’êtes même pas capable de décliner votre nom !!!

      Passez votre chemin et taisez vous…

      B.MOUGIN

      répondre
      1. L'esbaubi

        Je pense en savoir au minimum (mais pas plus) autant que vous Monsieur Mougin.

        Ce qui ne vous autorise pas à me guider dans mes orientations.

        Seriez vous irritable ou irascible?

        Peu tolérant, j’en suis maintenant convaincu.

        répondre
  2. Maxime Flageollet

    Quelle tristesse des si beaux lacs réduits à de vulgaires pêcheries. Plus de 2 tonnes de truites nourries aux grains qui vont être déversées dans des conditions qui ne nous permettent pas de savoir à l’heure actuelle si elles ne sont pas potentiellement malades. Porteuses de la grippe du salmonidé. Effectivement aucun croisement n’est possible avec la souche lacustre cependant, il suffit d’un poisson malade pour anéantir l’ensemble du cheptel lacustre. Cela est déjà arrivé, et arrivera à nouveau si le comité continue de mener cette politique halieutique à court terme. Tout cela pour une pêche facile, L’envie de rentabiliser sa carte de pêche, remplir les congélateurs de certains ? Combien de ces truites de cirque seront capturées par les pêcheurs en réalité ? Très peu car sur les 2 tonnes et l’argent investi dans cette boucherie, les brochets maintenant habitués passeront sans doute avant les pêcheurs. Les survivantes quant à elles quitteront rapidement les bordures et ne seront plus accessibles qu’en bateau, les places aux pontons étant réservées et la mise à l’eau totalement dégradée, de là à dire que ces poissons ne sont introduits que pour le plaisir de quelques membres, il n’y a qu’un pas… L’argument massue de la vente de permis passe à la trappe ! A quand une gestion piscicole résonnée pour nos lacs, une gestion qui aidera les espèces naturellement présentes à retrouver un équilibre. Le projet de revégétalisation qui a été entreprit est une vraie bonne idée alors pourquoi prendre le risque de tout gâcher une fois de plus. Il faut continuer dans ce sens d’autant que les financements sont souvent très intéressants pour de telles initiatives. Nos enfants pourront t’ils encore observer brochets, perches, sandres, chevesnes, gardons, rotengles, carpes, lottes, féras, grémilles et truites du lacs de Gérardmer ou n’aurons-nous plus que ces vulgaires poissons potentiellement dangereux dans notre lac millénaire ? Il existe pourtant un paradis pour cela, « le paradis du pêcheur » En attendant la boucherie est ouverte, alors tous à vos asticots !

    répondre
    1. SACCOMAN Gilles

      Comme le critique est facile…..
      Surtout ne rien faire et ensuite ramener sa fraise….
      Au lieu de critiquer sans cesse,venez donner un sérieux coup de mains à l’AAPPMA…les travaux ne manquent pas…
      Monsieur Flageolet.le renouvellement du bureau de l’AAPPMA c’est dans deux ans…on compte sur vous pour pour reprendre le flambeau…
      Vous pouvez compter sur moi pour vous le rappeler.

      répondre
      1. Doken

        Une AAPPMA qui ne fait aucune réprocité avec un permis annuel avec timbre haleutique, cela donne envie. Gardez les vos poissons de pisciculture gavé au grain de mais OGM. Bientot on payera un permis 300€ pour pêcher 3 bassines !!

        répondre
    2. B.MOUGIN

      (réponse après consultation d’une partie du comité)

      Bonjour Maxime,

      Quelle virulence dans ta réaction à chaud !!!
      Les membres du comité connaissent tes idées bien arrêtées sur le rempoissonnement en » truite de bassine » pour les leur avoir exposées à plusieurs reprises.

      Tout ce que tu dis comporte une part de réalité …

      Mais l’activité pêche est un loisir ( payant !) est il est( encore) dans le propre de l’homme d’essayer d’en  »avoir pour ses sous », soit en mangeant ces prises , soit en prenant du plaisir ou de la satisfaction à capturer une belle prise. Il est certain que le fait de garder et consommer ses poissons parait de nos jours un peu dépassé et que ce genre de mentalité demanderait à disparaitre.Il est vrai que la capture des truites arc en ciel ( comme je le précisais dans l’article) est relativement facile et accessible au pêcheur lambda , mais que pour s’attaquer à la vraie truite de lac il faut déjà s’y connaitre un peu plus , et être aidé comme pour toi Maxime par un matériel de pêche et de sondage sophistiqué de quelques milliers d’euros que tout simple pêcheur ne peut acquérir …

      Malgré tout , l’argent des cartes de pêche ne sert pas qu’à réintroduire ce type de poissons. Une prise de conscience au sein du comité s’est faite jour depuis quelques années pour diminuer les alevinages en poissons d’élevage et de privilégier la reproduction naturelle : suppression d’alevinage de truites fario en rivières et création, en remplacement, de rigoles frayères en milieu naturel. Nous laissons la nature faire son travail et nous lui donnons simplement un coup de pouce en faisant éclore dans notre écloserie les œufs de truites fario capturées à l’automne.

      Quant aux truites arc en ciel , le comité est bien décidé à en réduire les remises à l’eau, mais de façon progressive ( on ne peut supprimer brutalement les traditions bien établies !) avec en parallèle la réintroduction , sous forme d’alevins , de truites fario de lac dans les tributaires des 2 lacs. Méthode qui semble porter ses fruits puisque tous les ans et de façon progressive les prises de ces truites de lacs , fleuron de notre cheptel piscicole, augmentent et tu es le témoin probant pour le certifier .
      Lors de la prochaine assemblée générale , le comité désire soumettre la question de la suppression totale des alevinages en truites arc en ciel en lac aux membres actifs présents de l’AAPPMA ( car les pêcheurs ont aussi droit à la parole) En parlant de la prochaine AG nous rappelons que les prochaines élections à son renouvellement auront lieu en décembre 2020 et que au moins 50 % des 15 membres seront à remplacer ( démissionnaires) Alors que les pêcheurs qui ont quelques choses à dire ou des idées nouvelles pour améliorer la gestion piscicole de l’AAPPMA se déclarent et viennent rejoindre le présent comité . Il seront les bienvenus . Merci

      Maxime , malgré tes diatribes à l’encontre de notre gestion piscicole , permets nous de conserver toute ton amitié

      B.MOUGIN pour le comité de l’AAPPMA de Gérardmer

      répondre
      1. Maxime Flageollet

        Je vous remercie à nouveau pour votre message constructif Mr MOUGIN et vous assure que vous gardez bien entendu toute mon amitié. Mes propos sont ceux d’un passionné, d’une personne qui se soucie des poissons et de l’intérêt de conserver une certaine diversité dans nos lacs. L’occasion était en effet trop bonne pour donner une nouvelle fois mon point de vue par écrit, cela évite parfois de se voir insulté lors des AG par des personnes venues d’un autre âge.

        Je reconnais et salue le travail effectué en écloserie, j’y ai d’ailleurs participé lorsque mon emploi du temps le permettait. Bien conscient que nous aurons besoin de l’aide des membres expérimentés pour reprendre le flambeau.

        Une présence journalière s’avère indispensable, cela n’est pas évident à conjuguer avec une vie active, vous ne pouvez l’ignorer Gilles. Ne faites pas preuve de mauvaise foi, il faut accepter que des gens plus raisonnables que vous ne soient pas d’accord avec votre réflexion de comptoir.

        Le travail mené sur les truites lacustres et leur réintroduction est là aussi à saluer. Mais malheureusement Gérardmer et Longemer ne sont plus physiquement des lacs de 1ere catégorie, la truite lacustre n’y survi que grâce à vos alevinages. Ne disposant malheureusement plus que d’un seul lieu de ponte très limité (Ramberchamp), la reproduction naturelle s’avère insuffisante pour maintenir une population sur le long terme. Néanmoins la truite lacustre est un poisson extraordinaire et réussir à conserver quelques individus me semble totalement justifié si les moyens humains et techniques le permettent. Alors une fois de plus pourquoi prendre le risque de tout gâcher en bassinant derrière ! En plus du risque sanitaire évoqué dans mon précédent message il est à noter l’agressivité des arcs en vers les autres espèces. Bassiner à la sortie de la reproduction des autres poissons et de l’alevinage des lacustres est une aberration.

        Je respecte les gens qui gardent du poisson de temps en temps même si je ne le fais quasiment jamais, en revanche les individus que je vois venir plusieurs fois dans la journée lors de chaque déversement, ces personnages j’ai effectivement du mal à les respecter et cela justifie pleinement le mot « boucherie ». Vous ne pouvez ignorer ces comportements, ces personnes membres du comité ne s’en cachent pas. Nous étions à Longemer le 1er Mai je peux vous donner les noms. Tout le groupe n’est bien sûr pas à fustiger, j’ai eu l’occasion de partager avec des personnes très bien. Ils se reconnaîtront, tout comme ceux que ces commentaires ont visé.

        On me parle souvent d’un « trésor de guerre », un pécule qui dort depuis longtemps, pourquoi ne pas avoir acheté l’étang du paradis du pêcheur lorsqu’il était à vendre ? Vous auriez pu dans un cadre fermé organiser des bassinages, garantissant 100% des poissons aux pêcheurs sans risquer d’anéantir une fois de plus nos lacs. Une idée que je me souviens très bien avoir exposé à l’époque.

        Payer ne veut pas dire tuer ou manger. En avoir pour son argent sous entends-t-il qu’il faille tuer ? Ne pouvons-nous pas nous satisfaire du simple fait de pouvoir pêcher. La pêche n’est plus un acte de subsistance dans une société ou nous avons tout à profusion mais un loisir de l’esprit. Il serait dommage pour la commune de se priver dans l’avenir d’un pôle d’attractivité qui a le vent en poupe en tuant la poule aux œufs d’or. Je vous assure que les poissons trophées déplacent des foules, alors apprenez à prendre soins d’eux, rendez les accessibles, médiatisez-les et vous verrez le nombre des cartes de pêche décoller.

        Le matériel ne remplacera jamais les journées passées sur l’eau à observer et essayer de comprendre le mécanisme de nos lacs. Vous saurez qu’il est très compliqué de prendre un poisson en direct au sondeur, et que cela ne représente pas 1% de mes prises. Ces outils nous les avons acquis afin d’étudier la vie des poissons des lacs et ainsi vivre notre passion à fond. Je n’ai pas besoin de notre électronique pour prendre des poissons et je ne l’ai pas attendu d’ailleurs. Mais nous avons désormais une connaissance solide des lacs, une expérience que j’aimerais effectivement mettre au service de la communauté.

        Une partie du comité semble maintenant prête à regarder vers l’avenir, c’est plutôt une bonne nouvelle ! Ce n’était pas le cas lors des dernières réunions auxquelles j’ai pu assister, le moment n’était sans doute pas encore venu… Mais nous sommes désormais nombreux à vouloir faire entendre nos voix et espérer pouvoir faire changer certaines choses.

        Hallieutiquement,

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.