Search
lundi 19 nov 2018
  • :
  • :

La mission Patrick Bernard et la fondation Anako : constituer une mémoire des peuples de tradition orale Le public fasciné par Les peuples des Mers du Sud

image_pdfimage_print

bernard casino peuples des mers (2)

Jeudi soir, Patrick Bernard faisait donc escale en Perle des Vosges pour présenter au public sa toute dernière réalisation consacrée aux peuples des mers du sud et au travail de mémoire de la Fondation Anako.

Une soirée programmée au casino Joa de Gérardmer où Patrick Bernard est monté sur scène afin de présenter sa démarche et son travail ainsi que la raison d’être de la fondation Anako. Depuis l’âge de 18 ans, cet ethnologue et réalisateur de documentaires a décidé de faire de sa vie un voyage permanent, d’aller à la rencontre des peuples les plus menacés, ceux qu’il nomme lui-même les peuples sans voix ou les peuples racines. Ces nombreux moments de partage avec des tribus des 4 coins du globe lui ont rapidement fait prendre conscience de leur richesse, que ce soit en matière de culture, de savoir, de spiritualité, de connaissance des plantes et de leur environnement de manière générale. « Et je pense que l’Occident est vraiment passé à côté de ces peuples. Nous sommes probablement la dernière génération à en être les contemporains… »

Ainsi, avec plusieurs amis, Patrick Bernard a donc décidé de créer la fondation Anako afin que la mémoire et l’histoire de ces peuples ne disparaissent pas définitivement : « C’est finalement à la demande de certains chefs de tribus que cette idée a vu le jour. (…) L’objectif de la fondation est de constituer une mémoire audiovisuelle de ces peuples de tradition orale, notamment en formant les jeunes générations à l’utilisation du matériel audiovisuel et en leur confiant du matériel. Les premiers résultats ont été stupéfiants, réellement. L’autre objectif de la fondation est la collecte d’images anciennes, travail toujours très intéressant » précise ainsi l’invité du jour.  Et c’est le savant mélange de ces images anciennes et du travail des jeunes générations au sein de leurs tribus qui constitue la matière première des documentaires de Patrick Bernard, à l’image de Peuples des Mers du Sud.

Grâce à l’action d’Anako, certains rites initiatiques, par exemple, ont pu être filmés tels qu’ils sont pratiqués sous leur forme originelle, et non pas comme du simple folklore pour les touristes de passage. « Et l’on sait très bien que malheureusement, lorsqu’une culture devient folklore, c’est le glas » ajoutera avec un brin de nostalgie Patrick Bernard. Avant que le glas ne sonne, que l’histoire de ces peuples ne risque de s’évaporer définitivement, Anako tente donc d’en sauvegarder une partie que vous pouvez apprécier sur grand ou petit écran. Un témoignage fascinant et touchant à la fois, que le public gérômois a su apprécier à sa juste valeur.

Retrouvez la fondation Anako sur internet : http://fondation-anako.org/




Une réaction sur “La mission Patrick Bernard et la fondation Anako : constituer une mémoire des peuples de tradition orale

  1. André FRANCOIS

    Les absents ont eu tort …

    Public peu nombreux, dommage …

    Belle leçon de vie à nous, peuple occidental, mais quelle tristesse de savoir que ces peuples anciens vont disparaître par l’action d’humains inhumains.

    Merci à toi Patrick pour ce choix de vie que tu as fait pour écrire, ce qui sera malheureusement bientôt plus qu’une histoire …

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.