Search
mardi 13 nov 2018
  • :
  • :

Contre-collage, eau forte & diaspora du neuf trois Bernard Mallet expose à la MCL de Gérardmer

image_pdfimage_print

Bernard mallet MCL gérardmer (2)

Graine des Toiles s’en est allé et la saison des expositions se poursuit à la galerie de la MCL qui accueille désormais Bernard Mallet, artiste originaire de Montreuil (93).

Et comment ce nouvel exposant est-il arrivé à la galerie de la MCL ? La connexion s’est faite car il rend régulièrement visite à ses amis de Montreuil désormais installés en Perle des Vosges : « Nous étions à l’époque une groupe de jeunes de 17 ans animés par un Vosgien d’origine qui nous a emmenés à Xonrupt pour faire du ski. Certains sont retournés dans le secteur et s’y sont même installés, comme Michel et Michèle Grüner ou encore Lydie et Lionel Guillemain » précise Bernard Mallet. Le groupe existe donc encore et se retrouve régulièrement, que ce soit à Gérardmer, Paris ou ailleurs, là où certains ont acheté une maison ou se sont installés. C’est un peu la diaspora du neuf trois.

Le procédé en plusieurs étapes...

Le procédé en plusieurs étapes avec notamment à gauche la plaque de cuivre…

De passage à Gérardmer, Bernard Mallet a donc installé son exposition et accueilli les visiteurs lors du traditionnel vernissage qui a eu lieu vendredi soir. Ce dernier a ainsi pu présenter ses œuvres et notamment la technique qu’il a acquis puis développé, à savoir la gravure sur contre-collage avec plaque de fer enduite. Un procédé original, qui a acquis ses lettres de noblesse avec Rembrandt, et qui se décline en plusieurs étapes. La première consiste à préparer la plaque métallique, en cuivre précisément, en la recouvrant d’un vernis puis en utilisant un mordant chimique pour obtenir un tirage par la suite. Puis Bernard prépare un fond de papier coloré à base d’images de revues auxquelles il donne une patine et une texture particulière grâce à divers procédés. La plaque est ensuite encrée et mise sous presse avec le fond de papier pour créer le produit fini.

Le résultat est particulièrement fin, raffiné, et original. Bernard Mallet est l’un des rares à utiliser cette technique et il y a ajouté un contour noir sur certaines de ses estampes qui rappelle un négatif de cliché. Il s’inspire en effet pour certaines de ses créations de photographies anciennes dans lesquelles il recherche et isole des personnages en arrière-plan afin de les transposer dans ses créations. Il faut dire que ce retraité du Ministère des Finances avait commencé à s’intéresser à la gravure classique depuis 1975. Retraité depuis 2005, il a donc eu le temps d’explorer la question, de s’approprier par la suite le procédé de contre-collage et de gravure à l’eau forte. Nous n’en dirons pas plus, il ne vous reste plus qu’à filer du côté de la MCL pour apprécier son travail !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.