Search
mercredi 14 nov 2018
  • :
  • :

Un nouveau centenaire à l’EHPAD Léa André Happy Birthdé... Dédé !!

image_pdfimage_print

Quant il s’agit de centenaire, on a plus souvent l’habitude de mettre à l’honneur des dames du côté de l’EHPAD Léa André et même de manière plus générale. Mais cette fois, c’était bien Dédé Thiriet la vedette du jour, lui qui a célébré son centième anniversaire cette année.

Et ce n’était pas pour lui déplaire, bien au contraire, lui qui a toujours eu l’image d’un homme souriant, convivial et toujours prêt à festoyer. Et cela n’a pas changé, puisqu’André arborait son inaltérable sourire ce mercredi après-midi lors de la sympathique cérémonie organisée pour ses 100 ans par l’établissement gérômois. Il faut dire que sa petite famille avait fait le déplacement pour l’occasion et que André était entouré de son épouse Yvonne, de sa fille Véronique, de ses petits-enfants Émilie, Maxime et Tom, sans oublier ses deux arrière-petits-fils Sacha et Morgan.

Bien entendu, la Ville de Gérardmer était présente par l’intermédiaire de Véronique Vincent-Viry, tout comme le Conseil Départemental représenté par Gilbert Poirot. Ce dernier en a ainsi profité pour retracer brièvement la vie de celui que les anciens Gérômois connaissent tous sous le nom de Dédé. Né le 20 janvier 1918 à Gérardmer, ce dernier était issu d’une famille originaire de Barbey-Seroux. Il a effectué sa scolarité à « l’université des Bas-Rupts » comme il le disait à l’époque avec son frère Toto.  Affecté au 15ème R.I à Gérardmer pendant la Grande Guerre, son père participera à la bataille du Hartmannswillerkopf où il sera blessé.

André participera pour sa part à la 2de Guerre Mondiale où il sera fait prisonnier après avoir été mobilisé. Il s’échappera trois fois d’une ferme allemande en vélo et fut hélas repris autant de fois par les Allemands. Après la guerre, il se consacre au sport, notamment au ski, et part faire le moniteur de ski dans les Alpes et encadre des colonies de vacances. C’est dans ce contexte qu’il rencontre une jeune institutrice nommée Yvonne qu’il épousera en 1960. Leur fille Véronique verra le jour le 31 juillet de l’année suivante.

En 1963, ses parents qui habitent Gérardmer tombent malades. Ils quittent alors les Alpes pour s’occuper d’eux dans la même maison. Cette cohabitation ne durera pas longtemps et ses parents décèdent rapidement. Par la suite, André sera successivement croupier, éleveur de souris blanches, pour enfin se stabiliser et devenir agent d’assurances, métier qu’il exercera avec plaisir jusqu’à la retraite. Grand sportif, décoré de la Légion d’Honneur pour acte de bravoure pendant la guerre, c’est une figure bien connue des Gérômois qui célèbre ainsi son centième anniversaire. Alors une fois encore, Happy Birthdé Dédé !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.