Search
samedi 20 avr 2019
  • :
  • :

Le bar de l’Union comme au bon vieux temps La mémoire des lieux sur papier glacé pour un après-midi "souvenirs" en musique

image_pdfimage_print

 

Ce samedi 9 février, l’actuel propriétaire du bar de l’Union Daniel Badonnel avait eu la riche idée d’organiser une « rétrospective » de cet emblématique établissement de la Perle des Vosges situé sur la place du marché.

Pour l’occasion, la plus ancienne tenancière de ce bar avait répondu présenteà l’appel. Les habitués la reconnaîtront, il s’agit bien sûr de Simone, alias Bichon, qui a eu les rênes (rennes avant correction) de l’Union pendant 23 ans de 1973 à 1996. On pouvait d’ailleurs l’apercevoir dans quelques uns des nombreux album photos où ceux qui ont fréquenté le bar assidûment pouvaient se retrouver… Toute une histoire ! Petite cerise sur le gâteau, pour animer cet après-midi souvenirs, on pouvait compter sur messieurs Genatio et Kondolff venus jouer de la clarinette et de l’accordéon comme le faisait le mari de Simone en son temps. Les deux autres anciens propriétaires qui ont tenu ce bar étaient présents également, et c’est ainsi que 43 années du bar étaient réunies avec quantité de photos, d’articles de journaux, d’anecdotes, de souvenirs et de témoignages. The good old days comme on dit !




6 réactions sur “Le bar de l’Union comme au bon vieux temps

  1. Jacques Litaize

    Pas très honnête de la part du rédacteur de corriger « rennes » par « rênes » après mon message, rendant ce dernier incompréhensible…
    A défaut d’orthographe, j’aurais préféré un peu d’humour plutôt que cette démarche peu glorieuse.

    répondre
    1. QG Poster auteur

      Oui en effet, parfois, le dimanche soir, après une semaine (week-end compris) de travail, la fatigue aidant, il est possible que nous manquions un peu de temps et d’humour, rarement d’honnêteté et d’honneur cependant. Mais nous nous excusons que le vôtre ait été blessé.
      Nous ne sommes pas non plus toujours devant nos claviers et validons certains commentaires (et effectuons certaines modifications/corrections) via nos téléphones mobiles lorsque nous ne sommes pas à notre domicile. Dans ce genre de circonstances nous parons souvent au plus urgent, l’ergonomie étant moindre.
      Merci de nous lire

      répondre
      1. Jacques Litaize

        Dont acte, et rien de grave bien sûr. L’art est difficile et la critique, ou plutôt l’amusement en l’occurrence, est aisé, j’en ai bien conscience.

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.