Search
samedi 17 août 2019
  • :
  • :

Plus de coquelicots, moins de chimie Pour une meilleure qualité de vie

image_pdfimage_print

Vendredi soir, le collectif gérômois du mouvement national citoyen « Nous voulons des coquelicots » avait une fois de plus appelé la population à se rassembler sur le parvis des Droits de l’Homme.

Rappelons que le collectif local se réunit chaque premier vendredi du mois sur le dit parvis avant de prolonger la soirée à la Maison de la Montagne pour échanger, discuter, mais aussi mettre en place des initiatives afin de lutter contre l’utilisation des pesticides. Et on peut dire que les militants pacifistes de « Nous voulons des coquelicots » ont de la suite dans les idées car c’est en chanson que la cinquantaine de personnes présentes à la veille du week-end a réaffirmé son attachement à la nature. La porte-parole du collectif Line Perrin et ses amis avaient retravaillé spécialement pour l’occasion quelques classiques de Maxime Le Forestier notamment, mais aussi Siffler sur la Coline, L’Eau Vive et même Mon Amant de St Jean de Lucienne Delyle ! Le message était clair : plus de vie, moins de chimie !

Des chants qui se sont prolongés jusqu’à la Maison de la Montagne donc, où Olivier Toussaint, agriculteur Bio à la Ferme du Hazard à Gerbépal, a présenté son travail tout en insistant sur « la dérive de la mécanisation et de la chimie » qu’il définit clairement comme un choix politique et surtout un échec : « On déconnecte le prix de vente de celui du prix de production » précise-t-il en plus des méfaits des pesticides que vous imaginez déjà sur les produits concernés, notre santé et les écosystèmes touchés par extension. Enfin, cette réunion aura permis d’annoncer la venue de François Veillerette le 28 mars prochain à l’Espace Lac (rdv à 20H30). Président du MGRDF (Générations Futures), ce dernier a co-fondé avec Fabrice Nicolino de Charlie Hebdo, le collectif « Nous voulons des coquelicots » qui s’accompagne d’un véritable manifeste contre les pesticides : « des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises ».

Rappelons que cette conférence sera organisée aussi par Gérardmer Qualité. Entrée libre.

En savoir plus sur le collectif : https://nousvoulonsdescoquelicots.org/




2 réactions sur “Plus de coquelicots, moins de chimie

  1. Un chimiste qui passait par là...

    Je trouve dommage qu’une fois de plus le terme « chimie » soit employé à tort et à travers.
    « Plus de vie, moins de chimie » Le slogan est court, efficace. Mais doit-on préférer l’efficacité à l’exactitude ? Je tiens à rappeler à toutes celles et tous ceux qui auront le courage de lire ces quelques lignes que des milliers de scientifiques à travers le monde consacrent leur vie à la chimie pour essayer de synthétiser de nouvelles substances de manière écologique et économique, de nouveaux matériaux durables, de nouveaux processus de traitement des déchets, …
    La chimie c’est une branche de la science qui étudie les propriétés de la matière et ces transformations. Alors oui, je vous l’accorde, les laboratoires qui fabriquent les pesticides cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques sont aussi des laboratoires de chimie mais ne faisons pas d’un cas une généralité.

    Le combat que vous menez est ô combien important, veillons toutefois à ne pas faire de raccourcis.

    répondre
    1. QG Poster auteur

      Bien entendu et vous l’avez compris, nous n’avons rien contre la chimie à Gérardmer Info et l’idée n’était pas de fustiger le principe dans sa globalité, faisons confiance à nos lecteurs pour faire la distinction. Mais le propre d’un titre est souvent de prendre des petits raccourcis pour marquer les esprits. Sans chimie, en effet, on sucerait peut-être encore des cailloux… A titre d’exemple et pour rester dans l’actu de notre feuille de chou numérique, sans chimie, le photographe Julien Félix ne pourrait pas nous proposer ses splendides ambrotypes à la MCL. Comme quoi, on peut même rendre hommage à la nature avec… de la chimie !
      Merci de nous lire.

      QG

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.