Search
dimanche 16 juin 2019
  • :
  • :

ETARCOS : le bateau officiellement mis à l’eau lors des 24H de l’Ergo Stéphane Brogniart poursuit sa préparation et a pu tester l'embarcation sur les eaux du lac de Gérardmer

image_pdfimage_print

Après plusieurs mois de préparation, le bateau qui servira à Stéphane Brogniart pour la traversée du Pacifique-Sud a été officiellement mis à l’eau ce samedi 13 avril au Cercle Nautique d’Aviron de Gérardmer à l’occasion des 24h de l’ergo organisés par l’ASG Aviron au profit de l’association A travers le regard d’Émile.

C’était l’un des temps forts de ces 24h dédiées à l’aviron et à la solidarité : devant un public venu en nombre pour participer aux 24h ou spécialement pour l’occasion, Stéphane Brogniart a eu le plaisir de présenter ce fameux bateau qui vient encore un peu plus concrétiser son projet de traversée à la rame en autonomie et en solitaire en 2021. Cette mise à l’eau était également la concrétisation d’un beau travail d’équipe avec le savoir-faire des entreprises vosgiennes à la manœuvre, ce que n’a pas manqué de souligner l’aventurier samedi dernier.

En effet, acheté fin 2018 en Bretagne à la Trinité-sur-Mer puis ramené dans les Vosges afin d’être remis en état et armé, de nombreux travaux ont été effectué avec le partenariat d’entreprises vosgiennes, mettant en œuvre une véritable expertise pour développer un savoir-faire propre à la remise en conformité d’un bateau, objet plutôt insolite dans nos contrées.
Un véritable challenge relevé par ces professionnels du département qui ont réalisé un exploit technique remarquable, qui ont été effectué au sein de l’entreprise STWM dans la zone Inova 3000 de Cap Avenir Vosges. Sont notamment intervenus, sous la coordination de Richard Péché, responsable technique au sein de l’association Etarcos :
– L’entreprise de mécanique de précision de Cap Avenir Vosges STWM, qui en plus d’avoir hébergé le bateau, a procédé à de nombreux usinages : travail sur l’ergonomie, la sécurité, la fiabilité de matériau, les supports de rame, l’accastillage, la pose des panneaux solaires, etc…
– L’entreprise d’électricité générale SCRM Energie de Chavelot, qui a travaillé avec de fortes contraintes, notamment d’espace, pour travailler à la mise en place du système électrique du bateau : panneaux solaire, batteries, désalinisateur, GPS, station météo, antennes, feux de positions, etc…
– L’entreprise Carrosserie Millet de Chavelot, qui a dû s’adapter à un type de peinture et un format spécifique, bien éloigné des véhicules habituels.
– La Visserie Boulonnerie Thaonnaise, qui a su se rendre disponible à tout moment pour s’adapter aux contraintes des horaires décalés sur lesquels les différents travaux ont été effectués et répondre ainsi aux urgences du moment.

Revoir le film de la saison 1 :




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.