Search
lundi 24 juin 2019
  • :
  • :

Élections Européennes – Nathalie Loiseau (LREM) en tête à Gérardmer avec 22,09% Jordan Bardella (RN) 17,66%

image_pdfimage_print

elec1.jpgelec2.jpg




2 réactions sur “Élections Européennes – Nathalie Loiseau (LREM) en tête à Gérardmer avec 22,09%

  1. Gilles.

    article de ce jour dans un quotitien national.

    Il n’y a pas à dire, l’ UE pour nous faire avaler des pesticides, des produits carbonés, et mettre notre agriculture à plat, c’est le top.

    Un rapport du Sénat souligne que près d’un fruit et légume sur deux consommés en France est désormais importé.

    Dès 2023, la France pourrait importer plus de produits agricoles qu’elle n’en exporte. Du jamais vu ! Problème : certaines importations ne respectent pas les normes sanitaires françaises.
    Pourtant championne en Europe avec une production très supérieure à celle de l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne, l’agriculture française est dans une situation de plus en plus alarmante ? Tel est en tout cas le sombre constat formulé fin mai par les sénateurs du groupe d’études « Agriculture et Alimentation », qui redoutent de voir notre excédent agricole se transformer en… déficit, et ce dès 2023 ! Un comble, pour un pays dont l’excédent commercial est historiquement tiré par les vins et spiritueux, les céréales, les produits laitiers, les bovins et les sucres.
    Cette catastrophe annoncée s’explique par un double coup dur. Le premier ? Alors que la France était en 2005 le troisième exportateur mondial, elle occupe désormais le sixième rang, derrière l’Allemagne et les Pays-Bas notamment. Une sacrée perte de compétitivité, donc. Second changement de taille : alors que les exportations stagnent, les importations, elles, ont bondi. Depuis 2000, elles ont quasiment doublé (+ 87 %), notamment celles de beurre et de fromages, et atteignent désormais des niveaux impressionnants pour certains produits : actuellement, près d’un fruit et légume consommé sur deux est importé. « Et en 2017, les importations représentaient 34 % de la consommation de volailles, et même 70 % pour la restauration hors foyer (cantines, etc.) », alerte Laurent Duplomb, le sénateur LR de Haute-Loire à l’origine du rapport.
    Ce recul de la France sur les marchés mondiaux, la faute en revient, avant tout, à des charges trop élevées dans l’Hexagone. Chez nous, le coût salarial a bondi de 58 % entre 2000 et 2017, presque deux fois plus vite qu’en Allemagne par exemple. Petit cas d’école avec la pomme. En France, le coût de la main d’oeuvre est 1,7 fois supérieur à celui de l’Espagne, et deux fois supérieur à celui de la Pologne, Du coup, la pomme polonaise arrive sur nos étals à moins d’un euro, voire à 70 centimes d’euros le kilo, tandis que les pommes françaises, elles, s’affichent à plus d’1,80 euros…
    Produits importés peu contrôlés
    Il y a plus inquiétant encore. Une part non négligeable – que les rapporteurs évaluent entre 10 et 25 % du total – de ces produits importés ne respecterait pas les normes sanitaires qui sont demandées aux agriculteurs de l’Hexagone. Parmi les produits les plus exposés : le thé de Chine (13 %), les piments de la République dominicaine (16 %) ou encore les pistaches des Etats-Unis (20 %). « Il y a parfois un vrai risque sanitaire, comme pour les fraises et les cerises », souligne encore Laurent Duplomb.
    Il faut dire que les contrôles sont rarissimes. Le rapport estime ainsi que le budget qui leur est alloué est inférieur à 10 millions d’euros par an – soit moins d’une semaine de recettes encaissées par l’Etat au titre du Loto. Et n’allez pas croire que le terme « bio » résout tous les problèmes : des contrôles effectués en 2017 ont montré que 17 % des produits issus de l’agriculture biologique étaient non-conformes. Sans surprise, les sénateurs réclament donc un renforcement des contrôles sur tous les produits importés.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.