Search
lundi 19 avr 2021
  • :
  • :

350 km à pieds, ça use les souliers ! Chimay-Gérardmer, ça fait une belle randonnée

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print
belges marche coccinelle (1)

Alain & Michel Accueillis par Isabelle et sa sœur au bord du lac de Gérardmer.

Partir à pieds jusqu’à Gérardmer, cela faisait déjà plusieurs années que l’idée trottait dans la tête de Michel Durlet, il était donc temps de passer à l’action !

En effet, habitués à venir passer du bon temps à Gérardmer, Michel et son épouse Isabelle qui résident à Chimay ont déjà fait le trajet en voiture, en moto ou encore en vélo. Il ne manquait plus que la marche au palmarès comme on dit ! Mais pour cette nouvelle aventure, Michel (65 ans) a décidé d’entraîner avec lui son vieux pote Alain Thiry (62 ans), un petit peu moins habitué aux aussi longues distances ou même aux triathlons comme son compère a pu l’être. Qu’importe, le tandem a commencé à s’entraîner en septembre dernier et après avoir étudié puis déterminé le parcours le plus judicieux, place au grand départ le jeudi 6 juin.

belges marche coccinelle (2)Parti en totale autonomie, le duo envisageait de faire près de 45 km par jour, sachant que la distance totale du périple était estimée à environ 340-350 km, le tout agrémenté de 5000m de dénivelé. Mais la météo particulièrement fluctuante les a contraint à revoir leurs ambitions légèrement à la baisse, sans oublier l’absence de chemins de halage le long de la Meuse qui les a obligé à rebrousser chemin à un moment de leur périple. De plus, certains repas avaient quelque chose de frugal dirons-nous, l’absence de tout commerce dans certains villages traversés contraignant les deux marcheurs à se contenter de barres énergétiques… Heureusement, ils ont fait quelques belles rencontres et ont été plutôt bien accueillis par les autochtones chez qui ils ont été chercher de l’eau, partageant parfois avec eux un petit casse-croûte !

Par ailleurs, cette marche revêtait un caractère solidaire : Michel et Alain avaient également pour objectif de récolter des fonds via une page Facebook et un compte bancaire en faveur d’une institution sociale de Chimay qui accueille et accompagne des enfants handicapés. Des marcheurs au grand cœur en somme, qui étaient heureux de retrouver leurs amis Gérômois (et pour Michel son épouse) en arrivant au bord du lac samedi après-midi vers 15 h 30, en plein trail et en plein rallye. Et après l’effort, le réconfort, parce qu’il faut préciser que, depuis jeudi, pas de Chimay pour Alain et Michel qui ont donc probablement bien savouré leur première bière !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.