Search
jeudi 14 nov 2019
  • :
  • :

« Pas d’absents aujourd’hui ? Si, Monsieur, Samanta et Bajram » Communiqué des enseignants de la Haie Griselle

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

« Pas d’absents aujourd’hui ? Si, Monsieur, Samanta et Bajram »

C’est l’échange récurrent au collège de la Haie Griselle depuis quelque temps. En effet, nos deux élèves albanais Samanta et Bajram, ont brutalement quitté Gérardmer le 10 mai.

Et aujourd’hui, la communauté scolaire est sous le choc : la famille Kaloti a été expulsée en Albanie, son pays d’origine.

Retraçons leur itinéraire d’enfants pas gâtés :Après plusieurs années d’errance en Europe, Samanta et Bajram arrivent à Gérardmer en 2016 et y trouvent enfin leur place. La famille demande l’asile à la France. Les enfants sont scolarisés au collège de la Haie Griselle. Ils ne parlent pas un mot de français. Ils ont un comportement exemplaire, toujours polis et souriants. « Bonjour, merci et au revoir » sont vite appris et utilisés. D’autres mots suivront rapidement puis des phrases entières ; leur persévérance porte ses fruits. A l’unanimité, leurs professeurs sont satisfaits de ces élèves travailleurs et discrets, respectueux de l’enseignement reçu et humbles face à leur réussite méritoire. Bien intégrés auprès de leurs camarades et très investis, ils ne cessent de progresser et maîtrisent maintenant parfaitement la langue française. Ils obtiennent des résultats très honorables. Leur avenir est prometteur.

Mais en janvier 2019, leur trajectoire est brisée. Leur demande d’asile fait l’objet d’un rejet qui s’accompagne d’une OQTF (Obligation de quitter le territoire français). Un courrier des enseignants de la Haie Griselle est adressé au Préfet, lui demandant son indulgence et d’œuvrer à leur régularisation. Il reste lettre morte, la famille doit quitter son appartement gérômois pour « s’entasser » dans une chambre d’hôtel à Saint-Dié. Les conditions pour une scolarité épanouie ne sont plus réunies. Comment s’isoler pour faire ses devoirs, comment se concentrer pour apprendre ses leçons quand six adultes, enfants et bébé se partagent une seule pièce ? Comment résister à la fatigue occasionnée par les aller-retour en bus, 60 kilomètres soit l’équivalent d’environ 1 heure 20 de trajet, depuis l’hôtel déodatien jusqu’au collège gérômois ? Malgré tout, Samanta et Bajram ne cèdent pas au découragement et s’accrochent pour donner le meilleur d’eux-mêmes.

Mais, cela ne suffit pas. En mai, la famille est déplacée et relogée à Contrexéville. Les enfants sont contraints de quitter le collège de la Haie Griselle pour intégrer le collège Lyautey à un mois de la fin de l’année et du brevet pour Bajram et tout recommencer… Se familiariser avec de nouveaux lieux, rencontrer de nouveaux professeurs, tisser des liens avec de nouveaux camarades. Gageons qu’ils y auraient mis toute leur volonté si le temps leur avait été accordé. Mais les autorités en ont décidé autrement. Le vendredi 07 juin, à 6 heures du matin, les gendarmes frappent à la porte, emmènent la famille sans lui laisser la possibilité d’un quelconque contact et l’expulsent en Albanie !

Trois adresses, deux collèges, deux pays en moins de six mois ; c’est six personnes dans la détresse et toute la communauté scolaire en émoi.

Devant cette situation dramatique imposée à ces enfants, les enseignants de la Haie Griselle à qui on demande chaque jour de promouvoir les valeurs de la République : Liberté, Egalité, Fraternité, ne peuvent que s’indigner. Quel exemple la République Française propose-t-elle en agissant ainsi ? Combien d’enfants devront-ils encore être sacrifiés ? Comment rester insensibles devant ce manque d’humanité ?

Le comité antiraciste d’aide aux migrants de Gérardmer, membre d’Asil-Accueil 88,

apporte son soutien plein et entier aux enseignants.




6 réactions sur “« Pas d’absents aujourd’hui ? Si, Monsieur, Samanta et Bajram »

  1. Lorenzo

    C’est totalement inadmissible et triste pour eux j’etais camarade et ami de Bajram et c’estait quelqu’un d’extrêmement respectueux, poli et tout le monde dans la classe l’aimait bien. On n’as apris sont départ du jour au lendemain et cela nous a tous surpris et attristé…

    répondre
  2. Gilles.

    Normalement, les collèges et écoles de l’enseignement public sont des perimetres d’où sont exclus les messages politiques ou religieux.

    répondre
    1. Marc

      1) c’est pourquoi ce communiqué n’est pas affiché à la Haie Griselle, dans l’établissement ou ses abords, mais est présent ici.
      Les enseignants peuvent avoir un ressenti, un avis. Ils sont humains et citoyens !
      Leur obligation est de ne pas l’exprimer devant leurs élèves, voire même devant les parents de ceux-ci, dans le cadre de leur exercice professionnel.
      Cette obligation semble donc respectée.
      2) il reste aussi à savoir si exprimer de la tristesse à voir partir un élève ou un camarade et de relater les conditions de ce départ relèvent d’un quelconque message politique ou religieux…un autre débat…

      répondre
      1. Gilles.

        à l’heure ou l’état Français arrive de moins en moins à assumer ses devoirs d’éducation, de justice, de santé, de transport, d’aide aux personnes âgées ou handicapés, de construction et d’entretien des infrastructures , la question qui se pose est surtout de savoir si nous devons malgré tout accueillir des migrants économiques…

        répondre
        1. kaloti

          malheuresement nous netions pas des migrant economique en tout cas je tiens a remercier les insegnant de la haie griselle et tout autre persone pour le soutien.nous avons donne le exemple de bon integration.on a demande de travailler pour eviter tout versement de letat au maintien de ma famille,et pour payer les impot come tout francaise.mais rien est aquis.je espere revenir pour mes enfants.merci

          répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.