Search
vendredi 22 nov 2019
  • :
  • :

Le « certif » c’est pas « fastoche » 24 candidats à l'examen de l'ancienne école du Phény

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

P1130326Souvenons nous de Raymonde, alias Rolande pour les intimes, qui devait obtenir un petit diplôme pour conserver son emploi (entre nous un truc bizarre) et ses voisins qui lui faisaient réviser le nom des capitales européennes. A la question : « Portugal ? » Rolande reste sans voix et son examinateur d’un jour poursuit l’interrogatoire « enfin Rolande, c’est fastoche« . La future diplômée lance alors insouciante « ah oui fastoche« .  Tout le monde ou presque,  sait qu’il s’agit en réalité de Lisbonne à ne pas confondre avec Porto. Le vin cuit Lusitanien, c’est pour l’apéritif celui consommé avec modération avant le repas pris lors de  la fête de l’ancienne école du Phény qui s’est déroulée ce dimanche.  Mais avant de poser les pieds sous la table, 24 candidats au certif 2019 sont passés à la moulinette des instituteurs retraités dirigés à la baguette par Marc Bernard : le président de l’association François Gegout n’était pas loin. Et cette année les enseignants ont mis la barre très haute notamment dans l’épreuve d’histoire. Il fallait donner entre autre les dates de la Fête de la Fédération , de la Déclaration des Droits de l’Homme ou encore de la bataille d’Austerlitz…et ben c’est pas fastoche !

Le calcul était plus simple avec le problème n°2. « Pour 8 personnes , maman achète un morceau de viande à 6,50 fr le kilo. Sur la balance automatique, le boucher place, sur le plateau, un poids de 1kg et l’aiguille indique en plus 560 gr. Quel est le poids de la viande ». A vos tables de multiplication et de division même si la traçabilité du produit n’est pas prouvée.

Et il en fut ainsi pendant toute la matinée, récréation comprise et chant du départ inclus comme le souhaitait l’école laïque d’antan. Sans oublier la dictée et la rédaction dont l’un des sujets fut très inspirant  » Si un magicien pouvait vous transformer en animal pour quelques jours lequel auriez vous choisi d’être et donnez en les raisons ». Le lombric fut boudé, un sujet sans doute jugé trop terre à terre…et pourtant !

Qu’en fut-il de la morale du jour ? La règle voudrait que l’on vive et naisse tous égaux en droit. Visiblement les valeurs  se perdent Mme Michu, c’est peut-être pour cela que le certif doit perdurer, même si ce n’est que tous les deux ans, faute de candidats, nouveaux et  déclarés. « La victoire en chantant, Nous ouvre la barrière« .




Une réaction sur “Le « certif » c’est pas « fastoche »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.