Search
mercredi 12 août 2020
  • :
  • :

Centre Hospitalier : repenser le modèle économique des soins non programmés Après avoir été sauvé, le CSNP doit être conforté en 2020

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

voeux CH caudius regaud gerardmer (1)

Comme vous pouvez l’imaginer, il aura notamment été question du Centre de Soins Non Programmés (CSNP) lors des vœux du Centre Hospitalier Claudius Regaud suite à une année 2019 qui « fut le cadre de beaucoup de craintes et d’incertitudes » sur le sujet, pour reprendre les mots du directeur délégué de sites Vincent Androuet.

Nous ajouterons que l’année 2019 aura également été pleine d’espoir. Car le CSNP a finalement été conservé grâce à une mobilisation générale du personnel du CH rejoint par d’autres forces vives de la Perle des Vosges. On n’oubliera pas non plus le rôle prépondérant de l’AGSH qui a permis la rénovation du service grâce à une subvention inédite qui est venue s’ajouter aux fonds octroyés par l’ARS. Bref, la remise en question du mode de financement du service de soins non programmés ne semble pu être qu’un mauvais souvenir et Vincent Androuet a tenu à rassurer à nouveau à travers son discours :

« Le modèle économique doit inévitablement être repensé. mais l’ARS a officiellement affirmé la nécessité de conforter ce service à Gérardmer et a confirmé le maintien du niveau des crédits délégués jusqu’alors pour accompagner son adaptation. il faut savoir que le le développement du recours aux centres de soins non-programmés constitue une mesure du plan renfort des urgences 88, et que cette mesure implique clairement le CSNP de Gérardmer. L’ARS a également établi un cahier des charges fixant le cadre organisationnel et financier applicable aux services de soins non-programmés en général. Nous allons donc, très rapidement en 2020, définir les modalités de fonctionnement qui permettront au CSNP gérômois de se conformer aux exigences de ce cahier des charges, et de continuer à assurer sa mission au bénéfice de la population du territoire et des vacanciers.« 

public voeux CH gérardmerL’un des gros « chantiers » pour 2020 est donc clairement annoncé, le second comportera sans doute de renforcer l’équipe médicale du CH en poursuivant la recherche d’un médecin coordonnateur pour l’EHPAD, et en recrutant pour l’USLD et le service de médecine en raison du départ à la retraite ô combien mérité du docteur Villemin en ce mois de janvier. Concernant l’EHPAD, en attendant un recrutement pérenne, le docteur Patrick Martin s’est engagé à assumer la mission de médecin coordonnateur jusqu’en avril. Concernant la couverture médicale des services médecine et de l’USLD, Vincent Androuet a tenu à saluer l’implication des médecins libéraux locaux qui participent au fonctionnement hospitalier pour certains, et pour d’autres contribuent à diffuser l’offre du CH auprès de leurs réseaux.

Pour conclure  sur ses vœux 2020, il est important d’évoquer l’activité sanitaire valorisée de 2019 qui est globalement en hausse par rapport à 2018, preuve que le CH gérômois a toute sa place dans le paysage sanitaire du département. La encore, Vincent Ardouet éclaire nos petites lanternes :

« Le service de médecine a enregistré 545 entrées contre 497 en 2018. Le taux d’occupation évolue de 80,5 à 79,41 % et la durée moyenne de séjour de 10,64 à 9,57. Je soulignerai que la valorisation de cette activité est en progression puisque la dotation « hôpitaux de proximité est passée de 1 540 914 € en 2018 à 1 655 220 € soit une augmentation de 7,41 % des recettes.

Le service de soins de suite a enregistré 392 entrées contre 368 en 2018. Son taux d’occupation est passé de 92,13 à 90,44 % et la durée moyenne de séjour de 27,41 à 25,26 jours.

L’hospitalisation à domicile a réalisé 255 entrées contre 348 en 2018. Comme pour la médecine, la valorisation de l’activité est en amélioration avec 176 822 € de recettes supplémentaires par rapport à 2018, soit une augmentation de plus de 10 %.

En revanche, l’activité du SNP est en baisse de 10 % avec 5581 patients pris en charge contre 6222 en 2018. Le SMUR a réalisé davantage de sorties avec 217 départs d’intervention contre 200 en 2018.

La radiologie conventionnelle est en augmentation avec 10 168 actes réalisés pour 9 908 en 2018. Ont également été procédés 1641 actes de mammographie contre 1236 en 2018 et 3108 échographies contre 2639 en 2018.

L’USLD a atteint un taux d’occupation de 93,27 %, il était de 93,91 % en 2018. »




3 réactions sur “Centre Hospitalier : repenser le modèle économique des soins non programmés

  1. G Chipot.

    Je profite du sujet hôpital pour faire un focus sur le dossier mutuelle santé..

    En jetant hier brièvement un œil sur mon relevé bancaire de début janvier, je me suis rendu compte que le discret prélèvement mensuel pour ma mutuelle santé avait augmenté pour 2020 de …..10 %.

    Dans la rubrique  » si c’est offert il y a forcément quelqu’un qui paye », le fameux  » reste à charge zéro  » sortit du chapeau du magicien Macron en 2019 ne sera pas gratuit pour tout le monde.

    Désormais, le poste mutuelle santé représente pour mon foyer plus de 2,5 smic par an.
    Son montant dépasse maintenant le total des charges électricité + eau + chauffage pour ma maison.

    Merci….

    répondre
  2. ADAM

    Bonjour
    N’oubliez jamais que vous participez comme beaucoup à l’effort national et au financement de la CMU pour de nombreuses personnes ! Il va de soi que vous devez donc mettre la main au portefeuilles … Belle soirée . JP

    répondre
    1. G Chipot.

      Vous oubliez l’AME et ses dérives organisées par des réseaux mafieux.
      Les « touristes » Géorgiens font la queue à l’aéroport de Tbilissi.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.