Search
dimanche 19 jan 2020
  • :
  • :

Gérardmer Patrimoine Nature – « priorité absolue à la réforme du PLU » 1 objectif : Gérardmer à long terme

Soldes Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

IMG_20200110_180138

Vendredi soir, l’association Gérardmer Patrimoine Nature avait invité les Gérômois et leurs voisins à une réunion publique d’information sur la situation d’hyper-urbanisation de la Perle des Vosges et de ses environs. Pour cette nouvelle structure récemment créée et ses têtes pensantes, pas de doute, il y a urgence et cela passe par une réforme du PLU et l’application de la loi. Mais le sujet est ultra sensible,  touche parfois à des intérêts personnels et il sera forcément compliqué de contenter tout le monde…

Pour une première, on pourra se souvenir que Gérardmer Patrimoine Nature aura été victime de son succès avec une salle des Armes à peine assez grande pour accueillir un public venu en nombre pour assister à cette réunion animée par Jacques Valentin, Anne Huart et Jean-Claude Crouvezier. Un rapide tour d’horizon aura permis de constater que le sujet touche un maximum de citoyens et pas uniquement des Gérômois. De nombreux habitants du secteur avaient fait le déplacement, y compris des Bressauds qui tirent eux aussi la sonnette d’alarme car, selon leurs propres dires, nos voisins sont en train d’être confrontés aux mêmes problématiques. Certains étaient même venus avec quelques exemples et quelques leviers pour retarder des constructions jugées « litigieuses » ou « excessives » par des riverains notamment. Et cela tombait à point nommé car comme le précisait Jacques Valentin dans son intervention, l’un des objectifs de l’association est « Gérardmer à long terme » et cette première réunion avait pour objectif de faire appel à la population : « Nous ne prétendons pas tout savoir et avoir la science infuse sur le sujet. Nous posons le problème et vous pouvez nous aider, nous attendons vos propositions et vos solutions pour freiner l’urbanisation. (…) Nous avons également besoin de juristes pour nous aider dans notre démarche. »

Gérardmer open bar de l’immobilier

Le problème est posé et l’appel est lancé, sachant que l’association est claire dans son approche du sujet. Il faut agir vite car le constat est sans appel. Le point fait par le trio de Gérardmer Patrimoine Nature est relativement éloquent : pour résumer très succinctement et sans être exhaustif par rapport à l’état des lieux qui a été fait vendredi soir. On retiendra une loi ELAN et ALUR catastrophique, l’échec de l’AVAP et de la ZPPAUP malgré des intentions louables, ou encore la non application du CES (coefficient emprise au sol), des lois nationales inadaptées aux zones rurales et touristiques et un PLU trop permissif. Sans oublier des promoteurs immobiliers qui s’engouffrent dans la brèche, en l’absence d’une police de l’urbanisme efficace et un manque de contrôles de fin de chantier. Le cocktail a entraîné une sorte d’open bar de l’immobilier pour des dérives dénoncées par l’association.

Là encore, on ne citera pas tout, mais les animateurs de la soirée ont notamment mis en avant l’inflation dramatique du prix de l’immobilier et les conséquences sur l’accès à la propriété, notamment pour les jeunes qui souhaitent s’installer, le manque de logements décents destinés à la location à l’année, des services débordés en période de vacances estivales notamment, le manque de parkings, un parc immobilier qui se multiplie, un patrimoine et un paysage saccagés etc.

« La réforme du PLU est une priorité absolue »

Jacques Valentin rappelle que Gérardmer Patrimoine Nature existe avant tout pour trouver des solutions, et solutions il y a. Clairement, pour l’association, le salut passera notamment par une refonte du Plan Local d’Urbanisme, le fameux PLU qui, selon les sources des animateurs de la soirée, une nouvelle mouture serait possible dans un délai de 7 mois au minimum. Sur le sujet, certains ont regretté l’absence du maire Stessy Speissmann et le départ peut-être précoce de son adjoint au patrimoine bâti Jean-François Duval, mécontent de la tournure que prenait la réunion suite à une intervention de Michel Graiche relativement caustique à l’encontre de la municipalité. A l’évocation des élus majoritaires de la ville, l’association a exposé des exemples de communes qui ont pris des mesures efficaces et dont Gérardmer pourrait peut-être s’inspirer, à l’image de stations suisses ou alpines, ou encore de Clermont Ferrand et son « coefficient biotope » qui pourrait « faire » des petits par chez nous… A cette réforme du PLU et dans un futur bien plus proche, l’association souhaite que le CES et les réglementations  en vigueur soient appliquées/respectées, ce qui n’est actuellement pas le cas selon Gérardmer Patrimoine Nature… Bref, il y a du pain sur la planche pour cette association qui sera preneuse de toutes les bonnes volontés pour atteindre son objectif, à savoir « Gérardmer à long terme » avec une régulation de l’urbanisation. Affaire à suivre !

Gérardmer patrimoine nature




11 réactions sur “Gérardmer Patrimoine Nature – « priorité absolue à la réforme du PLU »

  1. xavier vervisch

    L’hyper urbanisation de gérardmer et ses effets indésirable suite à la modification du PLU sera
    un point noir, pour la majorité municipale dans le cadre de la prochaine campagne pour les élections municipales de mars.

    répondre
  2. Thierry Groshens

    Bonjour
    Evoquer une « hyper » urbanisation à Gérardmer me semble globalement un tantinet exagéré sauf à faire un focus sur quelques secteurs comme les « virages »
    de la Rayée et la résidence de L’eau V. et ses quatre bâtiments.
    Je suis certain que d’autres communes seraient « heureuses » d’être confrontées à cette problématique notamment dans l’ouest Vosgien.
    Le tourisme est une activité économique à part entière dans notre département et, même si ce dernier est fortement industrialisé, il perd des habitants.
    Nous connaissons les risques d’une mono industrie, le tourisme pourrait très bien le devenir en Perle des Vosges.
    Le tourisme est volatile, il suit les modes, attention à ne pas tuer la poule aux oeufs d’or que représente la vente de terrains, la construction, la location. Le lac, le vert et le jaune (jonquille) couleurs de Gérardmer, le domaine skiable, les forêts, les collines, les commerces font partie des avantages comparatifs de la cité à ne pas dénaturer. Toute la question est de trouver le juste équilibre.

    La situation est certes préoccupante et malgré quelques piques, les débats cordiaux lors de cette soirée donnent espoir.

    Merci de m’avoir lu .

    répondre
    1. G Chipot.

      Tout le monde s’accorde pour dire que le PLU est trop permissif et cela surtout sur les coteaux.
      Son objectif initial était de limiter les zones constructible tout en permettant malgré tout, sans tout verrouiller, le développement économique d’une commune.

      répondre
  3. François Laubacher

    Bonsoir,
    Merci à l’initiatrice et aux initiateurs de ce mouvement qui, apparemment et au vu du nombre de présents vendredi soir, ne devrait pas être un feu de paille.
    En effet un feu de paille , comme chacun d’entre nous, comme les équipes municipales….quelle qu’elles soient …passent ou passeront, mais le bâti, lui, nous survivra…
    Le point noir n’est donc pas, Monsieur Vervisch que « pour » la majorité municipale mais pour ou plutôt « contre » la ville, ses habitants actuels et futurs…
    Si la destruction de 80 % du bâti du centre ville de 1944 constitue un préjudice dont nous ne sommes pas encore totalement sortis, la situation actuelle de ce PLU trop permissif nous place à l’opposé avec ce trop plein de bâti, trop dense ou sans grande harmonie …mais cette fois sur les coteaux..Le tableau des préjudices est complet 76 ans après les faits d’armes…merci à l’histoire !
    Il faut donc urgemment rejoindre les rangs de cette association si, habitants occasionnels ou permanents, vacanciers ou résidents secondaires que nous sommes, ne voulons pas voir notre Perle se transformer en un lieu sans âme à l’histoire incompréhensible et au paysage sans personnalité.
    Écrire que la situation d’hyperurbanisation soit un tantinet exagérée et se limite aux virages de la Rayée et la résidence l’eau vive…., montre Monsieur Goshens que vous devriez chausser vos lunettes en vous rendant sur la droite du lac et vous tenir au courant des projets fous en attente de PC…
    Quant à la « Poule aux oeufs d’or »….
    Quelle est elle ?
    Cette industrie touristique (qui semble déborder), attirée par le charme de notre Perle ?
    ou
    Notre Perle qui attire par son charme, cette industrie touristique qui semble déborder ?
    A nous de choisir la « Bonne Poule » pour ne pas nous retrouver un jour devant des poulaillers ou des clapiers bien vides recherchant désespérément des Jonquiles qui auront définitivement quitté les lieux…
    (Chacun sait en effet et sans parler des surfaces bâties ou goudronnées …qu’une « prairie » à jonquilles devenue « pelouse » à jonquilles…ne souffre pas plus d’une voire deux coupes dans l’été…sauf à voir disparaître lesdites jonquilles.

    Et si la Jonquille sauvait Gérardmer?….

    répondre
    1. Schmit

      Nos jonquilles sont sacrifiées vitesse grand V.
      A la Rayée ce grand pré tout jaune de jonquilles au printemps a disparu sous l’implantation d’ une vingtaine de gros chalets les uns sur les autres…
      Trop triste! Notre perle perd son authenticité et son charme irrémédiablement…

      répondre
      1. G Chipot.

        Relativisons toutefois.

        Des milliers d’habitants de communes des hautes Vosges en déshérences, aux magasins définitivement fermés et aux maisons à l’abandon ou sans acheteurs ,voudraient bien connaitre « l’hyper urbanisation » de Gerardmer…

        Cela ne nous empêche pas de réfléchir sur un moyen de revoir le PLU et quelques unes de ses dérives, sans pour autant figer le développement de la vallée.

        répondre
  4. G Chipot.

    Il est assez évident que ce n’est pas le bâti construit dans la hâte de la reconstruction de l’après sinistre 1944 qui donne son cachet à notre vallée.
    Les nouveaux bâtiments au centre ville apportent du confort pour les résidents.( y compris pour les derniers logements sociaux construits au Bergon…)
    Sanitaires et cuisines de qualités, confort acoustique et thermique, ascenseurs, balcons, garages …
    Tout cela sans être de véritables passoires énergétiques.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.