Search
mardi 7 avr 2020
  • :
  • :

Conseil municipal – à propos des camions de neige Et l'approbation des comptes de l'excercie 2019

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

concarAlimenter le bas des pistes de ski de la Mauselaine avec de la neige collectée sur les hauteurs a créé une grosse polémique notamment auprès des associations écologiques de défense du massif.

Eric Defranould pour le groupe Gérardmer Solidaire s’en est ému et a interrogé le maire Stessy Speissmann sur le pourquoi du comment

« Nous aimerions connaitre le coût de l’acheminent de la neige par camion sur le site de la station de ski et qui paye ? ».

Réponse du maire :

« La question du changement climatique et de l’avenir des stations de montagne (face au manque de neige) est régulièrement au centre de l’attention médiatique.

Au-delà, le secteur du tourisme dans son ensemble et ses impacts environnementaux tend à devenir l’objet de critiques croissantes.

En montagne, le tourisme demeure un élément essentiel pour les territoires (aménagement, emplois…) et les stations évoluent depuis plusieurs années pour répondre aux attentes des vacanciers.

Si le ski demeure une activité structurante des stations de montagne et toujours centrale aujourd’hui au niveau de la demande, nous mettons en place de nouvelles stratégies permettant de répondre à la fois aux demandes de nature des vacanciers tout en préparant une adaptation aux évolutions du climat.

Le transport de la neige par camions n’a pas vocation à être ni étendu ni généralisé. Dans l’idéal et à l’avenir, les stations doivent réussir à s’en passer.

Dans notre cas, il a été utilisé pour répondre dans l’urgence à une situation exceptionnelle sur un périmètre extrêmement réduit (sauvegarde de l’activité économique et des emplois : 100 emplois directs à la Station sans compter les moniteurs et les emplois indirects en ville, initiation des enfants au ski…). Cette utilisation peut engendrer des réactions, que nous comprenons.

Nous menons de nombreuses actions pour s’adapter aux changements climatiques et pour faire évoluer notre modèle. C’est un travail de fond qui implique notamment une diversification des activités.

Durant cette saison, comme lors de certaines saisons précédentes difficiles, il y a eu quelques camions de neige réalisés pour sécuriser le front de neige et le jardin d’enfants en particulier pour pouvoir laisser ouvert notre domaine.

Le montant, pour répondre à la question initiale, est à ce jour de 5 427 euros pour la saison. Ce montant est intégralement payé par la Station et une partie est négociée avec l’E.S.F. »

Les élus se sont donnés rendez-vous en avril prochain, pour certains en tout cas. Le mandat est presque terminé et les élections de mars prochains passeront par là.

Au menu également de cette dernière séance, l’approbation des comptes de l’exercice 2019,  une foultitude d’affaires courantes et avec une flopées de demandes de subventions ou encore d’achats et de ventes de terrains.

La séance était levée.

 




5 réactions sur “Conseil municipal – à propos des camions de neige

  1. G Chipot.

    Il faut savoir raison garder.

    Mettons en corrélation l’incidence économique vitale pour la vallée et ses habitants, et les quelques centaines de litres de gas oïl consommés à l’occasion de ces transferts.
    Rasons dans ce cas de nombreuses et anciennes maisons géromoises, pour beaucoup de véritables épaves thermiques, qui consomment chacune à titre individuel plusieurs milliers de litres de fuel par an….
    Parlons aussi des 3 millions de kilomètres parcourus chaque WE en France par les joueurs, spectateurs, journalistes, au nom du football.
    Parlons également des 35 000 jets privés qui ont atterris ou décollés en 2015 sur le seul aéroport de Genève.
    N’oublions pas non plus les 60 bateaux de croisière de plus de 4000 passagers qui consomment à eux tous et par jour, 4,5 millions d’un fuel lourd non raffiné …

    Ramenons donc les choses à leur juste proportion.

    répondre
    1. Olivier Bédel

      Entièrement d’accord. Quelques camions de neige, vu l’enjeu économique… Car à ce rythme là, est-ce bien raisonnable de chauffer l’eau des piscines ? De fabriquer artificiellement la glace des patinoires ? Il existe à Amnéville une piste de ski intérieure. Qui s’en émeut ? Et ces milliers de voitures qui chaque weekend font un petit tour du côté de Gérardmer, faut-il les interdire ? Tous ces camions Amazon qui sillonnent jours et nuits les routes de France pour satisfaire aux besoins effrénés de consommation, c’est pas un problème ? Et les les amoureux de la montagne qui s’offusquent de ce transport de neige qui dans le même temps s’offrent des treks au Tibet ? N’ont pas l’impression d’être un peu en contradiction ? Non ?

      répondre
      1. gilbert

        Concernant la piste de ski d ‘Amnévlle (snowhall) L’Assciation contribuables Associés dénonce dans un article intitulé ; –STOP AU GASPILLAGE DES FONDS PUBLICS ! cette gabegie. –Article retranscrit
        – Une piste de ski couverte construite à Amnéville : 620 m de long 90 m de dénivelé pour glisser sur la neige quand il fait 25° dehors !! Coût pour le contribuable : 20 millions d’€. Un gouffre financier et énergétique dont la cour des comptes a exigé la fermeture immédiate. —A ce jour le groupe La Belle Montagne a repris cette équipement pour 1 million d’€ !!! et assure l’ exploitation.

        contribuables.org

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.