Search
mardi 24 nov 2020
  • :
  • :

Vers un fiasco électoral ? To be or not to be

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

voteEncore quelques heures et on en saura plus sur la destinée des élections municipales. Sur la fréquentation des bureaux de vote, et c’est bien sur ce point précis que le scrutin risque de tourner au fiasco. Le coronavirus covid-19 est bien implanté dans l’hexagone et n’a pas vraiment l’intention de « lâcher » les français ne serait-ce que quelques heures, le temps de déposer son bulletin de vote, dimanche, dans les urnes. On le sait déjà, le taux de participation sera faible avec pour conséquence de « piper » le résultat du premier tour. Quant au second, on ne sait même pas s’il aura lieu, la pandémie aura frappé encore plus en profondeur le pays dans 10 jours.

Comment peut-on en arriver à de telles aberrations alors que ces élections pouvaient être repoussées au mois de septembre, sans engendrer de problèmes structurels majeurs et constitutionnels. Les français sont victimes de l’entêtement des politiques, des responsables des partis toujours dans la spéculation d’une éventuelle prise de pouvoir. Les discussions de l’Elysée jeudi dernier ont été âpres, longues, très tendues. Emmanuel Macron a cédé face à l’exigence de certains responsables politiques nationaux alors qu’on se dirigeait vers une annulation du scrutin. Gérard Larcher, président du sénat, a même parlé d’un « coup d’État » du gouvernement si les élections étaient suspendues. Pourquoi ? Tout simplement parce les opposants aux dirigeants actuels estiment qu’il s’agit d’une manœuvre politique, La République en Marche étant en position instable préférant différer un scrutin incertain pour l’ensemble de ses candidats.

Pour faire court, et de manière un peu triviale en cette période particulièrement glauque, les électeurs se foutent des manœuvres de politique politicienne surtout concernant les municipales. Les français vivent aujourd’hui dans la peur du coronavirus et veulent une unité nationale afin de faire face à l’épidémie dont les risques sont réels et chaque jour confirmés par les virologues et chercheurs. Nos faux-amis politiques, par intérêt, poussent les français vers l’isoloir alors que visiblement ils n’y tiennent pas vraiment en étant sous le joug du coronavirus.

Un vieil adage populaire veut que ce soit « à la fin du bal qu’on paie les musiciens ». La note risque d’être salée pour les français d’autant que la partition comporte un second opus le 23 mars prochain. En espérant qu’il ne s’agisse pas d’un réquiem…Tatatin !




19 réactions sur “Vers un fiasco électoral ?

  1. Jean-Louis THOMAS

    A quoi sert d’alimenter la psychose ! A dévaliser les magasins, au repli sur soi même, à l’individualisme forcené, alors qu’il convient plutôt d’être solidaires, de prendre quelques précautions élémentaires, de ne pas céder à la panique, allez voter braves gens, d’autres ne manqueront pas d’y aller sans se poser de questions et vous voleront cette élection.

    répondre
  2. PierreL

    « Comment peut-on en arriver à de telles aberrations alors que ces élections pouvaient être repoussées au mois de septembre… »
    Eh oui, tant qu’on ne sera pas gouverné par des journalistes on ira de catastrophe en catastrophe !
    Quel gâchis qu’ils ne se présentent pas aux élections, eux qui savent tout et qui, surtout, ne manquent pas de le faire savoir…

    répondre
  3. Jacques Litaize

    Le Président aurait peut-on souhaité différer les élections, mais il n’a pas eu vraiment le choix puisque le Sénat n’aurait pas voté la loi nécessaire. Quant au recours à l’art. 16 de la Constitution, j’imagine les réactions…Tous ses opposants refusaient absolument le report, ce n’était pas possible d’en ajouter aux tensions actuelles.
    Ceci dit, la tenue des élections a reçu l’aval de la communauté scientifique.
    Si il faut que chacun soit discipliné pour freiner l’épidémie, ne tombons pas dans la psychose. Aller voter ne sera pas plus dangereux que d’aller faire ses courses et sûrement moins que de prendre les transports en commun.

    répondre
    1. Laure

      Certains scientifiques ont dit de ne pas aller voter la communauté scientifique est partagée.
      Au départ certains disaient ce n’est qu’une grippette d’autres dont des médecins chinois prévenaient que c’était plus qu’une grippette.
      La majorité n’a pas toujours raison.

      répondre
  4. Odile

    Ces élections devaient être repoussées. Le résultat ne vaudra rien.
    Il est déjà arrivé qu’on repousse d’un an les municipales (des années pour lesquelles il y avait déjà beaucoup d’autres élections) alors les élus auraient très bien pu assurer quelques mois en plus.
    La majorité des entreprises prennent aujourd’hui des mesures afin de protéger leurs employés, leurs clients , fournisseurs et autres partenaires. ces mesures mettent à mal leurs résultats.

    M. Macron pourrait -il expliquer quel serait le risque encouru par la nation à reporter ces élections? Par rapport au risque de contaminer peut-être encore des centaines ou voir des milliers de personnes.

    Alors comme le fait notre président « faites comme je dis et non comme je fais », en grande engagée sur le devoir d’aller voter. J’incite toujours mon entourage à se rendre aux urnes et bien dimanche devant de telles abbérations je n’ai pas encore pris ma décision mais j’inciterai plutôt à boycotter les bureaux de vote

    répondre
  5. Yenamar

    Les élections pouvaient être repoussées, il n’y avait pas d’urgence de ce côté là. Il n’est pas judicieux de perturber en période de crise, le fonctionnement des institutions locales par l’installation de nouvelles équipes qui aura lieu dans de nombreuses communes. L’application des directives préfectorales, les arrêtés, les mesures prises par les maires seront forcément impactées. Pour ma part, je n’irai pas voter car je ne soutient pas cette décision. D’autre part, j’estime que les candidats soit-disant soucieux de la santé leurs futurs administrés auraient dû clairement et unanimement appeler au report des élections, principe de précaution oblige. Un moyen de pression simple à mettre en œuvre était le retrait des candidatures, surtout dans les petites communes où une seule liste existe. A-t-on entendu une quelconque voix du côté de l’opposition ? Je suis déçu. Quant aux soit-disant scientifiques qui conseillent les plus hautes autorités et qui pensent d’avantage aux retombées de telles décisions sur leur carrière en espérant que l’on se souviendra d’eux une fois le calme revenu… Il faut bien qu’ils financent leurs équipes de recherche pour faire tourner la boutique (ANR, projets region, communauté urbaine…)… Chacun tire la couverture à soi surtout en temps de crise. C’est humain malheureusement…

    répondre
    1. Jacques Litaize

      Encore une fois, ces élections ont été maintenues sous la pression de la totalité de l’opposition, le Président ne pouvait pas encore aller au clash, lui à qui ses adversaires reprochent de se comporter en monarque. Vous ne risquiez donc pas d’entendre « une seule voix de l’opposition »sur ce maintien.
      Il faudra m’expliquer en quoi se trouver pendant quelques minutes dans la même pièce qu’une dizaine ou une vingtaine de personnes, en prenant quelques précautions, présente un danger supérieur au fait de se trouver dans un magasin un peu fréquenté, sans même parler des grandes surfaces dans lesquelles les Français se sont précipités. Idem pour les cinémas, bars, restaurants qui vont sans doute être bientôt fermés.
      Vos appréciations sur les scientifiques qui veillent sur notre santé ne sont pas convenables et sont absurdes. Peut-être vous estimez-vous plus qualifié en appréciation des risques épidémiologiques ? Quel intérêt « politique » pour eux d’approuver le maintien des élections sur la pression éventuelle de l’opposition ? Est-il vraiment exclu pour vous que ces grands médecins, qui le sont devenus essentiellement par vocation, aient pour souci principal la santé des Français ?
      Il sera éventuellement toujours possible de reporter le 2ème tour si ils l’estiment nécessaire.
      Quant à votre décision de ne pas aller voter au prétexte que vous auriez préféré le report, j’avoue qu’elle procède d’une logique qui m’échappe totalement.

      répondre
      1. Alain PIERRE

        Maintien des élections municipales : une erreur selon Alain PIERRE ; maire d’Uzemain

        Des mesures contraignantes pour la vie de tous les jours ont été prises par le gouvernement afin d’enrayer la pandémie avec notamment la fermeture des crèches, écoles et universités. Dès ce week-end, plus de rencontres sportives ou culturelles avec des annulations, suspensions et fermetures en cascade.
        Les élections municipales sont maintenues ; en principe, en respectant les consignes et principales précautions sanitaires, cela ne devrait pas causer de problème sauf peut être pour certaines personnes qui s’abstiendront en raison de la fragilité de leur santé.
        Mais là n’est pas le plus grave !
        A l ‘issue des élections, de nombreuses réunions auront lieu afin de nommer ou élire les représentants dans toutes les structures à qui les communes ont délégué leurs compétences : Communauté d’Agglomération, Syndicat Intercommunal des Eaux, Syndicat Départemental d’Electricité, Syndicat d’Informatique, Syndicat d’assainissement non collectif, Service Départemental d’Incendie etc…
        Ensuite les membres de ses mêmes structures devront se réunir afin d’élire leur président, vice-président, membre de commissions etc…
        Les éminences grises qui ont conseillé le président ne savent peut être pas qu’à l’issue du scrutin le fonctionnement de toutes ces structures supposera une participation à de nombreuses assemblées.
        A titre d’exemple, pas moins d’une douzaine de réunions sont prévues dans le département afin de procéder à l’élection des membres des comités locaux d’électricité..
        Les risques encourus la journée du vote ne représentent rien par rapport au nombre de réunions qui seront ensuite programmées pour les nouveaux élus qui s’exposeront ainsi à la pandémie et c’est là que réside le danger notamment pour les plus âgés qui sont d’ailleurs en nombre dans les plus petites communes de France. Ceux là même à qui on demande de rester à la maison …

        Dans une période aussi difficile à vivre les collectivités auront à faire preuve de réactivité en fonction des besoins et des mesures à prendre sans délai en fonction de l’évolution de la pandémie.
        Les nouvelles équipes se trouveront dans l’obligation à la fois d’organiser leur gouvernance mais aussi de répondre aux sollicitations des services quant aux décisions à prendre rapidement.
        Il aurait été quand même plus sage de ne pas ajouter à la situation actuelle des contraintes supplémentaires et se reposer sur la gouvernance présente capable de réagir dans l’urgence.

        répondre
  6. anatole

    Cette semaine est une catastrophe. l’épidémie qui vient d’une grave erreur humaine continue. L’arrêt de l’industrie contraint les banques centrales mondiales a dépasser des seuils. On appelle ça un crac. C’est véritablement dommage que nos institutions, si autoritaires parfois, arbitraires même avec le 49.3 soient devenues si dépourvues de bon sens aux fins de reporter ce scrutin. il en aurait été un respect salué pour le citoyen, qui est véritablement perturbé. Eh bien Non ! Rien à dire de plus sur ce sujet.

    répondre
  7. LEROY Jacques

    je ne pense pas qu’il y ait plus de risques en allant voter, que de faire ses courses dans un magasin ou en allant dans un resto. On a reçu les bulletins de vote à la maison et on aura juste à toucher l’enveloppe bleue.Il y aura aussi du savon et du gel sur place.Bref, chacun est libre de faire ce qu’il veut. Moi perso. Je m’en lave les mains….

    répondre
    1. G Chipot.

      Les assesseurs et scrutateurs sont assez exposés mais le citoyen qui va voter, même si il l’est un peu moins, l’est aussi.

      Je partage l’avis énoncé plus haut par Mr Alain Pierre.
      Le report de quelques semaines de ces élections n’ayant pas de conséquences majeures sur le fonctionnement de nos communes et de notre démocratie, la sagesse aurait voulu que le gouvernement reporte le temps de la crise ce scrutin.

      répondre
  8. dad

    Pour les gens qui se ruent dans supermarchés trés bien quand ils seront tous allés acheter un stock pour 3 mois j’irai tranquillement quand les magasins seront moins bondés !!!
    Pas plus de danger d’aller en supermarché, qu’en allant voter peut etre, mais en multipliant les risques, ca n’arrange pas la propagation, moi je n’irai pas voter, on dit toujours la santé en premier et bien la nous sommes dans ce cas !
    Certe nous ne connaissons pas bien ce virus, mais je vous invite à vous renseigner par vous meme sur les problèmes qu’ont les personnes qui ont été contaminés et qui ont été guéris, divers problèmes pourraient subsister après la !
    Libre à chacun de faire ce qu’il veut …

    répondre
  9. Jacques Litaize

    Je viens de voter.
    Conclusion : le bureau de vote est certainement l’endroit, en dehors de chez moi, où j’ai le moins risqué d’attraper le Covid 19 depuis son apparition sur le territoire…

    répondre
    1. Dad

      Bien sur, nous serons en confinement general ce soir, a cause de la dégradation general du nombre de cas, mais bien sur il y avait des barrières anti coronavirus au bureau de vote….

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.