Search
mardi 14 juil 2020
  • :
  • :

Crachats, insultes, coups : une intervention des gendarmes tourne mal

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

gendarmerie-des-vosges-800x539

Sur son compte tweeter, la gendarmerie des Vosges revient sur une intervention récente qui a mal tourné. 

Il y a quelques jours, une patrouille de gendarmerie était engagée pour un différend au sein d’un couple.

Arrivés sur place, la femme les attend dans la rue devant son domicile, elle se plaint des violences conjugales. Suite à ses déclarations, le chef de patrouille décide de placer en garde à vue son compagnon. Les deux gendarmes vont à sa rencontre. Après l’avoir entendu, les gendarmes décident de le placer en garde à vue et tentent de lui passer les menottes. Mais l’homme refuse de se laisser faire et les gendarmes sont obligés d’user de la force pour le maîtriser.

Elle enlève le masque aux gendarmes et leur crache au visage

C’est alors que la victime devient incontrôlable et saute sur les gendarmes. Elle est repoussée à plusieurs reprises mais parvient à arracher les deux masques de protection des militaires et à leur cracher au visage.

Durant l’altercation, un militaire est blessé à l’avant bras droit et l’autre présente des égratignures au niveau des deux bras. La patrouille est également insultée à plusieurs reprises.

Les deux protagonistes sont finalement maîtrisés et interpellés. Une situation qui caractérise « les difficultés quotidiennes rencontrées sur le terrain. » selon les gendarmes.

C.K.N.




2 réactions sur “Crachats, insultes, coups : une intervention des gendarmes tourne mal

  1. Vequaud

    Bonjour , ça devient de plus en plus difficile pour les forces de l’ordre de mon point de vue l’éducation il est pour quelque chose le respect les règles de la vie tout simplement disparaisse petit à petit je vous souhaite beaucoup de courage
    Cordialement.

    répondre
  2. Omnes

    Si la justice ne donne pas de peine exemplaire. Ce n’est pas fini. Et les français vont continuer à souffrir. Ce n’est pas devant les forces de l’ordre qu’il faut avoir peur mais les bandes de violents .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.