Search
samedi 6 juin 2020
  • :
  • :

Le pylône 4G de toutes les interrogations C'est un roc, c'est un pic....

Linge de maison des Vosges à Gérardmer
image_pdfimage_print

Lorsque la société Orange investit le terrain, elle utilise les grands moyens. Grands, gros et tout ce qui va avec les qualificatifs du genre. De nombreux promeneurs l’auront constaté de visu ce mardi matin, les abords du lac ont changé avec l’implantation d’un pylône qui doit renforcer le réseau  4G car trop souvent saturé à proximité du lac.

« Ce dossier fait suite à de nombreuses demandes de particuliers et de socio-professionnels du secteur  » explique le maire Stessy Speissmann  » l’implantation a été validée en son temps par l’ABF Architecte Bâtiments de France ».

Et l’édile de la commune de poursuivre «  on retrouve à l’intérieur du cylindre un évent pour assainissement et une gaine consacrée à l’éclairage  public.  Voilà le pourquoi de l’importance d’une telle dimension. Le dossier date d’ au moins un an et demi avec différents passages en commissions  liés à toutes les étapes de l’urbanisme. C’est bien Orange qui est dépositaire du dossier et absolument pas la commune ».

Des propos confirmés par Pierrot Imbert, adjoint à l’urbanisme. «  La discussion a été parfois très rude avec les représentants de Orange » confirme celui-ci « l’implantation a été rejetée  à plusieurs reprises par l’ABF. La société de télécoms voulait monter le pylône d’un 1 m de diamètre (pour la maintenance afin de monter à l’intérieur) et jusqu’à 24 m de haut au lieu des 21 m autorisés aujourd’hui. Nous avons imaginé d’autres endroits moins visibles à l’œil tels une proximité avec les tennis, sans pourtant trouver mieux en termes d’efficacité. Je tiens à souligner qu’il en existait un autre plus petit précédemment avec des paraboles pas très jolies ».

L’antenne de toutes les attentions, maintenant bien installée à la commissure du casino et de son parking à 100 mètres du  lac, n’a pas fini de faire couler beaucoup de salive dans les contre-allées du square Briffaut.

 




26 réactions sur “Le pylône 4G de toutes les interrogations

  1. sophie amblard

    Scandale au secour ils sont devenu completement fou
    il n’y a plus de respect pour rien
    ca vous donne envie de venir picnic la dessous oohlala

    répondre
  2. jacques beaudry

    Bonjour,
    Avant que tout le monde crie au loup, venez faire un tour vers son emplacement et constater qu’il n’est rien d’un monstre, bien plus fondu dans l’environnement que la précédente architecture inepte, de même qu’ il répond à un besoin évident pour les riverains se dépatouillant jusqu’à présent avec un réseau super saturé, et puis enfin et surtout il faut arrêter ici de verser une bile tourmentée et de l’indignation bon marché sur tout ce qui bouge, se servant de ce forum de discussions et d’échanges comme d’un base de dénigrement contre la municipalité qui ne réussit rien jamais, les décideurs qui décident à tort et à travers toujours, les qui pensent pas comme vous les imbéciles, et ceux qui votent pas comme vous, vraiment des abrutis !!!!!!!
    Tiens z’ont commencé à tondre partout les pelouses les municipaux, la hauteur de coupe vous parait-elle bonne ????????????

    répondre
  3. Gilles BILOT

    Visiblement, un pylône 4G mais comme ils disent « 5G ready », autrement dit prêt pour la 5G. C’est le même type de pylône (de forme plus traditionnelle là-haut) qui a été installé à la Mauselaine, juste derrière la location et le bâtiment Garderie, ESF, Gendarmerie… La 5G avance masquée…

    répondre
  4. jean claude crouvezier

    Que l’ABF ait pu donner son accord est une aberration même si à ce propos plus rien ne peut étonner concernant les décisions prises ces 5 dernières années en matière d’urbanisme …
    La loi ELAN du 23 novembre 2018, dans son article 56, accorde à l’ABF un avis simple sur le sujet de leur installation et non plus un avis conforme. Explication :
    Lorsqu’un avis simple est requis, l’administration qui délivre l’autorisation d’urbanisme peut passer outre un avis défavorable de l’ABF (par exemple, en cas de projet situé aux abords d’un monument historique mais hors du périmètre de protection et sans co-visibilité).
    En revanche, l’avis de l’ABF est dit conforme, c’est-à-dire qu’il s’impose à l’autorité compétente, pour la plupart des projets situés en espaces protégés (que sont les abords des monuments historiques ou un Site Patrimonial Remarquable (SPR).

    En la circonstance, l’administration qui délivre l’autorisation d’urbanisme est La Commune représentée par son maire.

    Le rôle de l’ABF intervenant pour un projet situé dans un site patrimonial remarquable (SPR) est défini par le Code du patrimoine qui dit dans son article L632-2. Extrait :
    « A ce titre, il s’assure (l’ABF) du respect de l’intérêt public attaché au patrimoine, à l’architecture, au paysage naturel ou urbain, à la qualité des constructions et à leur insertion harmonieuse dans le milieu environnant. Il s’assure, le cas échéant, du respect des règles du plan de sauvegarde et de mise en valeur ou du plan de valorisation de l’architecture et du patrimoine. »
    L’intérêt public attaché au patrimoine était de refuser l’installation de cette antenne relais !
    Le refus de l’ABF se justifiait d’autant plus que son avis simple, et il le savait, n’était pas décisionnaire, M. Le maire ayant seul le pouvoir de décision pour accepter comme pour refuser.
    Dans ce même quartier, sur un beau terrain arboré face au Parc du Trexeau, un permis de construire a été accordé le 21 avril 2020, en pleine période de confinement, sans doute pour répondre à une urgence vitale égale à celle qui était de prendre des mesures de santé publique face à l’épidémie.
    Permis accordé pour la construction de 3 immeubles occupant une surface maximale de terrain avec moins de 15% réservé à des espaces verts qui seront à peine visibles de la rue (Un exemple à voir, la résidence l’Eau Vive », avenue du 19 novembre)
    3 immeubles qui masqueront à la vue le fond paysager de quelque endroit on se trouve alentours sur le domaine public.
    3 immeubles dont 1 en R+3 (Rez-de-chaussée + 3 niveaux) alors que ce projet avait fait l’objet d’un refus de permis de construire le 4 décembre 2019 sur avis défavorable de l’ABF qui énonçait notamment pour motif : « Considérant que le projet présente un bâtiment A en R+3, or la majorité des bâtiments de son environnement proche (Bâtiments sur les parcelles 308, 93 ,94, 305, 101, 215, 216, 254, 74 et 325) sont en R+2 au maximum »
    « Considérant que le gabarit et la hauteur du projet du bâtiment A ne respectent pas la silhouette urbaine du tissu bâti existant, très cohérent en R+2 »

    Il est plus que temps qu’un débat citoyen soit initié pour mettre fin à ces dérives, pour qu’enfin la réglementation locale du PLU, si désastreuse pour notre environnement et notre cadre de vie, soit modifiée.

    Lorsque l’on possède des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, sauf à vouloir défendre l’indéfendable ou être d’une incroyable mauvaise foi,peut-on raisonnablement cautionner la politique menée à Gérardmer pour l’urbanisme ?

    répondre
  5. verguin

    Avant toute chose, il faut respecter les avis de chacun et éviter l’anathème qui ne produit rien de constructif.
    Ensuite, se poser la question de cette dépendance naissante au smartphone, quand il y a des feux d’artifice, que doit on privilégier ? L’émerveillement où la papote, peut être partage certes, avec des êtres chers?
    Ce qui est surprenant c’est cette manière d’agir des élus, qui ne sont finalement responsables de rien et se réfugient sans cesse derrière des tiers, les ABF, Orange, la loi alur…
    En tant qu’architecte qui ne détient aucune vérité, j’affirme que ce phallus orange est laid, appauvrit les bords du lac et relève d’un mal de notre société actuelle qui livre à l’économie ses trésors environnementaux au détriment d’une action raisonnable et raisonnée en termes de RSE.
    Je regrette qu’une consultation adulte n’ait permis d’élaborer un projet digne de notre « perle des Vosges ».

    répondre
  6. David Michel

    Quand je pense que Mr l’architecte des bâtiments de France cherche des noises pour les couleurs de façades et de tuiles je me dis que quelque part
    il y à des gens qui marchent sur la tête pour réaliser et laisser réaliser de telles choses.
    J’espère pour lui que MONSIEUR l’adjoint à l’urbanisme ….. est satisfait de
    cette horreur !!! (chacun ses gouts…)

    DAVID Michel

    répondre
    1. David Michel

      Bonjour

      Suite

      J’ajoute qu’il y a quelques années la municipalité en place avait interdit les implantations sur les bâtiments publics …….Cherchez l’erreur!!!!! le fric toujours le fric .
      DAVID Michel

      répondre
  7. jean claude crouvezier

    Ce qui était laid a été remplacé par un peu moins laid, peut-être , question d’appréciation ou d’affinités avec les décideurs…
    Qu’il faille cette antenne-relais était justement l’occasion de lui trouver un emplacement plus discret et portant moins atteinte à un environnement sensé être protégé par une réglementation d’urbanisme approuvée par les élus

    répondre
  8. François Laubacher

    Alors que l’on voit rouge… : Dialogue d’Outre-tombe avant d’être …d’Outre-mer….
    « Revenez à vous Monsieur Toscan Du Plantier !… »
    « GERARDMER…. Mais au bord de quelle mer ? » aviez-vous dit ?
    Eh bien voilà, nous avons le plaisir de vous apprendre que bien que la mer ne soit pas encore arrivée, … on a déjà le phare qui ira avec !
    Ou dit autrement …
    Comment mieux évoquer l’usine du lac ou l’érection si rapide du Phallus impudicus de nos forêts ?….
    Ou encore,
    Tour de « Pas belle »…. Bahhhh, … belle ? Bof …on s’habituera me direz-vous !
    Eh bien NON, il faut lutter contre l’hégémonie envahissante du pratique (?) et de l’utile (?) au détriment du BEAU*
    Oui le BEAU existe et on l’a déjà rencontré mais on aimerait que ce ne soit pas toujours ailleurs ! ….
    SUS AU LAID, FAIBLESSE DE NOTRE TEMPS, « MAMELLE » DE NOTRE EPOQUE QUI PARTOUT SI FACILEMENT S’EXHIBE !…
    *C’est normalement le domaine de l’ABF….

    répondre
    1. Schmit

      Je suis bien d’accord avec vous, ce totem est très moche!! Et pourquoi toujours cette couleur rouge comme les lampadaires de Gérardmer… Nostalgie d’une certaine époque?
      Je suggère de le rendre plus…. Comment dire…. Attractif ?
      Ou mieux, si quelqu’un connait le talentueux Banksy… Il viendrait en douce une nuit le transformer en oeuvre d’art comme il sait si bien le faire en transformant la laideur en beauté..
      Ou alors de faire pousser autour des plantes grimpantes qui le camouflerait …
      Sinon, je pense que des tagueurs auront des idées à n’en pas douter…

      répondre
  9. Grandvallet sylvie

    La 5 G va générer une baisse de notre système immunitaire des cancers multiples le décès d’oiseaux d’abeilles.Et tout ça pour qui pourquoi….quelle misère ,misère de l’homme sans sagesse!!!!!!!

    répondre
  10. MIC

    Et le râleur dont je suis, parce que je subis toutes les mauvaises décisions du Maire, vient de s apercevoir ce soir en promenant son chien près de ce phallus géant qu une des principales entrées du trexeau vient d etre définitivement et arbitrairement fermée . Et pourquoi ?
    Pas pour protéger ces charmants bambins. Il n y a jamais d accident !

    répondre
  11. Schmit

    Pour ne pas le remarquer, il faudrait être mal voyant ou marcher la tête dans les godasses….Même les canards l’ont remarqué et ont été pris de panique….

    répondre
  12. jean claude crouvezier

    Michèle,
    Je ne partage pas votre point de vue et m’en suis expliqué dans divers articles dont le contenu s’appuyait sur des faits avérés.
    Le groupe « Gérardmer, une ville pour tous » s’est exprimé par un article signé des 23 élus de la majorité paru en page 6 dans le n° 105 de la revue Grandeur Nature, article visant l’association à laquelle j’appartiens.
    Appréciez le ton grincheux, voire haineux que révèlent les assertions mensongères contenues dans cet article…
    https://www.mairie-gerardmer.fr/mairie/medias/magazine-grandeur-nature

    S’il faut adapter le réseau à l’affluence haute de la population, cela n’empêche pas de veiller à une bonne implantation des ouvrages, en concertation avec les habitants.

    Même sans cette nouvelle antenne, le réseau permet l’accès à l’application « Gérardmer et moi » qui ne fait toujours pas mention de l’association de protection de l’environnement « Gérardmer – Patrimoine – Nature » alors qu’une demande d’inscription a été adressée à M. Le maire en date du 30 avril 2020… 3 semaines passées sans qu’une manipulation informatique prenant quelques dizaines de secondes n’ait été faite pour compléter la liste des associations au volet « Nature » de cette application.

    Gérardmer – Patrimoine – Nature a été initiée par les protestataires décrits dans l’article du groupe « Gérardmer, une ville pour tous » dont je parle, protestataires qui réunissent aujourd’hui autour d’eux près de 150 personnes venues de tous horizons, politiques, professionnels ou culturels et dont l’engagement témoigne du bien fondé et du sérieux de nos actions.

    Pour terminer, je porte aussi à votre connaissance le fait que M. Le Maire a refusé d’accorder un droit de réponse à l’association qui tient à dénoncer le caractère calomnieux et mensonger des propos qu’exprimaient les 23 élus de la majorité.
    Ce refus est illégal au regard de l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881 et marque un irrespect inacceptable envers les membres et sympathisants de l’association.

    répondre
  13. Pierre Imbert

    Face aux zones blanches gênantes pour tout un chacun et pour sauvegarder la présence de certaines pme et industries (Gérardmer ne doit pas devenir un désert pour l’emploi), l’amélioration du réseau devenait indispensable. L’emplacement choisi répond à la meilleure couverture avec un seul mât. Sinon c’était plusieurs mâts disséminés aux quatre points cardinaux de la ville qui auraient été nécessaires.
    Ce mât remplace le précédent atteint par la limite d’âge, 38 années de présence,tout en étant le plus souvent passé inapercu.
    Ce dossier a été présenté en 1ere consultation en présence de l’ABF le 23 janvier 2018. Après moultes révisions, la déclaration préalable déposée le 28 mai 2019, après être passée par tous les services compétents, a été délivrée le 24 juin 2019 et affichée règlementairement en mairie.
    Maintenant je suis prèt à organiser une consultation élargie pour éventuellement décider de sa suppression et de monter en lieu et place un colombier où chacun pourra adopter et disposer sur place de son pigeon voyageur personnel pour assurer ses communication; comme au début du 20 eme siècle , puisqu’il paraît que c’était bien mieux avant…
    Juste un peu d’humour pour détendre

    répondre
  14. G Chipot

    Je pense que le ton employé par le groupe
     » Gérardmer une ville pour tous » dans le bulletin municipal, p
    s’ alignait simplement sur celui employé par  » Gerardmer Patrimoine Nature » lors de ces précédents communiqués.

    répondre
  15. Yves DUMAY

    N’importe quoi, le bâtiment du casino date des années 60, il y a bien longtemps que tout le monde le connaît et il n’a dérangé personne jusqu’à maintenant.

    répondre
  16. Jacques VALENTIN

    Monsieur Imbert, vous êtes l’adjoint à l’urbanisme et vous avez une fonction clé dans le futur de Gérardmer. Vous précisez que le permis de construire a été accordé après accord de l’ABF, étudié par les services compétents (de la mairie) et qu’il a été affiché. Il a certainement été affiché en mairie avec tous les autres PC de manière illisible et que peu de personne consulte.
    Mais depuis le début des travaux, il n’y a avait aucun affichage ni aucune information comme il est obligatoire.
    Alors je rebondis sur votre proposition : vous dites « Maintenant je suis prêt à organiser une consultation élargie pour éventuellement décider de sa suppression ». Alors là, je dis oui, voilà ce que nous réclamons, consultation, participation. Je dis bravo. Je vous remercie pour votre proposition, et nous attendons que vous la mettiez en application.
    Et comme il a fallu 1 jour et demi pour l’ériger, il ne faudra que 2 jours pour la démonter.

    répondre
  17. François LAVERGNE

    On veut toujours consultation, information mais à chacun ses compétences et le domaine où il est en capacité de donner un jugement et l’on sait aussi que dès que l’on « consulte » les avis ne sont forcément pas unanimes, loin de là d’où les discordes, rancœurs …..
    Par contre, si, une fois les directives données, on pouvait contrôler, faire appliquer ….
    exemples : consignes diverses à propos du covid 19
    cycles sur les trottoirs, sens interdits, vitesse , priorités, circulation des vélos sur les quais du lac, bruits divers à heures indues ……
    Merci.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.